Skip to main content

Poolers : On revoit le véritable Larkin à Detroit

Ekblad et Markstrom profitent des succès de leur équipe; Duclair, Morrissey et Varlamov sont en léthargie

par Hugues Marcil @HuguesMarcil / Pupitreur LNH.com

Au cours d'une saison, certains joueurs voient leur situation être modifiée, que ce soit en raison d'un changement de rôle, d'une transaction ou d'une blessure à un coéquipier. Chaque jeudi, LNH.com propose aux poolers quelques joueurs dont la valeur est en hausse, et quelques autres dont la valeur est en baisse et avec lesquels les poolers devraient faire preuve de prudence.

À LIRE AUSSI : Le top-100 des attaquants | Le top-50 des défenseurs | Le top-25 des gardiens


EN HAUSSE

Dylan Larkin, Red Wings de Detroit (A) : Les poolers ont droit au véritable Larkin depuis maintenant près d'un mois. À ses 11 dernières rencontres, le joueur de centre a été blanchi de la feuille de pointage à une seule reprise, récoltant 12 points (quatre buts, huit passes). Il peut sembler évident de placer un joueur comme Larkin dans la catégorie des joueurs en hausse, mais il faut rappeler qu'il vient de traverser un énorme passage à vide. Entre le 16 novembre et le 29 décembre, Larkin a récolté seulement huit points (trois buts, cinq aides), prenant le sixième rang des marqueurs de son équipe durant cette séquence. Larkin parvient à produire avec peu de talent autour de lui et au sein d'une équipe qui mise sur un jeu de puissance anémique (14,8 pour cent). C'est encourageant pour le reste de la saison, mais aussi pour les années à venir.

Video: DET@COL: Larkin a raison de Francouz du revers
 

Aaron Ekblad, Panthers de la Floride (D) : Les Panthers sont l'une des meilleures équipes de la LNH par les temps qui courent, et ça profite à Ekblad, qui vient d'obtenir cinq mentions d'aide à ses six derniers matchs, qui se sont conclus par six gains de la Floride. Le principal élément qui rebute les poolers avec Ekblad, c'est qu'il ne se retrouve pas sur la première vague du jeu de puissance, un privilège qui est réservé à son coéquipier Keith Yandle. Cela dit, ça ne devrait pas trop déranger les poolers, car au cours de leur séquence victorieuse, les Panthers ont été l'offensive la plus productive de la LNH avec 30 buts. Avec un tel rythme de production, il est évident qu'Ekblad va continuer à engranger sa part de points d'une manière ou d'une autre. D'ailleurs, depuis le début de la saison, les Panthers forment la troisième attaque la plus prolifique de la LNH (180 buts), derrière les Maple Leafs de Toronto (185) et les Capitals de Washington (182), et il ne faut pas se surprendre qu'Ekblad se dirige tout droit vers la meilleure saison de sa carrière.

Jacob Markstrom, Canucks de Vancouver (G) : Si les Canucks se retrouvent en tête d'une lutte serrée dans la section Pacifique, ils peuvent remercier Markstrom. À ses quatre derniers départs, le portier a maintenu une fiche de 4-1-0 avec une moyenne de buts alloués de 2,02 et un pourcentage d'arrêts de ,934. Depuis maintenant plus d'un mois, Markstrom fait preuve de beaucoup de constance. En 11 départs depuis le 19 décembre, il a conservé un dossier de 10-2-0 avec une moyenne de 2,67 et un pourcentage de ,921, alors qu'il a obtenu 12 des 16 derniers départs de son équipe. Au cours de cette séquence, il a été le cinquième gardien le plus occupé de la LNH (394 tirs reçus). Parmi ces cinq portiers, il est deuxième pour la moyenne et le pourcentage.

Video: VAN@MIN: Markstrom stoppe Zucker et Kunin
 

EN BAISSE

Anthony Duclair, Sénateurs d'Ottawa (A) : Malheureusement pour Duclair, la nouvelle année ne commence pas comme la dernière s'est terminée. L'attaquant n'a qu'une maigre passe en huit sorties depuis le 7 janvier et il a conservé au passage un différentiel de moins-3. Le problème, c'est que Duclair n'est pas le plus grand des fabricants de jeu et que s'il ne trouve pas le fond du filet sur une base régulière, sa contribution offensive devient limitée. À preuve, il a inscrit 21 buts et amassé seulement 12 passes en 49 rencontres cette saison. Il a tout de même dirigé 21 lancers au filet durant sa léthargie, mais il s'agit de sa seule contribution importante, car il distribue peu de mises en échec.

Josh Morrissey, Jets de Winnipeg (D) : Même s'il est le deuxième joueur le plus utilisé des Jets cette saison, Morrissey n'a récolté que deux points (un but, une passe) à ses 15 plus récents affrontements, séquence au cours de laquelle il a maintenu un différentiel de moins-10, le pire de toute la LNH chez les défenseurs. Au cours de cette mauvaise séquence, les Jets ont pris le 24e rang de la Ligue pour la moyenne de buts par match (2,67), à égalité avec les Islanders de New York, ce qui n'aide en rien la cause de Morrissey, qui est d'ailleurs écarté de la première vague du jeu de puissance au profit de Neal Pionk depuis un bon moment déjà. Jusqu'à ce que l'offensive de Winnipeg se relance, Morrissey est un défenseur à éviter.

Semyon Varlamov, Islanders de New York (G) : Varlamov a été incapable de savourer la victoire à ses quatre derniers départs, conservant une fiche de 0-3-1 avec une moyenne de 4,44 et un pourcentage de ,864. Cette glissade de Varlamov a fait en sorte que son auxiliaire Thomas Greiss a obtenu le départ dans trois des cinq plus récents affrontements de l'équipe, alors que Varlamov venait de prendre l'ascendant sur Greiss et s'imposait tranquillement comme le gardien numéro un de l'équipe. La dernière chose que les poolers veulent revoir, c'est le système d'alternance qui prévalait en début de saison à New York. C'est toutefois ce qui les guette si Varlamov ne se ressaisit pas bientôt.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.