Skip to main content

Repêchage 2003 revisité : Deux Québécois au sommet

Fleury conserve le premier choix et Bergeron fait un bond de 44 rangs

par LNH.com @LNH_FR

Alors que la saison 2019-20 de la LNH est en pause en raison des inquiétudes entourant le coronavirus, LNH.com revisitera un ancien Repêchage de la LNH chaque semaine. Aujourd'hui, nous refaisons le Repêchage 2003 de la LNH, qui s'est tenu au Gaylord Entertainment Center de Nashville les 21 et 22 juin 2002.

Le Repêchage 2003 de la LNH nous a probablement fourni une des meilleures cuvées des 20 dernières années. Quatorze joueurs sélectionnés cette année-là ont franchi le plateau des 1000 matchs dans la LNH, et un certain Shea Weber (990) devrait s'ajouter à cette liste d'ici peu. 

À l'époque, les Penguins de Pittsburgh avaient fait de Marc-André Fleury le tout premier choix de l'encan, et ce dernier a conservé son trône lors de notre séance revisitée. Derrière lui, l'ordre a plutôt été modifié, alors que 12 joueurs initialement sélectionnés plus tard qu'en première ronde se classent maintenant dans le top-30. 

Outre Fleury, deux autres gardiens, dont un Québécois, trouvent dorénavant preneur en première ronde. Avec les choix présentés ci-après, force est d'admettre que le visage de quelques organisations aurait pu être très différent pendant de nombreuses années. 

À partir des joueurs issus de la cuvée 2003, sept membres du personnel de LNH.com ont refait le Repêchage 2003 de la LNH.

À titre de référence, vous pouvez consulter les joueurs choisis lors du Repêchage 2003 ici. Voici les résultats :

REPÊCHAGES REVISITÉS : 2001 | 2002 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013

1. Marc-André Fleury, G, Penguins de Pittsburgh (initialement sélectionné au premier rang par les Penguins) - Choisir entre Fleury et le joueur parfait qu'est Patrice Bergeron a été extrêmement déchirant, mais on peut supposer qu'avec l'arrivée éventuelle de Sidney Crosby et d'Evgeni Malkin, le rôle de Bergeron à Pittsburgh aurait été moindre que chez les Bruins de Boston. C'est pourquoi les Penguins ne changeront pas l'histoire et repêcheront Fleury au tout premier rang. Après tout, pourquoi feraient-ils les choses différemment? Fleury est l'un des meilleurs gardiens de sa génération et il a réglé le problème de gardiens des Penguins en défendant leur filet pendant 13 saisons. Depuis qu'il est dans la LNH, il prend le premier rang chez les gardiens pour les victoires (466) et il est à égalité en deuxième place pour les blanchissages (61). Mais surtout, il a remporté la Coupe Stanley à trois reprises (2009, 2016, 2017), étant un élément particulièrement important de la conquête de 2009. Et à ceux qui minimiseront son impact sur les championnats de 2016 et 2017 en raison de Matt Murray, regardez ce qu'il a accompli lors de la saison inaugurale des Golden Knights de Vegas. Non seulement a-t-il été le visage de la concession d'expansion, mais il a été son pilier sur la glace. Sans lui, les Golden Knights n'auraient pas atteint la Finale de la Coupe Stanley 2018. - Hugues Marcil, pupitreur LNH.com

2. Patrice Bergeron, C, Hurricanes de la Caroline (initialement sélectionné 45e rang par les Bruins de Boston) - Un joueur de concession comme Patrice Bergeron fera un grand bien aux Hurricanes. Le joueur de centre québécois connaît une carrière aussi productive que les meilleurs joueurs de ce repêchage, avec 869 points, dont 352 buts, en 1089 matchs, mais c'est surtout un joueur qui rend tous ses coéquipiers meilleurs et qui est extrêmement fiable dans les deux sens de la patinoire, comme le démontrent ses quatre trophées Selke. C'est un leader qui peut être capitaine de toute équipe de la LNH (sauf les Bruins, puisque Zdeno Chara semble en route pour jouer jusqu'à 50 ans!).  - Nicolas Ducharme, journaliste LNH.com

