Skip to main content

Marcotte : Une semaine qui redonne espoir à Laval

Le Rocket a amassé cinq points sur une possibilité de six pour se replacer dans la course pour une place en séries

par Anthony Marcotte @anthonymarcotte / Chroniqueur LNH.com

Tous les mardis, notre chroniqueur Anthony Marcotte revient sur la dernière semaine du Rocket de Laval, ainsi que sur l'actualité de la Ligue américaine de hockey. Il permettra aux partisans de suivre assidûment ce qui se passe dans l'antichambre de la meilleure ligue de hockey au monde.

Quelle semaine pour le Rocket de Laval! On savait dès le départ qu'il s'agissait d'une semaine primordiale à l'approche de la pause du temps des fêtes. Avec cinq matchs consécutifs à domicile avant de partir en vacances, le Rocket ne pouvait se permettre de plier l'échine, devant des rivaux de section de surcroît. La troupe de Joël Bouchard a très bien répondu avec cinq points sur une possibilité de six pour se replacer dans la course aux séries de la Ligue américaine de hockey.

« C'est notre meilleur match de l'année », a lancé sans hésiter l'entraîneur du Rocket après la victoire sans bavure de 4-0 face au Crunch de Syracuse, samedi après-midi. « Tout le monde a embarqué dans le plan. On s'est bien ajusté à l'adversaire. On a approché ce week-end comme si nous étions en séries contre une équipe de première place. »

On a eu l'impression que tout tombait enfin en place pour le Rocket cette semaine. Les nouveaux venus ont tous contribué, les vétérans qui devaient produire l'ont fait et les deux gardiens utilisés n'ont presque rien donné en l'absence de Charlie Lindgren, blessé. Les Lavallois jouent de l'excellent hockey devant leurs partisans avec une fiche de 4-1-4 à leurs neuf dernières sorties.

« Ce fut une très belle performance de notre part, a aussi mentionné Alex Belzile. Nous sortons souvent avec beaucoup d'énergie les samedis après un match en soirée la veille. Nous sommes à l'aise dans ce genre de situation et on en a profité aujourd'hui. On réalise que quand on joue comme ça, on est très difficile à battre. »

À LIRE AUSSI : Marcotte: Belzile, la surprise du premier tiers de la saison | La longue traversée du désert de Jérémy Roy | Barré-Boulet au sommet de sa forme à Syracuse

Plus impressionnant encore, le Rocket a réussi à complètement maîtriser la formation de l'heure dans la LAH, celle du Crunch. La troupe de Benoit Groulx n'avait perdu qu'un seul match en temps régulier à ses 16 dernières sorties avant de capituler devant les Lavallois. Le Rocket n'a d'ailleurs donné que 12 petits tirs au Crunch faisant dire au gardien gagnant, Étienne Marcoux, qu'il s'agissait de son « jeu blanc le plus facile en carrière. »

Tweet from @RocketLaval: Le but de Michael McCarron en 2e p��riode. C'est pr��sentement l'��galit�� 2 �� 2. @MacAttackUSA93 goal in the second period. We're now tied 2-2. pic.twitter.com/rDlmC8Q6Lj

Le Rocket pourra profiter de quelques jours de repos avant de renouer avec l'action vendredi et samedi dans un autre programme double à la Place Bell face aux Marlies de Toronto. Une autre belle occasion d'engranger des points devant ses partisans avant d'aller manger de la tourtière en famille pour Noël!

***

Michael McNiven a sûrement rassuré bien des gens avec son excellente tenue cette semaine en remplacement de Charlie Lindgren. L'Ontarien a disputé trois bons matchs de suite avant de céder sa place à Marcoux, samedi. McNiven a prouvé cette semaine qu'il était capable de tenir son bout dans cette ligue en étant utilisé plus régulièrement.

« Tous les gardiens vous répondront qu'ils veulent voir de l'action le plus souvent possible. Ce n'est pas toujours facile de n'obtenir qu'un départ aux deux semaines. Ça fait partie de la vie d'un gardien et il faut toujours être prêt quand on fait appel à tes services », a lancé McNiven après la victoire de mercredi, 3-1, face aux Sénateurs de Belleville.

Quant à Charlie Lindgren, il a repris l'entraînement léger en solitaire vendredi. On ne connaît toujours pas la durée de son absence.

***

Coup d'œil à la défensive du Rocket qui vient de connaître une excellente semaine et qui a encore obtenu du renfort. Cale Fleury a réintégré la formation samedi après plus d'un mois d'absence. Une nouvelle fois, on a pu constater tout le potentiel du jeune homme. 

