Skip to main content

Boucher : L'avance de deux buts, pas facile à protéger

Notre chroniqueur se penche sur la difficulté des équipes à conserver leur avance en fin de match depuis le début des séries, ainsi que sur la série Bruins-Maple Leafs

par Philippe Boucher @Booboo4343 / Chroniqueur LNH.com

Philippe Boucher a disputé 17 saisons dans la LNH récoltant 94 buts et 300 points en 748 matchs. Le défenseur natif de Saint-Apollinaire a notamment connu deux saisons de 40 points et plus. Il a participé au Match des étoiles en 2007, en plus de soulever la Coupe Stanley avec les Penguins de Pittsburgh, à sa dernière saison dans la LNH en 2009. Choix de première ronde (no 13) des Sabres de Buffalo en 1991, il a successivement porté les couleurs des Sabres, des Kings de Los Angeles, des Stars de Dallas et des Penguins. Au terme de sa carrière de joueur, il a occupé des postes de direction chez l'Océanic de Rimouski et les Remparts de Québec, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Philippe a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com afin de traiter de divers sujets de l'actualité du hockey.

J'ai écrit dans une chronique en début de saison que l'offensive avait explosé dans la LNH cette saison, au point où on assistait à des pointages qui ressemblaient à ceux du hockey junior, mais que j'anticipais que les choses allaient se resserrer vers la fin de la saison. Il semble que j'ai eu tort, alors que les équipes semblent toujours en mesure de marquer en tout temps, surtout en raison de l'apport des défenseurs à l'attaque.

À LIRE AUSSI : Boucher: Les Islanders, à la manière de Tiger | Biron: Bobrovsky a vaincu ses démons | Gagné: Les acquisitions de McPhee rapportent à Vegas

Ce n'est donc pas pour rien que nous avons assisté à un record de la LNH pour le plus grand nombre de remontées en saison régulière, et la tendance se poursuit en séries. J'ai toujours dit que les avances de deux buts sont les plus difficiles à protéger au hockey, et les présentes séries éliminatoires semblent vouloir le confirmer. 

On a pu voir plusieurs équipes échapper une avance de plus d'un but en fin de match, et je peux vous dire que ce genre de défaite peut laisser des traces.

Je ne suis pas très actif sur Twitter, mais j'ai bien failli gazouiller après la première période du premier match entre les Blue Jackets de Columbus et le Lightning de Tampa Bay pour dire à quel point le Lightning était dominant. J'ai rarement vu une équipe être en contrôle du jeu comme le Lightning l'a fait en première période de cette partie.

Quarante minutes de jeu plus tard, les Blue Jackets s'étaient sauvés avec la victoire, et le Lightning n'est jamais parvenu à reproduire le niveau de jeu qu'il avait affiché au premier tiers. Je ne dis pas que cette remontée explique à elle seule l'élimination de Tampa Bay, mais comme je l'ai dit, ça laisse des traces au chapitre de la confiance.

Video: CBJ@TBL, #1: Jones place Columbus en avance

Un autre exemple de ça est survenu dans la série entre les Flames de Calgary et l'Avalanche du Colorado. Les Flames ont pris les devants en troisième période du deuxième match, avant de voir l'Avalanche créer l'égalité tard dans la rencontre avant de l'emporter en prolongation. 

Transportons-nous dans le match no 4, alors que les Flames mènent par deux buts en troisième période. L'Avalanche a réduit l'écart à un but avec un peu plus de dix minutes à faire. L'effet de la défaite subie deux matchs plus tôt est double. Autant les joueurs des Flames ne peuvent pas vraiment s'empêcher de penser à ce qui s'était passé au cours de cette rencontre, autant ceux de l'Avalanche sont gonflés à bloc puisqu'ils savent qu'ils ont déjà réussi à remonter la pente dans une situation semblable. On connaît la suite, l'Avalanche a nivelé la marque avant de prendre une avance considérable de 3-1 dans la série en l'emportant en surtemps. Les Flames n'ont pu se remettre de ces deux remontées et ont finalement été éliminés en cinq matchs.

Video: CGY@COL #4: Rantanen donne la victoire à l'Avalanche

Il vaut toujours mieux jouer avec l'avance que le contraire, mais le style de jeu d'une équipe joue pour beaucoup dans ces situations. Les Flames forment une équipe offensive, et ils ont été excellents pour venir de l'arrière en troisième période tout au long de la saison. Seul le Lightning a signé plus de gains qu'eux après avoir tiré de l'arrière après deux périodes de jeu en saison régulière. À ce moment-ci de la saison, il faut toutefois être capable de fermer le jeu et de protéger une avance de deux ou trois buts. C'est un peu pour ça qu'une équipe comme les Islanders me semble beaucoup plus fiable avec une avance en fin de match, puisqu'ils sont déjà habitués à jouer de manière hermétique.

Même les Sharks de San Jose ont un peu joué avec le feu en troisième période dans le match no 5 contre les Golden Knights de Vegas. Une chance pour eux que Vegas a écopé d'une punition en fin de troisième, car San Jose ne jouait pas comme une équipe qui allait gagner. Tu ne veux pas que tous les joueurs jouent sur les freins, mais il faut être plus discipliné et systématique en fin de match. La punition d'Erik Karlsson en troisième période aurait pu être coûteuse pour les Sharks, tout comme sa manière de jouer alors que la partie tirait à sa fin. 

Boston peut renverser la situation

Je suis un grand amateur des matchs ultimes, et je pense bien que nous aurons droit à un match no 7 dans la série entre les Maple Leafs de Toronto et les Bruins de Boston. Ce sont deux équipes qui misent sur une belle profondeur, mais ce sont les joueurs clés des deux formations qui sont en train de faire la différence.

La suspension à Nazem Kadri aurait pu faire mal aux Maple Leafs, mais ça donne aussi la chance à d'autres joueurs d'avoir un rôle plus important. On connaît tous les Auston Matthews, John Tavares et Mitchell Marner, mais pour certains de leurs coéquipiers, l'absence de Kadri signifie qu'ils vont obtenir un peu plus de temps de glace ou encore la chance de se faire valoir en avantage numérique. 

J'ai prédit que les Bruins allaient l'emporter en début de séries, alors je vais maintenir cette prédiction, même s'ils tirent maintenant de l'arrière 3-2. Pour l'emporter, les Bruins doivent réussir deux choses. Tout d'abord, il faut qu'ils jouent de manière physique, surtout à l'endroit des jeunes joueurs des Maple Leafs. Toronto demeure une équipe jeune, même s'ils ont acquis de l'expérience au cours des dernières années, et il faut que les Bruins continuent d'imposer une forte pression sur ces joueurs plus inexpérimentés.

Ensuite, il faut que Boston continue d'exposer la faiblesse de la brigade défensive de Toronto, qui demeure leur point faible. Les défenseurs des Maple Leafs jouent mieux qu'en fin de saison, mais les Bruins doivent continuer d'utiliser leur vitesse et leur échec-avant. Plus souvent les Bruins auront la rondelle, plus ils vont mettre en évidence la faiblesse des arrières de Toronto, et plus ils vont sortir de la rencontre leurs gros canons en attaque.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.