Reinhart-badge-Chaumont

SUNRISE, Floride – Igor Shesterkin méritait un sort plus heureux, mais pas les Rangers de New York. Les dieux du hockey ont compris le message et ils ont fini par offrir une victoire à l’équipe la plus dominante, les Panthers de la Floride. 

Sam Reinhart a libéré les Panthers en marquant le but gagnant tôt en prolongation en supériorité numérique. Installé dans l’enclave, Reinhart a saisi une passe du toujours ingénieux Aleksander Barkov pour ensuite battre Shesterkin d’un tir précis. 

À LIRE AUSSI : Reinhart permet aux Panthers d'égaler la série

« J’ai vu qu’il était ouvert et qu’il était dans l’enclave, je voulais juste lui refiler la rondelle, a dit Barkov. Il a marqué tellement de buts de cet endroit cette année. Je savais qu’il trouverait une façon d’y parvenir encore. »

« Il est sans l’ombre d’un doute l’un des meilleurs gardiens au monde », a renchéri Reinhart qui partageait le podium avec son capitaine en conférence de presse. « Il fera les gros arrêts. Mais nous n’avons pas arrêté de générer des chances. Nous avons cru en notre structure et notre système. Nous n’avons pas arrêté d’y croire et nous avons fini par marquer. »

Après deux revers d’affilée en prolongation, les Panthers ont enfin signé une victoire lors de la quatrième période en l’emportant 3-2 mardi au Amerant Bank Arena. Et ils avaient besoin d’un marqueur de 50 buts (57) en Reinhart pour trouver un petit trou contre le mur Shesterkin. 

« Comme Sam le disait, Shesterkin est l’un des meilleurs gardiens au monde, et ce n’est pas facile de marquer contre lui, a ajouté Barkov. Tu ne cherches pas un but parfait, tu veux juste voir la rondelle rentrer dans le filet. Mais pour le but de Sam, il était très beau. »

NYR@FLA: Reinhart coule les Rangers en A.N.

Sans Shesterkin, il n’y aurait jamais eu de prolongation. À partir de la deuxième période, les Panthers ont envahi le territoire des Rangers. Ils ont encore une fois dominé dans la colonne des tirs (40-23) et des tirs tentés (89-44). 

Un autre indicateur du débalancement dans cette rencontre se lisait dans la catégorie des chances de marquer de qualité. Selon le site Natural Stat Trick, les Panthers ont mené à cinq contre cinq 14-4 dans ce département. Et si on ajoute les chances en supériorité numérique, on parle d’une domination de 16-6. 

Bref, la glace penchait dans un sens. Et elle penchait drôlement en faveur des Panthers. 

Réunis depuis la troisième période du troisième match, Barkov, Reinhart et Carter Verhaeghe ont encore une fois fait des flammèches. Barkov a récolté deux passes, Reinhart a marqué le but décisif et Verhaeghe a inscrit le premier but du match. 

Barkov est aussi celui qui a attiré la punition en prolongation. Blake Wheeler, qui se retrouvait étrangement sur la glace, a accroché la fusée finlandaise pour l’empêcher de décocher un tir franc. Les arbitres ont opté pour une punition de deux minutes à la place d’un tir de punition. Mais cette décision a finalement fait le bonheur des Panthers. 

Encore Lafrenière

Si Shesterkin a été la grande étoile dans le camp des « Blue Shirts » avec 37 arrêts, dont plusieurs spectaculaires, Alexis Lafrenière a encore décroché un rôle important. 

Lafrenière a marqué le but égalisateur en troisième période en redirigeant au vol une passe du défenseur Adam Fox. Auteur de trois buts en quatre matchs dans cette finale de l’Est, le numéro 13 a maintenant 13 points (sept buts, six passes) en 14 rencontres. 

Vincent Trocheck a aussi poursuivi son bon boulot en obtenant son huitième but des séries. Il a mis un frein à la vilaine séquence de 0-en-8 de son équipe en supériorité numérique face aux Panthers en touchant la cible en première période pendant une punition à Anton Lundell. 

Sergei Bobrovsky n’a pas eu besoin d’être magique dans ce match, mais il a réussi sa principale mission en ressortant avec la victoire. Il a stoppé 21 tirs. 

« C’est un gros soulagement, c’est une grosse victoire pour nous », a mentionné Bobrovsky. 

On ne mettra pas les paroles de Bobrovsky en doute. Les Panthers avaient besoin de cette victoire. Ils ne voulaient pas partir pour New York avec un retard de 3-1. Surtout sur le plan psychologique, ils avaient besoin de recevoir une récompense puisqu’ils forment la meilleure équipe sur la patinoire depuis le début de cette série.

EN PROLONGATION

Le chiffre du match : 72

72 pour 72 secondes. Sam Reinhart a mis fin à la prolongation après 72 petites secondes. Les pupitres de New York, de la Floride, de Montréal, de Toronto et même de Stockholm le remercient. 

Encore le silence pour Zibanejad et Kreider

Mika Zibanejad et Chris Kreider n’ont pas obtenu de point dans un quatrième match d’affilée dans cette finale de l’Est. Zibanejad a mené son équipe avec six tirs contre Bobrovsky, mais Kreider n’a pas atteint le gardien adverse une seule fois. Le numéro 20 a fini la rencontre avec un seul tir tenté, ayant manqué la cible une fois. 

À la recherche de solutions pour relancer ses deux attaquants, Peter Laviolette a misé sur Kaapo Kakko à la droite de ce trio à partir de la troisième période. En quatre matchs, Laviolette a maintenant offert des auditions à Jack Roslovic, Filip Chytil et Kakko à l’aile droite de cette unité. 

Pour gagner, les Rangers auront besoin du réveil offensif de Zibanejad et de Kreider. Oui, ils sont sur la glace pour la majorité de leurs présences contre le trio de Barkov et contre le duo de Gustav Forsling et d’Aaron Ekblad à la ligne bleue, mais ils ont aussi le droit de marquer un but ou deux. 

Un premier match pour Wheeler

Wheeler n’avait pas joué depuis le 15 février. Il s’était blessé à une jambe lors d’une visite des Canadiens de Montréal au Madison Square Garden. Plus de trois mois plus tard, Wheeler a réalisé son retour au jeu. Peter Laviolette l’a utilisé à l’aile gauche du quatrième trio en compagnie de Barclay Goodrow et de Matt Rempe. Wheeler, 37 ans, a misé sur sa vaste expérience pour ne pas paraître trop rouillé. Il a procuré de l’énergie à ce trio avec quatre mises en échec en un temps de jeu de 9:18. Mais c’est lui qui a écopé de la punition en prolongation, quoique c’était aussi la décision de Laviolette de l’envoyer sur la patinoire aussi rapidement en prolongation. 

Pour faire une place à l’ancien capitaine des Jets de Winnipeg, Laviolette a rayé Chytil de sa formation. En quatre matchs depuis le début des séries, Chytil n’a pas obtenu de point. Roslovic a remplacé Chytil à la droite de Zibanejad et de Kreider. 

Dans le camp des Panthers, Kyle Okposo et Steven Lorentz ont chacun joué un premier match dans cette finale de l’Est. Ils ont pris les places de Nick Cousins et de Ryan Lomberg sur les ailes du quatrième trio. 

2-en-4 en supériorité numérique

Reinhart a réussi le but décisif en supériorité numérique. Les Panthers ont terminé le match avec un dossier de 2-en-4. Depuis le début de la finale de l’Est, ils roulent à un rythme de 33,3 pour cent avec cinq buts en 15 tentatives. Reinhart a marqué ses trois buts contre les Rangers avec l’avantage d’un homme.