Video: BOS@PHI: Bergeron marque au-dessus du bouclier

3. Ryan Getzlaf, C, Panthers de la Floride (initialement sélectionné au 19e rang par les Ducks d'Anaheim) - En Getzlaf, les Panthers compteront sur un joueur de centre numéro et sur un joueur de concession pour de nombreuses années. Non seulement Getzlaf possède-t-il le meilleur ratio point/match parmi tous les joueurs de cette cuvée exceptionnelle, il est également un des plus complets et des plus responsables, comme en fait foi son différentiel de plus-130 (deuxième derrière Bergeron, plus-201). Depuis 2003-04, le natif de Regina est le huitième meilleur marqueur de toute la LNH avec 965 points (274 buts, 691 passes). Même après plus de 1000 matchs en carrière, Getzlaf parvient à être un joueur dominant et il occupe toujours un rôle de premier plan chez les Ducks malgré ses 35 ans. - Philippe Landry, pupitreur LNH.com

4. Eric Staal, (C), Blue Jackets de Columbus (initialement sélectionné au 2e rang par les Hurricanes de la Caroline) - Staal est le meilleur buteur (436) et pointeur (1021) de sa cuvée, lui qui est le seul joueur sélectionné en 2003 à avoir franchi le plateau des 1000 points. Il s'agit donc d'un très beau cadeau pour Columbus de pouvoir le réclamer au quatrième rang, et les dirigeants des Blue Jackets doivent saliver à l'idée de pouvoir jumeler Staal à Rick Nash sur leur premier trio pendant plus d'une décennie. Nash n'a jamais eu la chance de jouer avec un centre de la trempe de Staal, et le visage de l'offensive de Columbus aurait été rapidement défini avec ces deux vedettes dans ses rangs. - Sébastien Deschambault, directeur de la rédaction LNH.com

5. Shea Weber, D, Sabres de Buffalo (initialement sélectionné au 49e rang par les Predators de Nashville) - Les Sabres comptaient déjà sur plusieurs bons éléments offensifs, et même sur quelques-uns à la ligne bleue. Reste que la perspective de jumeler l'imposant défenseur au jeune Brian Campbell pour plusieurs années aurait charmé l'organisation. Toujours reconnu pour son apport offensif et sa fiabilité en défensive, Weber aurait atteint le plateau des 1000 matchs si la saison n'avait pas été interrompue. Il est le troisième défenseur le plus productif de cette cuvée grâce à ses 570 points, dont 218 buts, en 990 matchs, mais peu de joueurs lui arrivent à la cheville en termes de leadership. - Guillaume Lepage, journaliste LNH.com

Video: VAN@MTL : Weber double l'avance d'un puissant lancer

6. Brent Burns, D, Sharks de San Jose (initialement sélectionné au 20e rang par le Wild du Minnesota) - On peut comprendre l'énigme que le mastodonte pouvait représenter pour plusieurs équipes dans le temps. Burns a été repêché comme un ailier droit, mais c'est comme défenseur qu'il a finalement trouvé sa voie. L'initiative vient de l'entraîneur du Wild Jacques Lemaire, qui a tôt fait de déceler en lui le potentiel d'un défenseur à caractère offensif. Même rendu chez les Sharks en 2011, Burns a fait la navette au début entre les deux positions. C'est depuis la saison 2014-15 qu'il évolue en défense à temps plein. Il a gagné le trophée Norris, à titre de défenseur par excellence de la ligue, en 2017. Avoir su tout ce qu'on sait maintenant, il aurait été un des premiers défenseurs choisis, sinon le premier. -Robert Laflamme, journaliste principal LNH.com

