Skip to main content

Bon sang ne saurait mentir pour Liam Foudy

Le fils de la médaillée olympique France Gareau sélectionné par Columbus en première ronde du repêchage 2018

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Directeur de la rédaction LNH.com

Les Blue Jackets de Columbus ont assurément repêché un excellent athlète en Liam Foudy au premier tour du repêchage 2018 de la LNH, vendredi. Le joueur de centre des Knights de London dans la Ligue de hockey de l'Ontario (OHL) a été génétiquement favorisé.

Sa mère France Gareau a gagné la médaille d'argent au 100 mètres relais aux Jeux olympiques de Los Angeles en 1984. Son père Sean Foudy a connu une carrière de six saisons dans la Ligue canadienne de football (LCF).

Faut-il s'étonner que le rejeton Liam ait excellé dans d'autres disciplines que le hockey pendant son enfance?

« J'ai pratiqué plusieurs sports, j'ai fait de l'athlétisme au secondaire », a indiqué Foudy, après avoir été le 18e espoir réclamé au total. « J'ai remporté le titre national au 200 mètres haies en neuvième année et j'ai détenu le record de l'Ontario au 300 mètres haies en neuvième et 10e années. Mais quand j'ai été repêché par London à 16 ans, j'ai abandonné les autres sports pour me concentrer sur le hockey.

« Ma mère n'était pas contente au départ, mais elle est très heureuse aujourd'hui. »

La principale intéressée, une Franco-ontarienne née à Verner, confirme avoir eu un pincement au cœur de voir Liam délaisser l'athlétisme, surtout que son autre fils, Jean-Luc, va imiter son aîné après avoir été repêché au 10e rang du dernier repêchage de la OHL par les Spitfires de Windsor.

« Oui, ça va me manquer beaucoup », a confié Gareau en entrevue à LNH.com. « Mais les deux garçons préfèrent jouer au hockey. Ils aiment l'athlétisme, on regarde encore les compétitions internationales à la télévision, mais c'est au hockey qu'ils veulent continuer d'évoluer. »

Video: Liam Foudy discute de la fierté d'être repêché

Liam sait qu'il a grandement bénéficié d'avoir des parents athlètes.

« Ça m'a beaucoup aidé, a affirmé Foudy. Ma vitesse me vient d'eux. Je leur dois beaucoup, ils sont de très bons modèles. »

« Ce que mon entraîneur m'a montré en grandissant, j'ai voulu transmettre les mêmes objectifs et les mêmes défis à Liam, a renchéri Gareau. Notre routine en tant qu'athlète, s'entraîner, ne pas rater d'entraînements. »

Une saison en deux temps

Au cours des premiers mois de la campagne, Foudy ne semblait pas destiné à être sélectionné en première ronde.

Les Knights ont connu un début de saison très difficile et ils ont échangé plusieurs de leurs vétérans en cours de route. Foudy, qui évoluait sur le troisième ou le quatrième trio et qui n'avait obtenu que 11 points en 41 matchs, s'est donc vu confier davantage de responsabilités.

« Je ne jouais pas beaucoup en première moitié de saison, puis en deuxième moitié, il y avait des postes disponibles sur les deux premiers trios et j'ai eu la chance de voir mon temps de jeu augmenter, a raconté Foudy. C'était très emballant comme défi et j'ai saisi ma chance. »

À LIRE : Des Voltigeurs qui doivent beaucoup à Dominique Ducharme | Tkachuk ravi d'être à Ottawa

Il a conclu la saison avec une récolte de 40 points (24 buts, 16 passes) en 65 matchs. Il a par la suite impressionné dans les tests physiques de la séance d'évaluation des espoirs (Combine) à Buffalo au début du mois de juin.

« Je crois que ça m'a certainement aidé, a souligné Foudy. J'ai terminé au premier rang dans plusieurs épreuves. Ça explique peut-être un peu pourquoi j'ai été choisi à ce rang. »

Une journée mouvementée

Débarqués à Dallas en milieu d'après-midi vendredi après un léger retard de leur vol, les Foudy n'ont pas trop eu le temps de réfléchir à ce qui les attendait en soirée.

Une fois installés dans les gradins, le stress est grimpé d'un cran. Ce stress s'est envolé lorsque le défenseur étoile des Blue Jackets Seth Jones a annoncé la sélection de l'équipe de l'Ohio.

« C'était énervant, a admis Gareau. Les équipes défilent, et j'étais contente pour les autres jeunes repêchés. C'est énervant et excitant. Tu te demandes s'il va falloir revenir le lendemain ou si ça va se régler ce soir.

« Et quand on entend le nom de notre enfant, on se dit : "Wow". C'est en quelque sorte un rêve qui se réalise, c'est incroyable. »

S'il affirme ne pas avoir porté une trop grande attention aux différents classements des espoirs pendant la saison, lui qui a été répertorié au 19e rang parmi les patineurs nord-américains par le Bureau central de dépistage, Foudy admet qu'il souhaitait ne pas avoir à reprendre place dans les gradins le lendemain.

« Ç'a été un grand soulagement d'entendre Jones appeler mon nom, a mentionné Foudy. Tu veux être repêché le plus rapidement possible. Être sélectionné en première ronde était un objectif pour moi au début de la saison. C'est vraiment génial que ça se réalise. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.