Skip to main content

Le sentiment d'être au bon endroit au bon moment

Le défenseur Mike Reilly semble vouloir prendre son envol chez les Canadiens

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - Ça n'a pas fonctionné pour Mike Reilly avec l'équipe de son patelin, le Wild du Minnesota, mais le jeune défenseur a su que sa carrière pourrait prendre son envol dès qu'il s'est amené chez les Canadiens de Montréal, la saison dernière.

« C'est le jour et la nuit par rapport au Minnesota », n'hésite d'ailleurs pas à dire l'Américain âgé de 25 ans. « J'ai le sentiment de me retrouver au bon endroit au bon moment. »

Peu utilisé avec le Wild la saison dernière, Reilly a obtenu du temps de jeu en masse après que le CH eut fait son acquisition en retour d'un choix de cinquième tour en 2019 à la date limite des échanges en février, quand les carottes étaient cuites pour lui. Réserviste chez le Wild, Reilly a utilisé la dose de confiance qu'il a acquise comme un tremplin pour cette saison.

« Je savais qu'avec (les Canadiens), ce serait une bonne occasion pour moi. On m'a beaucoup utilisé et j'ai fait en sorte de demeurer sur l'élan que je me suis donné en fin de saison jusqu'à mon retour au camp cette saison. »

À LIRE : De La Rose de retour à l'entraînement | Byron s'amuse à Pittsburgh

L'entraîneur Claude Julien a dit que Reilly s'est présenté au camp plus confiant en ses aptitudes.

« Je ne sais pas comment ça se passait pour lui au Minnesota, mais nous avons vu de belles choses de sa part la saison dernière, a mentionné Julien. Il défendait assez bien même s'il ne préconise pas un style physique et sa rapidité lui permettait de faire de bonnes premières passes et de belles montées.

« La principale différence cette saison, c'est qu'il a fait un pas de l'avant dans tous les aspects du jeu. Ça fait de lui un meilleur joueur. Il joue avec beaucoup de confiance. »

Reilly, qui a seulement 105 matchs dans la LNH à son compteur, a dit se plaire grandement dans le style de jeu basé sur la vitesse d'exécution que pratique l'équipe.

« C'est un des groupes de joueurs les plus rapides au sein duquel j'ai fait partie, même plus rapide que le groupe de la saison dernière, a-t-il argué. Regardez les joueurs que l'équipe a acquis l'été dernier, les Max Domi et Tomas Tatar entre autres, ils sont rapides et talentueux. Ça me permet d'utiliser mon coup de patin au meilleur de mes capacités. 

« La vitesse est une partie importante de notre identité cette saison. Ce ne sont que deux matchs sur 82, mais c'est un bon début pour l'équipe. »

Reilly a été un choix de quatrième tour des Blue Jackets de Columbus (98e) en 2011. Il n'a pas paraphé d'entente avec les Blue Jackets, avec comme résultat qu'il a obtenu le statut de joueur autonome sans compensation. Plusieurs équipes lui avaient fait les yeux doux, mais il avait choisi l'offre de l'équipe la plus proche du domicile familial de Chanhassen, au Minnesota.

Avec le recul, Reilly a dit constater sans aucune rancœur que le Wild n'avait pas de place pour lui. Comme ç'a été le cas pour Gustav Olofsson que le Tricolore vient justement d'obtenir du Wild, en retour du fougueux espoir à l'attaque, Will Bitten. Olofsson, âgé de 23 ans, évolue pour l'équipe-école du Rocket de Laval.

« J'ai fait de mon mieux tout en conservant une attitude positive », a dit Reilly.

Afin d'expliquer l'éclosion en cours, Julien a soumis que Reilly est possiblement un de ces athlètes qui connaissent un épanouissement tardif.

« Certains ont besoin de plus de temps que d'autres. C'est notamment le cas au hockey pour les gardiens et les défenseurs, a-t-il relevé. Je pense que c'est le phénomène qui se produit pour Reilly. Il se découvre comme joueur et il gagne en confiance. »

Une habitude à créer

Créer de bonnes habitudes de travail vient avec… l'habitude.

On s'est évertué chez les Canadiens de Montréal à en en instaurer de nouvelles et productives pendant toute la durée du camp d'entraînement, avec le succès qu'on a vu dans les deux premiers matchs de la saison régulière.

La fougue et la ténacité qu'ils ont déployées contre des rivaux de premier plan leur ont permis d'engranger trois points de classement sur une possibilité de quatre.

On se demande déjà s'ils pourront maintenir le même niveau d'intensité pendant longtemps.

« Il s'agit de continuer de redoubler d'ardeur pendant les séances d'entraînement, a estimé Julien. Nous voulons afficher une intensité que nous pourrons soutenir tout au long de la saison. Il faut que ça devienne une habitude, une seconde nature pour les gars.

« Nous réalisons également que ça doit être notre façon de faire afin de nous donner une chance d'avoir du succès », a-t-il ajouté.
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.