7. Ryan Suter, D, Predators de Nashville (initialement sélectionné au septième rang par les Predators) - Aucune raison de contester ce choix de David Poile. Depuis son entrée dans la Ligue en 2005, Suter est un modèle de constance et d'endurance, menant tous les défenseurs de la LNH au chapitre des matchs joués (1142) et tous les joueurs au chapitre du temps de glace (28 751:12). Il est également régulier comme une horloge du côté offensif : depuis la saison 2008-09, il a récolté au moins 35 points dans chacune des saisons sauf une fois (32 en 2012-13), et au moins 15 points en avantage numérique dans 10 campagnes sur 12. Même après 15 saisons, il continue à être l'un des défenseurs les plus fiables et les plus constants dans la Ligue. - John Ciolfi, producteur senior LNH.com

8. Joe Pavelski, C, Thrashers d'Atlanta (initialement sélectionné au 205e rang par les Sharks de San Jose) En voilà un qui aurait eu bien moins de temps pour froisser son veston dans les gradins du Bridgestone Arena de Nashville. L'Américain a pris quelques années avant de s'amener dans la LNH, mais quel complément il aurait été aux Ilya Kovalchuk et Marian Hossa. Pavelski n'a connu qu'une saison complète de moins de 20 buts et a franchi trois fois le plateau des 30 buts et une fois celui des 40 buts, ce qui en fait le sixième meilleur buteur de sa cuvée. - Lepage

9. Zach Parise, (AG), Flames de Calgary (initialement sélectionné au 17e rang par les Devils du New Jersey) - Jarome Iginla à droite, Parise à gauche… de quoi faire peur à toutes les unités défensives de la Ligue pendant plusieurs saisons. L'ajout de Parise, auteur de six saisons de 30 buts et plus au cours de sa carrière, risque d'enlever un peu de pression à Iginla, qui s'est souvent senti bien seul en attaque à Calgary. Parise occupe le deuxième rang de sa cuvée avec 386 buts et le sixième avec 792 points. Parise a également été capable d'élever son jeu d'un cran quand l'enjeu était important, alors que sa moyenne de 0,76 point par match en séries éliminatoires lui confère le quatrième rang parmi les joueurs sélectionnés en 2002. - Deschambault

10. Jeff Carter, C, Canadiens de Montréal (initialement sélectionné au 11e rang par les Flyers de Philadelphie) - Avec Corey Perry encore disponible, il y a certes une hésitation, mais les besoins au poste de centre sont trop importants à Montréal pour passer à côté de Carter. Gros, grand et droitier, l'Ontarien occupera un rôle important au sein du top-6 en attaque chez les Canadiens. Après 1040 matchs de saison régulière, Carter a inscrit 382 buts et récolté 732 points, en plus de maintenir un taux d'efficacité supérieur à 50 pour cent (50,4) aux cercles des mises en jeu. Il est également un joueur qui sait faire la différence. Depuis 2003-04, Carter prend le troisième rang dans toute la LNH pour les buts gagnants avec 83. Seuls Alex Ovechkin (110) et Patrick Marleau (86) le devancent dans cette catégorie. - Landry 

Video: CGY@LAK: Carter double l'avance de l'enclave

11. Corey Perry, AD, Flyers de Philadelphie (initialement sélectionné par les Mighty Ducks d'Anaheim au 28e rang) - Parmi tous les joueurs repêchés en 2003, Perry est le quatrième plus productif avec 797 points, dont 377 buts, en 1045 matchs. C'est donc une aubaine de l'obtenir au 11e rang. Mais en plus, il est un joueur physique, ce que les partisans de Philadelphie vont adorer, et il peut autant évoluer sur le jeu de puissance qu'en désavantage numérique, lui qui a remporté le trophée Hart en 2010-2011. Il fera un excellent duo avec Simon Gagné, que les Flyers ont repêché cinq ans plus tôt. - Ducharme  

