Skip to main content

Coupe 1993 : Une photo qui vaut 1000 mots

Les membres de l'édition championne de 1993 insistent pour dire que la notion d'équipe était au cœur de leurs succès

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

Il y a 25 ans, les Canadiens de Montréal ont remporté la Coupe Stanley pour la dernière fois de leur histoire. Il s'agit également du dernier championnat de la LNH de la part d'une équipe canadienne. Les membres de l'édition championne de 1993 seront honorés avant le match d'ouverture locale de l'équipe jeudi soir. Dans un dossier publié en juin, LNH.com est revenu sur cette conquête dans le cadre d'une série d'articles réalisés à la suite d'entrevues avec des membres de cette édition championne et d'intervenants du milieu sportif.

Vingt-cinq ans plus tard, quand Stephan Lebeau veut illustrer la leçon de vie qu'il a tirée de la conquête de la Coupe Stanley des Canadiens de Montréal en 1993, il ressort la photo d'équipe prise au moment des célébrations sur la glace du Forum le soir du 9 juin.

« Il m'arrive d'utiliser cette photo-là pour montrer qu'une équipe c'est ça », raconte l'ancien attaquant du CH en entrevue à LNH.com dans le cadre du 25e anniversaire du dernier sacre du CH. « Moi-même, je la regarde encore. » 

Lebeau dit qu'il y voit une équipe -- ses coéquipiers qui étaient en uniforme, ceux qui ne l'étaient pas, mais également les dirigeants, le personnel d'entraîneurs, les thérapeutes et les préposés à l'équipement.

« Une équipe c'est pas juste un joueur, c'est tout le monde, enchaîne-t-il. Tout le monde a eu un rôle à jouer en 1993, l'affûteur de patins comme les autres. Nous avons tous poussé dans la même voie. Tous sans exception, nous avons travaillé à l'unisson.

« C'est le plus grand enseignement de notre triomphe. C'est ce que je retiendrai jusqu'à la fin de mes jours. »

C'est également la grande leçon qui colle à peau de Patrick Roy depuis un quart de siècle.

« Nous avions un leader en (l'entraîneur) Jacques Demers qui nous a fait croire qu'il n'y a rien d'impossible », relate-t-il à LNH.com. « Dès la première journée du camp d'entraînement, il nous avait lancé que nous allions surprendre le monde du hockey. Sur la glace, je me souviens que plusieurs gars s'étaient regardés avec le sourire en coin. On a pensé que Jacques n'avait pas regardé notre formation comme il faut. Il y avait de "maudites" bonnes équipes dans la LNH, comme les Bruins de Boston et les Penguins de Pittsburgh.

« Mais en s'exprimant de la sorte, Jacques voulait que chacun d'entre nous prenne un engagement ferme à l'endroit de l'équipe, continue Roy. Tout au long de la saison, il est revenu à la charge afin de s'assurer que nous gardions le cap sur l'objectif. C'est le type de culture qui me suit encore après toutes ces années. 

« Les gars se sont soudés dans ce contexte, il régnait une chimie incroyable entre nous et les habitudes de travail n'ont pas cessé d'être meilleures. C'est la recette pour aspirer aux grands honneurs. » 

COUPE 1993Un vote de confiance qui allait tout changerUne date inoubliable, des liens indestructibles

Lebeau convient d'emblée que Demers a été le ciment du groupe, un des grands responsables de la conquête. 

« Il était comme un bon père de famille que personne ne voulait décevoir. Il avait le don de soutirer le maximum de chacun en adoptant une approche humaine, mais tout en se montrant exigeant. Il a été bon pour nous, bon pour moi. Depuis qu'il a été frappé par la maladie il y a quelques années, nous pensons énormément à lui. »

Demers devrait participer d'une façon ou d'une autre aux célébrations marquant le 25e anniversaire de la conquête en fin de semaine, à Montréal. L'ancien capitaine Guy Carbonneau et l'ancien défenseur Patrice Brisebois sont les instigateurs des retrouvailles.

« À toutes les fois que nous nous retrouvons, c'est toujours comme si nous ne nous étions jamais quittés, dit Lebeau. C'est incroyable, on se revoit après 10 ou 15 ans et c'est comme si nous avions été dans le vestiaire ensemble la veille avec la Coupe Stanley. Les liens qui nous unissent sont plus forts que tout. »

L'équipe s'était réunie une première fois afin de souligner le 10e anniversaire en 2003.

« Ç'avait été de belles retrouvailles en 2003, se souvient Muller. Nous nous étions retrouvés ensemble et nous avions pu nous rappeler de beaux souvenirs. Au fil des années, ces moments heureux nous reviennent à l'esprit, surtout à ce temps de l'année, quand la Coupe Stanley est gagnée. C'est plus difficile de regrouper tout le monde, mais c'est toujours très agréable de se revoir. »

Desjardins, qui tâte de l'immobilier en profitant de la nature des Laurentides à Saint-Adolphe-d'Howard, ne sera pas de la partie parce qu'il est en voyage en Italie. Quelques autres manqueront à l'appel.

Sur l'historique photo d'équipe avec la Coupe, il n'y a que deux disparus: l'attaquant Todd Ewen (2015) et le préposé à l'équipement Eddy Palchak (2011).

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.