Skip to main content

Guentzel a changé son mode de vie pour mieux aider les Penguins

Un nouveau régime alimentaire et de nouvelles habitudes ont aidé l'attaquant à marquer 40 buts cette saison

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

Le panier d'épicerie de Jake Guentzel était rempli de preuves tangibles de l'engagement qu'il a pris de vivre comme un véritable athlète professionnel.

« Il achetait des choses que mon épouse et moi n'aurions jamais même songé à acheter », a dit Mike Guentzel de son fils, l'ailier gauche des Penguins de Pittsburgh.

À LIRE : Aperçu de la série Islanders-Penguins | Prédictions des séries de l'Est

Allant du boeuf et des oeufs biologiques en passant par l'huile de coco et du sel de l'Himalaya, Guentzel s'est rendu à l'épicerie l'été passé et il a rempli son panier de bon carburant pour un corps qui comprenait maintenant les exigences d'un calendrier de 82 matchs de la LNH et pourquoi une bonne nutrition est une des clés pour survivre et progresser.

Il est ensuite retourné chez lui pour cuisiner la plupart de ses repas lui-même, afin qu'il sache exactement ce qu'il mettait dans son corps et en quelle quantité. 

Il s'agissait là de tout un changement pour un joueur qui, la saison dernière, vivait seul et s'était habitué à aller acheter quelque chose chez Chipotle quasi quotidiennement parce que c'était plus pratique de faire ça comme ça.

« Je vivais au-dessus d'un de ces commerces, donc j'y allais pratiquement à tous les soirs, a indiqué Guentzel. Juste la façon dont je mange maintenant est l'élément essentiel de mon nouveau mode de vie. Je m'assure aussi de dormir davantage. »

Guentzel ne vit plus seul. Son frère aîné, Ryan, et son amie de coeur Natalie ont emménagé chez lui, et ils l'aident à surveiller un changement de mode de vie qui a porté ses fruits de façon claire et nette chez les Penguins, qui entreprendront les séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2019 contre les Islanders de New York au Nassau Coliseum, mercredi (19h30, HE; TVA Sports, CBC, NBCSN).

L'athlète de 24 ans a été le meneur de l'équipe en terme de production de buts avec 40, lui qui a joué la plupart du temps au sein du trio de Sidney Crosby après avoir inscrit 22 filets l'hiver dernier.

Video: NYR@PIT: 100e point de Crosby, 40 buts pour Guentzel

« La plus grande différence entre la saison que Jake a connue cette année et les saisons passées, c'est l'effort concerté qu'il a fait pour contrôler tous les aspects contrôlables afin de se donner les meilleures chances d'avoir du succès, a noté l'entraîneur des Penguins Mike Sullivan. Il surveille son régime alimentaire. Il surveille ses heures de sommeil. Il surveille son niveau de forme en surveillant ses habitudes de travail sur la glace et en dehors. Il a travaillé extrêmement fort et je pense que ça lui a permis de faire preuve d'une plus grande constance. Nous savons tous que c'est un joueur très talentueux et qu'il a une excellente chimie avec Crosby, mais Jake a droit à beaucoup de mérite lui aussi. »

*****

Guentzel a marqué 13 buts et il a aidé les Penguins à remporter la Coupe Stanley en 2017. C'était comme dans un rêve.

L'éveil a été brutal.

« Il finit par y avoir un retour à la réalité », a noté son père, un entraîneur adjoint de longue date dans les rangs universitaires qui agit présentement comme dépisteur professionnel pour les Coyotes de l'Arizona. 

Il y a la réalité de devoir repartir à zéro, sauf que cette fois il faut sauter dans le bain d'une saison complète dans la LNH après avoir vécu un été très court de célébrations. Il y a la réalité de devoir faire mieux puisque les attentes sont plus élevées, de montrer que ce n'était pas un coup de chance, que tu mérites de rester dans la LNH.

C'est intimidant comme défi, même quand tu as connu le succès comme Guentzel.

Le défi, ç'a été de soutirer le meilleur de Guentzel au milieu de la dernière saison, quand il a connu un creux de vague long de 28 matchs, du 7 décembre au 11 février, se contentant alors de huit points (quatre buts, quatre passes). Son temps de glace est passé de 18:30 en décembre à 13:32 en janvier. Il n'a eu droit qu'à 9:01 de jeu, le 11 février 2018, dans une victoire de 4-1 à St. Louis contre les Blues.

« Jake a d'abord joué au sein du premier trio », a rappelé Mike, qui était dans l'aréna ce soir-là dans le cadre du voyage pères-fils organisé par les Penguins. En deuxième période, il s'est retrouvé sur le troisième trio et en troisième, il était sur le quatrième trio. Tout d'un coup, on parlait du fait que Jake Guentzel est exclu du jeu de puissance, Jake Guentzel pourrait être retranché de l'alignement à l'occasion du prochain match. »

Sullivan n'est pas allé jusqu'au bout du raisonnement. Il a plutôt choisi de discuter seul à seul avec Guentzel.

L'entraîneur a parlé. Le joueur a écouté. Le message a été livré. C'était clair et net.