12. Ryan Kesler, C, Rangers de New York (initialement sélectionné au 23e rang par les Canucks de Vancouver) - Après quelques saisons plutôt tranquilles à Vancouver, Kesler a trouvé son rythme à partir de la saison 2008-09, quand il a récolté 59 points et inscrit 21 buts, la première saison d'une séquence de cinq consécutives - et de neuf en 10 ans - où il a marqué au moins 20 buts, incluant une récolte de 41 en 2010-11, aidant les Canucks à atteindre la Finale de la Coupe Stanley. Mais en plus de ses talents offensifs, Kesler est reconnu comme l'un des meilleurs attaquants défensifs de sa génération. Sa capacité à taper sur les nerfs de ses adversaires est légendaire, mais il a également brillé dans les cercles de mises en jeu (55,7 pour cent depuis 2008-09) et pour bloquer des tirs (855 depuis 2005-06, 3e parmi tous les attaquants). Ses prouesses défensives lui ont permis de remporter le trophée Selke en 2010-11. - Ciolfi

13. Dustin Byfuglien, D, Kings de Los Angeles (initialement sélectionné au 245e rang par les Blackhawks de Chicago) - Les Kings ne vont pas se plaindre de pouvoir mettre la main sur un général en défensive comme Byfuglien au 13e rang de ce repêchage revisité et vont lui faire faire un bond de 232 places par rapport à 2003. Entre 2010-11, saison lors de laquelle on l'a replacé à sa position naturelle après quelques campagnes comme attaquant, et 2017-18, Byfuglien a pris le troisième rang chez les défenseurs de la LNH au chapitre des points (385) et la quatrième place pour les buts (118), alors qu'il a réussi six campagnes d'au moins 12 buts, dont deux de 20 filets. En plus de vous faire mal sur la feuille de pointage, Byfuglien (6 pieds 5 pouces, 260 livres) est une véritable force de la nature. Parmi les joueurs repêchés en 2003, il prend la cinquième place pour les mises en échec (1951) et les minutes de pénalité (1094). - Marcil

14. Brent Seabrook, D, Blackhawks de Chicago (initialement sélectionné au 14e rang par les Blackhawks) - On ne répare pas ce qui n'est pas brisé. Alors pourquoi les Blackhawks n'opteraient-ils pas encore pour Seabrook, si c'était à refaire? Le défenseur est un modèle de constance et de durabilité depuis 15 ans. Il vient au quatrième rang de sa cuvée pour ce qui est des matchs joués, avec 1114, derrière Staal, Dustin Brown et Suter, dans l'ordre. À l'âge de 35 ans, les blessures commencent toutefois à le rattraper. Cette saison, il n'a joué que 32 rencontres. Seabrook a été partie prenante des trois conquêtes de la Coupe Stanley de l'équipe en l'espace de six ans dans la première moitié des années 2010. - Laflamme

15. Thomas Vanek, AG, Islanders de New York (initialement sélectionné au 5e rang par les Sabres de Buffalo) - L'Autrichien a couronné une belle carrière de 373 buts et 789 points en 1029 matchs. On en parle au passé parce qu'il n'a pas trouvé preneur cette saison après avoir réussi 16 buts en 64 rencontres dans l'uniforme des Red Wings de Detroit en 2018-19. Vanek avait connu des débuts fulgurants chez les Sabres en s'offrant deux saisons de 40 buts et plus à ses quatre premières campagnes. Il n'a surpassé la barre des 30 buts qu'une fois dans ses 10 saisons suivantes. Les Islanders n'étaient pas bien nantis en ailiers dans ces années-là. Miroslav Satan a été leur meilleur marqueur en 2005-06, la première saison de Vanek, avec 66 points. - Laflamme

16. Dustin Brown, AD, Sharks de San Jose (initialement sélectionné au 13e rang par les Kings) - Brown ne sera pas trop dépaysé, alors qu'il aboutit à San Jose, à un peu plus de 500 kilomètres au nord de Los Angeles. Les Sharks vont mettre la main sur un attaquant complet, capable de mettre des points au tableau, mais aussi d'affronter les meilleurs trios adverses et d'évoluer en désavantage numérique. Brown est le 10e meilleur marqueur de sa cuvée avec 653 points (299 buts, 354 passes) en 1183 matchs, et même si son étoile a pâli au cours des dernières saisons, il ne faut pas oublier qu'il a réussi sept saisons d'au moins 51 points et 22 buts. Il ne faut pas non plus négliger l'aspect leadership, alors qu'il a été capitaine des Kings entre 2008-09 et 2015-16. Voilà l'ailier parfait pour un Patrick Marleau ou un Joe Thornton à San Jose. - Marcil

