Skip to main content

Les Hurricanes comptent jouer le rôle des imbéciles à fond

La Caroline a décidé de faire face à ses critiques et d'adopter leurs paroles

par LNH.com @LNH_FR

Pas de doute, les Hurricanes de la Caroline comptent jouer les imbéciles d'ici à la fin de la saison.

L'équipe a récemment eu droit à de sévères critiques de la part d'analystes télévisuels bien connus en Brian Burke et Don Cherry, qui s'en sont pris aux flamboyantes célébrations après chaque victoire des Hurricanes. Cherry a même qualifié les joueurs des Hurricanes de « bande d'imbéciles » (bunch of jerks) lors de son segment Coach's Corner durant l'émission Hockey Night in Canada, samedi, après avoir montré un segment où les Hurricanes imitaient un match de baseball se terminant par un coup de circuit après leur victoire de 3-1 sur les Oilers d'Edmonton, vendredi.

Video: Les Hurricanes célèbrent leur gain sur les Oilers

Il n'en fallait pas plus pour que les Hurricanes décident d'adopter cette identité à 100 pour cent. Mardi, la formation a mis en vente des chandails sur lesquels on retrouve l'inscription « Bunch of jerks » accompagnée du logo de l'équipe. Les joueurs se sont empressés de les enfiler avec un large sourire.  

Ce nouveau slogan a été adopté par toute l'organisation, même le propriétaire de la concession, Tom Dundon, qui adore les célébrations de son équipe. Ce week-end, après que les joueurs se soient livrés à une séance de limbo à la suite de leur gain de 3-0 sur les Stars de Dallas, Dundon a écrit sur Twitter que « cette célébration mettait la cerise sur le sundae d'une excellente fin de semaine à Raleigh », une flèche dirigée à l'endroit de Cherry (cerise en français).

Tweet from @TDCanes: Two big wins at home! This celebration puts the cherry on top of a great weekend in Raleigh. https://t.co/jOa0GTWzSs

Même le compte Twitter de l'équipe a modifié sa biographie, qui affiche uniquement les huit mots suivants: La bande d'idiots avec les célébrations amusantes.

Pour l'entraîneur-chef Rob Brind'Amour, ces critiques à l'endroit de son équipe relèvent de l'incompréhension sur les raisons qui ont poussé l'équipe à les adopter, et qu'en aucun cas elles visent à offenser qui que ce soit ou encore à manquer de respect pour le sport.

« Pour être honnête, ça ne veut rien dire d'autre que cela. C'est là que les critiques ratent le point », a ajouté Brind'Amour. « Le but, c'est que nos partisans sentent qu'ils sont importants pour nous et que nous les remercions de nous avoir encouragés durant tout le match. 

« Je ne pense pas que les joueurs vont changer leurs habitudes, a dit Brind'Amour au News & Observer, lundi. Ils aiment ça et les partisans aussi. Il faut se souvenir que c'est pour eux que nous sommes ici et que ce sont les amateurs qui payent notre salaire. »

À LIRE : Jordan Staal de retour à l'entraînement | DATE LIMITE : Une décision à prendre en Caroline à propos de Ferland

Les Hurricanes (31-22-6) ont raté les séries éliminatoires lors des neuf dernières saisons, mais ils ne sont plus qu'à un point des Canadiens de Montréal et de la deuxième place de quatrième as dans l'Association de l'Est. Ils ont la quatrième meilleure fiche de la LNH depuis le 1er janvier et ils sont sur une excellente séquence après avoir remporté huit de leurs 10 derniers matchs. Ils tenteront de signer une quatrième victoire consécutive, mardi, face aux Rangers de New York.

« Je comprends que le hockey, c'est parfois vieux jeu. Il y a encore plusieurs choses dans le hockey qui datent de la vieille école même dans notre jeu moderne, mais on ne s'en fait vraiment pas à propos de ce que disent ou pensent les gens », a conclu le défenseur Justin Faulk.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.