Skip to main content

Repêchage 2019: Alex Vlasic espère ajouter à l'héritage familial

Le défenseur du programme de développement de l'équipe nationale américaine espère rejoindre son cousin dans la LNH

par Jessi Pierce / Correspondante NHL.com

Alex Vlasic espère faire son propre nom dans la LNH un de ces jours.

En fait, il espère qu'un autre Vlasic s'ajoutera à la grande famille de la LNH à l'occasion du repêchage 2019 de la Ligue.

Vlasic, un défenseur gaucher qui était classé 25e à la mi-saison chez les patineurs nord-américains admissibles au repêchage 2019 selon le Bureau central de dépistage de la LNH, est le cousin du défenseur des Sharks de San Jose Marc-Edouard Vlasic.

Ce qui est pas mal du tout comme héritage familial quand on est un défenseur.

À LIRE : Sous le radar: Joe Veleno ou comment quitter sur une bonne noteCarnet d'espoir: Raphaël LavoieLa loterie du repêchage se tiendra le 9 avril

« C'est vraiment 'cool' d'avoir quelqu'un de si proche qui ait connu autant de succès au hockey et qui est dans la LNH », a indiqué Alex, dont la sœur aînée, Emma Vlasic, est une attaquante de quatrième année et la capitaine de l'équipe de l'université Yale. « J'essaie de jouer le plus possible comme lui. Il travaille tellement fort durant la saison morte et tout ça, alors si je peux arriver à faire comme lui, j'aurai peut-être du succès moi aussi. »

En deux saisons avec le programme de développement de l'équipe nationale de USA Hockey, Alex s'est transformé de jeune joueur dégingandé qui manquait de confiance et dont les qualités offensives laissaient à désirer en gaillard de 6 pieds 6 pouces et 193 livres qui en impose à la ligne bleue. Ses 24 points (quatre buts, 20 passes) en 47 matchs lui donnent une égalité au quatrième rang chez les défenseurs qui font partie de l'équipe des moins de 18 ans du programme de développement américain.

Il attribue à ses coéquipiers le mérite de l'avoir aidé à devenir le joueur qu'il est maintenant, lui qui estmis à l'épreuve quotidiennement en s'entraînant avec d'autres espoirs de premier plan admissibles à la séance de 2019, notamment les attaquants Jack Hughes et Matthew Boldy. Le premier est pressenti pour devenir le tout premier choix, tandis que le deuxième est classé sixième par le Bureau central de dépistage.

« C'est plutôt incroyable de jouer avec un aussi grand nombre de joueurs de talent et d'aussi haut calibre, a noté Alex. Nous nous aidons tous les uns les autres à progresser et nous nous forçons à devenir de meilleurs joueurs. À l'entraînement, quand je me retrouve face à des gars comme Hughes ou Boldy, ou n'importe qui d'autre dans notre formation, ça m'oblige à jouer de façon intelligente. Ça, et le fait aussi que nous affrontons certains des meilleurs joueurs au monde durant la saison, ça ne peut faire autrement que nous aider à devenir meilleurs.

« Je trouve que ça nous prépare très bien à la LNH, où tu es assuré de jouer avec et contre les meilleurs joueurs dans le hockey, match après match. »

Vlasic, qui se retrouvera à l'Université de Boston à l'automne, a cherché cette saison à ajouter du muscle à sa charpente afin de pouvoir mieux réagir devant les joueurs de la NCAA qui sont plus imposants physiquement, et aussi à s'améliorer offensivement.

« Quand tu affrontes des équipes universitaires dès l'âge de 17 ans (avec l'équipe des moins de 17 ans du programme de développement), tu réalises à quel point les gars sont gros, a affirmé Alex. Ça te donne de l'expérience utile avant de te retrouver à ce niveau-là à temps plein.

« Dans mon cas… Cette saison, je savais que je devais travailler sur ma force physique et mon jeu offensif. C'est sûr que je veux incorporer plus d'attaque à ma façon de jouer. Je trouve que j'ai beaucoup de potentiel offensif, donc il faut que j'essaie de travailler là-dessus un petit peu.

« J'essaie juste d'aller sur la patinoire et de faire de mon mieux, de rivaliser avec les autres. Si j'ai du succès, c'est un boni. »

Outre son cousin, Vlasic essaie d'imiter le défenseur Aaron Ekblad (6 pieds 4 pouces, 220 livres) des Panthers de la Floride et Colton Parayko (6 pieds 6 pouces, 230 livres) des Blues de St. Louis. Ils sont tous deux bâtis comme Vlasic physiquement et ils ont produit offensivement dans la LNH.

Vlasic a récolté 29 points en 69 matchs l'hiver dernier avec l'équipe des moins de 17 ans du programme de développement de l'équipe nationale américaine, ce qui signifie qu'il produit davantage cette saison. Il décoche par ailleurs 1,04 tir au but par match en moyenne cet hiver, comparé à 0,84 (58 tirs au but) en 2017-18.

« Je pense que devenir un joueur plus offensif représente toujours un bon défi, a déclaré Marc-Édouard. Mais en même temps, c'est aussi un aspect du jeu sur lequel tu peux facilement travailler. Et d'après ce qu'on me dit, Alex a les habitudes de travail qu'il faut pour faire du chemin en ce sens. … Ça va venir. »

Alex apprécie le soutien que lui donne son cousin et il espère qu'il sera à la hauteur du nom de famille à partir du moment où on l'entendra en juin.

« Vlasic et la défensive, ça va ensemble, a souligné Marc-Édouard. Je suis vraiment content de le voir améliorer son niveau de jeu et j'ai hâte de voir jusqu'où il pourra aller. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.