17. Mike Richards, C, Devils du New Jersey (initialement sélectionné au 24e rang par les Flyers de Philadelphie) - Les Devils venaient de gagner la Coupe Stanley pour la deuxième fois et de participer à une troisième Finale en quatre ans, quand ils sont montés sur le podium en 2003. Le sentiment d'urgence n'était probablement pas le même que celui d'autres formations. En choisissant Richards, les Devils ajoutent un espoir de qualité à leur banque et un travailleur acharné qui aurait pu leur rendre de précieux services en séries. Il a joué un grand rôle dans les conquêtes des Kings en 2012 et en 2014 et a conclu sa carrière avec 487 points (181 buts) en 749 matchs. - Lepage

18. Corey Crawford, G, Capitals de Washington (initialement sélectionné au 52e rang par les Blackhawks de Chicago) - Oui, les Capitals allaient profiter de la présence d'Olaf Kolzig devant le filet jusqu'en 2008, mais il n'est jamais trop tôt pour sélectionner son futur successeur. Au cours de la dernière décennie dans la LNH, il y a peu de gardiens qui ont connu autant de succès que le Montréalais. Deux fois gagnant du trophée Jennings et de la Coupe Stanley, Crawford se classe neuvième parmi tous les gardiens depuis 2010-11 avec 259 victoires, et 10e avec une moyenne de buts alloués de 2,44. Il n'a pas peut-être connu autant de succès que Fleury, mais parmi un solide groupe de portiers sélectionnés en 2003, Crawford est assurément le deuxième meilleur. - Ciolfi

Video: STL@CHI: Crawford étire la jambière devant Barbashev

19. David Backes, C, Ducks d'Anaheim (initialement sélectionné au 62e rang par les Blues de St. Louis) - À la surprise générale, les Mighty Ducks ont atteint la Finale de la Coupe Stanley en 2003, avant de s'incliner contre les Devils. Malheureusement pour eux, des joueurs comme Paul Kariya et Adam Oates ont quitté l'équipe après cette saison. Il faut les remplacer. Backes pourra remplir ce rôle. L'attaquant, qui peut jouer au centre et à l'aile, est taillé sur mesure pour la LNH des années 2000, lui qui a amassé 557 points en 950 matchs dans la LNH. À 6 pieds 3 pouces et 212 livres, c'est un joueur très physique, comme le démontrent ses 2679 mises en échec, au premier rang parmi tous les joueurs repêchés en 2003, et c'est un leader - il a été capitaine des Blues durant cinq ans. - Ducharme

20. Loui Eriksson, (AG), Wild du Minnesota (initialement sélectionné au 33e rang par les Stars de Dallas) - Comment le 11e pointeur de la cuvée 2003 a-t-il pu glisser jusqu'au 20e rang? Probablement parce qu'il a ralenti au cours des dernières saisons, mais au cours des meilleures campagnes de sa carrière, soit entre 2008-09 et 2015-16, Eriksson a été l'un des attaquants les plus dangereux parmi ceux sélectionnés cette année-là. Au cours de ces huit saisons, il a récolté au moins 60 points à cinq reprises et franchi le plateau des 30 buts à deux reprises, ce qui lui a permis d'occuper le sixième rang des pointeurs de la LNH parmi les joueurs de sa cuvée (454 points). Au cours de cette période, il était aussi considéré comme l'un des attaquants les plus responsables de la ligue défensivement. Eriksson cadre parfaitement avec le style du Wild, façonné par Jacques Lemaire, qui prône du hockey responsable sur toute la surface de la patinoire. - Deschambault

