Ken Holland Jim Nill split

DALLAS – Ken Holland et Jim Nill ont leurs noms inscrits ensemble sur la Coupe Stanley quatre fois. Ils faisaient tous les deux partie de l’état-major des Red Wings de Detroit quand ceux-ci ont triomphé en 1997, 1998, 2002 et 2008.

Ils s’affrontent maintenant en tant que directeurs généraux de deux équipes différentes en finale de l’Association de l’Ouest, Holland étant à la tête des Oilers d’Edmonton et Nill aux commandes Stars de Dallas. La série se mettra en branle jeudi au American Airlines Center (20 h 30 HE; MAX, truTV, TNT, SN, TVAS, CBC).

Holland se retrouve en finale d’association avec Edmonton pour une deuxième fois en trois saisons. L’homme de 68 ans cherche à ajouter un autre championnat à un curriculum vitae qui lui a déjà valu une place au Temple de la renommée du hockey. 

« Ça remonte à loin, nous sommes de bons amis, a dit Holland mercredi. Il fait un excellent travail à Dallas. »

Les Stars atteignent la finale d’association pour une deuxième saison consécutive et pour une troisième fois en cinq ans avec Nill. Âgé de 66 ans, ce dernier espère remporter une Coupe pour une première fois à titre de DG. 

« Nos familles s’entendent très bien, a dit Nill. Nous nous connaissons bien. Ç’a une grande signification pour moi de l’affronter. »

La relation entre Holland et Nill remonte à 1975-76, quand ils ont évolué ensemble à Medicine Hat dans la Ligue de hockey de l’Ouest du Canada, qui est aujourd’hui la Ligue de hockey de l’Ouest (WHL). Holland était alors un gardien de 20 ans, Nill un attaquant de 17 ans. Nill a soutenu que Holland l’avait pris sous son aile et qu’ils avaient bâti une belle relation d’amitié. 

Après la victoire de 3-2 des Oilers dans le match no 7 contre les Canucks de Vancouver lundi, Holland a reçu un appel. Ça venait de Bob Ridley, le descripteur de longue date et ancien chauffeur d’autobus à Medicine Hat qui a pris sa retraite en 2022. Holland lui a demandé s’il pensait, en 1975, qu’il conduisait deux futurs directeurs généraux de la LNH qui s’affronteraient en finale presque 50 ans plus tard. 

Holland et Nill se sont retrouvés en 1994, quand Detroit a promu Holland au poste de directeur général adjoint et embauché Hill pour le remplacer dans les fonctions de directeur du dépistage amateur. Après la conquête de la Coupe Stanley de 1997, les Red Wings ont fait de Holland le nouveau DG, et ce dernier a fait de Hill son adjoint. Ils ont occupé ces rôles pendant les 16 années suivantes, leurs deux bureaux étant adjacents au Joe Louis Arena.

La tasse de café, le balado de LNH.com

Les Oilers peuvent-ils compléter la remontée?

Nill a également travaillé avec deux autres membres du Temple de la renommée : Jim Devellano, qui était le DG des Red Wings avant d’être nommé vice-président en 1997, et Scotty Bowman, qui était leur entraîneur jusqu’à ce qu’il agisse comme consultant spécial de 2002 à 2008. 

« J’ai suivi les traces de Kenny, a raconté Nill. Il est devenu l’un de mes mentors. Kenny Holland, Jimmy Devellano, Scotty Bowman. J’ai travaillé pour eux. C’était très significatif de pouvoir apprendre de quelques-unes des meilleures têtes de hockey. Ils m’ont transmis leur sagesse et leurs connaissances. »

Nill a quitté les Red Wings pour devenir DG des Stars en 2013. Il a amené le directeur du dépistage amateur Joe McDonnell et le dépisteur Mark Leach avec lui, et il a hérité d’un dépisteur déjà en place à Dallas qui portait le nom de Dennis Holland, le frère de Ken. Ils sont encore tous en poste aujourd’hui. 

« J’attribue beaucoup des succès que nous avons eus à Detroit à Jimmy Nill, a soutenu Holland. C’était difficile de le voir partir. Et il a mis sur pied toute une équipe de hockey (à Dallas). Ils ont de bons vétérans, d’excellents jeunes joueurs. Ils ont fait de l’excellent boulot au repêchage. De bons gardiens. Nous savons que nous nous embarquons dans une série qui sera formidable. » 

Holland a quitté les Red Wings en 2019. Après s’être retiré pour qu’ils puissent engager Steve Yzerman comme DG, il planifiait demeurer à Detroit dans un rôle de conseiller. Mais soudainement, les Oilers l’ont contacté, et il a appelé Nill. 

« Il m’a appelé tard le soir – il était en Europe à ce moment – et m’a dit : “Jim, qu’en penses-tu?“ a raconté Nill. Nous en avons discuté. Je lui ai parlé avec sagesse, nous avons tout analysé, et le voilà ici aujourd’hui. Il les a amenés tout près, à la même place que nous, et il a fait de l’excellent travail dans un environnement où la pression est forte. Il est au Temple de la renommée pour une raison, et ça explique pourquoi on est ici présentement. »

Mardi, quand il s’est réveillé, Holland avait reçu un message texte de la part de Ryan Martin, le félicitant, lui et Nill, pour avoir atteint la finale de l’Association de l’Ouest. Martin a fait partie de l’état-major des Red Wings de 2005 à 2021, d’abord comme directeur administratif pendant cinq saisons, puis en tant que directeur général adjoint pendant 11 ans. Il est aujourd’hui DG adjoint avec les Rangers de New York, qui font face aux Panthers de la Floride dans l’autre finale d’association. 

« C’est un peu étrange de nous retrouver tous les trois dans le carré d’as, a dit Holland. Ils veulent gagner, et nous voulons gagner, alors les deux prochaines semaines vont être géniales. »

Contenu associé