« Je ne crois pas que je donnais tout ce que je pouvais à chaque match et que je faisais ce que j'avais besoin de faire pour jouer à ce niveau-ci, a indiqué Guentzel. Cette rencontre m'a vraiment ouvert les yeux et m'a fait réaliser que je devais m'atteler à la tâche, sinon on ne sait jamais ce qui peut arriver. »

Le lendemain soir, Guentzel a marqué deux buts et eu droit à 16:56 de temps de glace dans un gain de 6-3 contre les Sénateurs d'Ottawa.

« Pendant l'échauffement, il évoluait au sein du troisième trio et c'était une bonne chose, a dit Mike, Puis, il a eu droit à du temps de jeu en avantage numérique. Et puis il a marqué. Et il a marqué encore. Il a fini par se retrouver aux côtés de Sidney Crosby en fin de match. Message reçu. »

*****

Une partie des succès de Guentzel est sans contredit attribuable au fait qu'il est jumelé à Crosby. Celui-ci a participé à 25 des 40 buts que Guentzel a marqués cette saison.

« Vous savez quoi, pour jouer avec de bons joueurs et être en mesure de produire à ce niveau-là, tu dois être capable de penser assez vite, a fait remarquer le directeur général adjoint des Penguins Bill Guerin. Ce n'est pas toujours facile de jouer avec un joueur de niveau élite. »

Guentzel n'a aucune difficulté à y arriver, a indiqué Guerin, parce qu'il réfléchit sur la glace de la même façon que Crosby.

Video: NYR@PIT: Crosby complète la passe-et-va

« Sid a joué avec plusieurs autres joueurs qui n'ont pas réussi à faire ce que Jake a fait jusqu'ici, mais le sens du hockey qu'affiche Jake est hors du commun, a affirmé Guerin. Il a un pas d'avance dans sa lecture du jeu. 

« Tous ceux qui ont joué au hockey voudraient avoir le cerveau d'un joueur de 40 ans et les jambes d'un jeune de 20 ans. Jake a des jambes de 24 ans et une intelligence du hockey supérieure à la moyenne. »

Mike Guentzel a fait savoir que son fils a développé ce sens du hockey lorsqu'il était jeune, quand il était un rat d'aréna qui aimait passer du temps dans l'entourage des équipes de son père à l'Université du Minnesota. Jake agissait notamment comme préposé aux bâtons quand l'attaquant des Penguins Phil Kessel a joué pour les Gophers en 2005-06.

« Il avait un bon coup de patin à ses débuts et il était capable de réfléchir à ce qu'il allait faire, a indiqué Mike. J'aimerais penser qu'à force d'être assis à la table de cuisine et d'écouter son père parler de hockey pendant toutes ces années, que tu finis par avoir un bon sens du hockey. »

Le sens du hockey, c'est en plein l'atout qui a incité les Penguins à réclamer Guentzel au troisième tour (77e au total) du repêchage 2013 de la LNH.

« Il était le joueur le plus intelligent du match, chaque fois que je le voyais jouer, et il était aussi le joueur le plus compétitif », a déclaré Scott Bell, l'ancien dépisteur des Penguins qui était affecté au Minnesota et qui a découvert Guentzel. « Il réussissait un jeu après l'autre. Les jeunes ont des décisions qu'ils peuvent prendre sur la glace et quand tu es assis sur la galerie de presse, tu peux voir toutes les options qui s'offrent à eux, et chaque fois que je voyais les options qui s'en venaient, il réussissait le bon jeu. Chaque fois. »

Guentzel n'était pas le plus impressionnant des espoirs à l'époque. Il mesurait 5 pieds 7 pouces, il pesait peut-être 150 livres et il avait de fins cheveux blonds. Il portait un t-shirt blanc quand Bell l'a rencontré à Sioux City, dans l'Iowa, avant le repêchage. Bell, qui est maintenant un dépisteur pour les Maple Leafs de Toronto, a déclaré qu'il avait l'air d'un jeune de l'école secondaire.

« Je lui ai dit que lorsqu'il allait passer ses prochaines entrevues avec d'autres équipes, de porter un sweatshirt », a raconté Bell en riant.

Guentzel lisait le jeu et réfléchissait au déroulement du jeu comme un vétéran, par contre. Les dépisteurs des Penguins ont même eu des discussions entre eux à l'effet qu'il pourrait un jour devenir un joueur apte à patrouiller l'aile aux côtés de Crosby en raison de son sens du hockey.

« Nous en avons effectivement parlé, en ce sens que nous croyions qu'il avait des habiletés et un quotient intellectuel en matière de hockey de premier plan, a affirmé Randy Sexton, le codirecteur du dépistage amateur en 2013 qui est maintenant le DG des Sabres de Buffalo. Nous croyions en effet que s'il réussissait à progresser dans une certaine mesure et à se renforcer physiquement, nous aurions un joueur offensif très talentueux entre les mains. »

Six ans plus tard, les Penguins ont un marqueur de buts qui suit un régime alimentaire strict et un joueur de centre qui adore jouer avec lui. 

« Il a été très bon au niveau de l'exécution du jeu et pour trouver différentes façons de marquer, a noté Crosby, C'est ça le défi. Il ne réussira plus à prendre l'adversaire par surprise. Quand tu as marqué autant de buts, ils vont tenter de trouver des moyens de t'arrêter, mais il a trouvé une façon de contourner ça. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.