21. Dion Phaneuf, D, Bruins de Boston (initialement sélectionné au 9e rang par les Flames de Calgary) - Les Bruins viennent de terminer au 25e rang de la Ligue pour les buts accordés en 2002-03 et la défensive a besoin d'un coup de main. Et il est difficile de trouver un défenseur qui cadrerait mieux dans le style robuste des Bruins que Dion Phaneuf. Parmi tous les arrières depuis 2003-04, Phaneuf prend le deuxième rang pour les mises en échec (2460), la 13e place pour les tirs bloqués (1550) et est le meneur pour les minutes de pénalité (1345). L'Albertain est également capable de contribuer offensivement, comme en fait foi sa récolte de 494 points (137 buts, 357 passes) au cours d'une carrière de plus de 1000 matchs. Un choix évident pour Boston à ce stade-ci. - Landry 

22. Braydon Coburn, D, Oilers d'Edmonton (initialement sélectionné au 8e rang par les Thrashers d'Atlanta) - Ce n'est pas pour ses aptitudes offensives, mais plutôt pour sa stabilité et son jeu défensif que Coburn est un choix logique pour les Oilers. Toujours actif dans la LNH, le grand gaillard de 6 pieds 5 pouces s'approche du plateau des 1000 matchs en carrière (964), lors desquels il a joué en moyenne près de 20 minutes par match (19:25). Parmi les défenseurs de sa cuvée, Coburn prend le sixième rang pour le différentiel (plus-49) et le cinquième rang pour les mises en échec (1430) et les tirs bloqués (1194). L'apport défensif d'un joueur comme Coburn ne pourrait certainement pas nuire à Edmonton, qui a terminé dans le dernier tiers de la Ligue pour les buts contre à huit reprises lors des 10 dernières saisons. - Landry 

23. Lee Stempniak, AD, Canucks de Vancouver (initialement sélectionné au 148e rang par les Blues de St. Louis) - Pour un gars qui a été repêché sur le tard, en cinquième ronde et à l'âge de 20 ans, Stempniak est en voie de boucler une carrière plus qu'intéressante. Sa deuxième saison a été la meilleure, avec 27 buts et 52 points. Le rapide attaquant a roulé sa bosse au sein de 10 équipes, mais il tombera à court du plateau des 1000 matchs, avec 911 rencontres à son dossier. L'Américain âgé de 37 ans a livré deux matchs dans l'uniforme des Bruins de Boston cette saison. - Laflamme

24. Nathan Horton, AD, Flyers de Philadelphie (initialement sélectionné au troisième rang par les Panthers de la Floride) - Il aurait été fort possible que Horton soit sélectionné dans le top-10 de ce repêchage revisité si sa carrière n'avait pas été limitée à 627 matchs en raison de blessures récurrentes au dos et à l'épaule. Parmi tous les joueurs de la cuvée 2003 qui ont disputé au moins 100 matchs dans la LNH, Horton figure au quatrième rang pour les buts par 60 minutes (0,91), au deuxième rang pour les mentions d'aide par heure jouée (1,42) et au premier rang au chapitre des points par heure jouée (2,32). Il n'a pas eu beaucoup d'occasions de participer aux séries éliminatoires, mais il a profité au maximum de son temps, amassant 36 points (15 buts) en 43 matchs et aidant les Bruins à remporter la Coupe Stanley en 2011 et à retourner en Finale deux ans plus tard. - Ciolfi

25. Milan Michalek, (AG), Panthers de la Floride (initialement sélectionné au 6e rang par les Sharks de San Jose) - En 2003, les Panthers viennent de conclure une saison où ils n'ont marqué que 176 buts, alors que seuls cinq de leurs joueurs sont parvenus à toucher la cible au moins 10 fois. Après avoir sélectionné Getzlaf au troisième rang, l'ajout du meilleur buteur encore disponible devient donc un choix évident pour la Floride. Michalek a produit à un rythme régulier en début de carrière, avant que les blessures ne le ralentissent considérablement. À ses sept premières saisons complètes, Michalek a inscrit au moins 20 buts à cinq reprises, incluant un sommet de 35 buts avec les Sénateurs en 2011-12, en plus de récolter au moins 50 points quatre fois. - Deschambault

