Zach Parise COL handshake after game 6 loss

DENVER – Zach Parise a été accueilli à son casier par plusieurs de ses coéquipiers de l’Avalanche du Colorado, qui ont fait l’accolade à l’attaquant de 39 ans.

Quelques minutes avant, le vétéran de 19 saisons dans la LNH venait de voir sa dernière chance de remporter la Coupe Stanley échouer. Une défaite crève-cœur de 2-1 en deuxième prolongation contre les Stars de Dallas dans le match no 6 de la deuxième ronde.

« Je suis un peu sous le choc, a confié Parise. Je ne sais pas. J’ai l’impression que nous avons suffisamment bien joué pour gagner et forcer la tenue d’un septième match. Mais ça ne s’est pas produit. »

Parise a signé un contrat d’un an avec l’Avalanche le 26 janvier. Il a répété à divers moments qu’il s’agirait de sa dernière saison dans la LNH, qu’il la termine avec la Coupe Stanley au bout des bras ou non. Il a terminé les séries avec trois points (deux buts, une passe) en 11 matchs.

« C’est difficile parce que nous l’avons convaincu de venir ici », a dit l’entraîneur de l’Avalanche Jared Bednar. « Il avait d’autres options. L’objectif est évidemment d’avoir du succès, surtout quand tu as un ou deux joueurs qui sont en fin de carrière. Tu veux les aider à atteindre leurs objectifs.

« Ils mettent tellement d’efforts en arrivant ici. Ils s’intègrent parfaitement et ils font tout en leur possible pour aider l’équipe. Il est tellement un bon professionnel et une bonne personne. Tout le monde dans le vestiaire était derrière lui. Tout le monde a ses propres motivations. »

L’Avalanche a fait plusieurs bonnes choses, surtout lors des deux premières périodes du match no 6. Mikko Rantanen lui a donné une avance de 1-0 en avantage numérique à 5:48 du deuxième engagement. C’était presque comme si l’Avalanche pratiquait le style de jeu des Stars mieux que ces derniers. Ils bloquaient la zone neutre, sans accorder beaucoup d’occasions de marquer.

Les Stars ont repris vie quand Jamie Benn a créé l’égalité 1-1 à 1:56 du dernier tiers. Plus tard en troisième période, les Stars ont commencé à prendre le contrôle de la rencontre. Ils ont même cru qu’ils avaient gagné en première prolongation, mais le but de l’attaquant Mason Marchment a été refusé à cause d’obstruction sur le gardien.

« Il n’y a aucun doute que ça nous a fatigués, a admis Bednar. Vous pouviez voir notre niveau d’énergie diminuer de période en période, mais nos gars ont tout donné. Nous avons travaillé fort lors de chaque présence. Nous avons défendu avec ardeur. Pendant certaines séquences, nous avons passé beaucoup de temps dans notre zone. Nous nous sommes sacrifiés et nous avons tout fait pour garder la rondelle hors de notre filet. Nous avons bloqué des tirs et limité les chances de qualité. Nous avons tout donné dans les deux sens du jeu. »

L’attaquant des Stars Matt Duchene a finalement tranché le débat à 11:42 de la deuxième prolongation.

DAL@COL: Duchene mène les Stars au carré d'as

« Tout le match a été exigeant », a affirmé l’attaquant de l’Avalanche Andrew Cogliano. « Évidemment, les deux équipes méritaient de gagner, et ils ont inscrit le but de plus.

« C’est difficile à avaler. Certains joueurs ont joué beaucoup de minutes. Les gars étaient exténués, mais ils continuaient à tout donner quand même. Nous avons été incapables d’inscrire le but nécessaire. »

Le défenseur de l’Avalanche Cale Makar a joué un peu plus de 38 minutes. Son partenaire à la défense Devon Toews a joué 37:33. Nathan MacKinnon a été le meneur chez les attaquants avec 36:32 de jeu, tandis que Mikko Rantanen a joué 35:05.

« Pour nous, ils étaient probablement la meilleure équipe de l’Ouest, et nous sentions que nous pouvions rivaliser avec eux, a mentionné Toews. Ils sont tellement structurés. C’est ce que nous tentions de faire nous aussi. Ça rend le jeu un peu plus lent parfois. Leur capacité à respecter leur plan de match même quand nous appliquions de la pression est vraiment impressionnante. »

L’Avalanche a remporté la Coupe Stanley en 2022, et plusieurs joueurs de cette édition sont encore avec l’équipe. Ils croyaient avoir de bonnes chances de répéter l’exploit cette saison. Parise le croyait aussi; c’est ce qui l’a attiré au Colorado.

Parise a indiqué qu’il va maintenant se ranger derrière les Stars, puisqu’il connaît bien certains de leurs membres.

L’entraîneur des Stars Peter DeBoer a été son entraîneur avec les Devils du New Jersey lors de la saison 2011-12, quand Parise est venu le plus près de remporter la Coupe Stanley. Le New Jersey avait perdu en six rencontres face aux Kings de Los Angeles en finale.

Parise a ensuite quitté les Devils après sept saisons et s’est entendu avec le Wild du Minnesota, l’équipe de sa ville natale. Là-bas, il a joué avec l’actuel défenseur des Stars Ryan Suter pendant neuf campagnes.

Il a disputé 1254 parties de saison régulière dans la LNH et 122 matchs des séries avec les Devils, les Stars, les Islanders de New York et l’Avalanche.

Parise a qualifié son séjour avec l’Avalanche d’exceptionnel. Il s’est simplement terminé trop tôt au goût de lui et ses coéquipiers.

« J’ai eu beaucoup de plaisir, a dit Parise. Parfois, j’en venais à me dire que je n’avais plus ma place parce que le niveau de talent était tellement élevé autour de moi.

« Cette équipe va continuer à dominer. Elle va gagner encore. C’était génial de faire partie de ce groupe de joueurs. »

La tasse de café, le balado de LNH.com

Les Oilers peuvent-ils compléter la remontée?

Contenu associé