Joël Bouchard avait pour une rare fois décidé d'employer une formation à 11 attaquants et sept défenseurs samedi, entre autres pour doser les présences de Fleury. Une stratégie qui a bien fonctionné puisque David Sklenicka a lui aussi très bien fait à son retour dans la formation. Pour sa part, Simon Després a dû sauter son tour pour la première fois depuis la signature de son contrat d'essai. Il aurait subi une blessure mineure vendredi soir et son absence a ouvert une porte pour les retours de Fleury et Sklenicka. Ils ont bien répondu.

En tout et partout, Victor Mete a été le meilleur défenseur des siens cette semaine. Sa vitesse amène une toute une autre dimension à la défensive de cette équipe. Les montées à l'emporte-pièce du jeune homme ont fait saliver les partisans, et Mete en a assez fait pour être rappelé par les Canadiens lundi soir. Noah Juulsen fera le chemin inverse et tentera de retrouver ses repères à Laval.

***

Une bien drôle de saison pour les champions en titre de la Coupe Calder, les Marlies de Toronto. Battus à plates coutures devant leurs partisans mercredi aux mains du Crunch, ils ont rebondi avec deux performances convaincantes de 7-2 et de 5-1 au Manitoba ce week-end.

Tweet from @TorontoMarlies: Tic. Tac. Toe.WATCH: @t_moore8 opens the scoring and gives the #Marlies a 1-0 lead. #MarliesLive pic.twitter.com/T1agEx89dB

Tout semble compliqué à Toronto cette année, malgré le retour de plusieurs joueurs de premier plan qui faisaient partie de l'équipe championne de l'an dernier. Devant le filet, les ennuis de Jeff Glass et de Kasimir Kaskisuo ont forcé l'état-major à rappeler deux gardiens de la ECHL, Eamon McAdam et Michael Garteig. 

L'organisation a tenté par tous les moyens de brasser la soupe au cours des dernières semaines en réalisant quatre transactions touchant le club-école. Glass a d'ailleurs été échangé la semaine dernière aux Gulls de San Diego en compagnie de l'ancien Rocket, Adam Cracknell. 

Andrew Nielsen a aussi pris le chemin de Stockton. Les Michael Carcone, Steven Oleksy et Morgan Klimchuk sont tous débarqués à Toronto au cours des dernières semaines. Voyons voir si ces changements auront les résultats escomptés.

***

La citation de la semaine n'appartient pas à Joël Bouchard contrairement à nos habitudes, mais bien à Benoit Groulx! L'entraîneur-chef du Crunch nous a bien fait rire vendredi lorsqu'on lui a parlé de la transition qu'un pilote doit faire en passant du junior majeur aux professionnels.

« Moi, ça m'a toujours fait rire un peu d'entendre dire qu'un tel était dans le junior et qu'il va avoir de la misère à passer professionnel. À ce que je sache, Scotty Bowman l'a fait dans le temps, Alain Vigneault l'a fait, Pat Burns l'a fait, Michel Therrien l'a fait, Bob Hartley l'a fait, Patrick Roy l'a fait. Pourquoi nous autres, on ne le ferait pas? Parce qu'on est moins intelligents, nous autres? », s'est esclaffé Groulx avant le match de vendredi de son équipe à la Place Bell. 

***

Fin de semaine difficile à Laval pour Alex Barré-Boulet. Fort d'une séquence de 12 matchs de suite avec au moins un point avant d'arriver à la maison, le petit attaquant est tombé à plat. Insatisfait de son rendement de la veille, Benoit Groulx a d'ailleurs fait dégringoler sa jeune recrue sur le quatrième trio dès samedi. Résultat des courses, aucun point pour Barré-Boulet en deux matchs et un différentiel de moins-3. C'est l'expérience qui entre!

De son côté, Alexandre Alain a connu une excellente fin de semaine sur un trio complété par les vétérans Alex Belzile et Michael McCarron. Alain est pleinement conscient des comparaisons inévitables avec son ancien coéquipier chez l'Armada de Blainville-Boisbriand. Homme de défi, Alain a été nettement le meilleur des deux sous les réflecteurs lors des deux rencontres.

***

Semaine tranquille qui se dessine pour le Rocket avec deux autres matchs à domicile vendredi et samedi prochain face aux Marlies. Le deuxième match sera d'ailleurs présenté exceptionnellement à 13 h pour permettre aux joueurs de rentrer dans leurs familles plus rapidement pour la pause des fêtes. 

Retour à l'action sur la route le 27 décembre à Belleville pour amorcer une éreintante séquence de trois matchs en autant de jours qui se complétera par un programme double à Laval face aux Checkers de Charlotte. Il ne faudra pas trop abuser des bonnes choses pendant les quatre petites journées de congé!

Cette chronique fera donc relâche la semaine prochaine pour la même raison. On va vous raconter tout ce qui va se passer à notre retour le 1er janvier. J'en profite donc pour vous souhaiter un très joyeux Noël entouré de vos proches.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.