26. Matt Moulson, AG, Kings de Los Angeles (initialement sélectionné au 263e rang par les Penguins de Pittsburgh - À l'époque, les Kings préparaient tranquillement l'après-Luc Robitaille à l'aile gauche. Ils avaient mis la main sur le prometteur Alexander Frolov et le jeune Michael Cammalleri laissait entrevoir de belles choses. Avec l'ajout de Moulson, les Kings n'auraient pas manqué d'options pour entourer Anze Kopitar à son arrivée dans la LNH. Moulson a connu ses meilleures saisons - dont une de 36 buts et 69 points - aux côtés de John Tavares avec les Islanders, et il aurait pu faire de même chez les Kings. - Lepage

27. Marc Methot, D, Kings de Los Angeles (initialement sélectionné au 168e rang par les Blue Jackets) - Les Kings amorçaient une reconstruction lors du Repêchage 2003, et on dit souvent qu'il faut rebâtir par la défensive, donc c'est exactement ce qu'ils vont faire en sélectionnant Methot. Des joueurs comme lui, tu ne peux jamais en avoir trop. Le franco-ontarien n'avait rien de flamboyant, mais il était un arrière à caractère défensif capable de jouer une vingtaine de minutes par match et de se mesurer aux meilleurs joueurs adverses, le complément parfait à un joueur offensif comme Byfuglien, repêché au 13e rang de cette séance revisitée. Parmi les défenseurs repêchés en 2003, Methot est cinquième pour le différentiel (plus-51) et sixième pour les mises en échec (1399). - Marcil

28. Tobias Enstrom, D, Ducks d'Anaheim (initialement sélectionné au 239e rang par les Thrashers d'Atlanta) - Après avoir sélectionné Backes plus tôt dans ce repêchage, les Ducks poursuivront leur reconstruction en visant la ligne bleue, cette fois. Enstrom a connu un excellent début de carrière dans la LNH en amassant au moins 30 points lors de ses six premières saisons complètes, dont une campagne de 50 points en 2009-10. Il a finalement terminé sa carrière dans la LNH avec 308 points en 719 rencontres, au septième rang parmi tous les défenseurs repêchés en 2003. Il pourra alimenter l'offensive des Ducks lorsqu'elle visera la coupe plus tard dans la décennie. - Ducharme 

29. Brian Boyle, C, Sénateurs d'Ottawa (initialement repêché au 26e rang par les Kings de Los Angeles) - Le prototype annoncé du gros joueur de centre (6 pieds 6 pouces, 245 livres) capable de remplir toutes les missions, tant en défense qu'à l'attaque, Boyle s'est développé tardivement. Il s'est établi dans la LNH vers l'âge de 26 ans, mais comme le bon vin, il est devenu meilleur avec les années. Il a marqué 18 buts, la saison dernière, avec les Devils du New Jersey et les Predators de Nashville. Son sommet de 21 buts a été réalisé en 2010-11. Boyle montre un taux d'efficacité sur les mises au jeu en carrière de 50,5 pour cent. Avec 805 matchs au compteur et malgré la maladie qui l'a affecté il y a quelques saisons, il lui reste peut-être encore du hockey dans le corps. Cette saison, l'Américain avait amassé 15 points en 39 matchs avec les Panthers de la Floride. - Laflamme  

Video: LAK@FLA: Boyle fait mouche depuis l'enclave

30. Jaroslav Halak, G, Blues de St. Louis (initialement sélectionné au 271e rang en 2003) - La relève devant le filet des Blues était bien mince à l'époque et ils ont jonglé avec différents gardiens - dont Halak - avant que Jake Allen finisse par s'établir comme un véritable gardien no 1 développé par l'organisation en 2014-15. La venue du gardien slovaque aurait possiblement évité bien des casse-têtes à St. Louis. Il a prouvé au cours de sa carrière qu'il pouvait aussi bien occuper le poste de no 1 que d'être l'un des meilleurs auxiliaires de la LNH. - Lepage

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.