Skip to main content

Les Sharks de San Jose en mode rattrapage

Après un mauvais début de saison, la formation californienne a pris les choses en main

par Siniša Šindik / Collaborateur LNH.com

Lorsqu'ils ont fait l'acquisition d'Erik Karlsson le 13 septembre dernier, les Sharks de San Jose, déjà perçus comme l'une des puissances de l'Association de l'Ouest, venaient de tomber dans la catégorie des équipes favorites pour remporter la Coupe Stanley, selon plusieurs observateurs. 

Le début de saison n'aura toutefois pas été à la hauteur des attentes. Après un mois d'octobre respectable (6-3-3), les Sharks ont connu un mois de novembre très ordinaire (6-6-2), connaissant même une séquence de quatre défaites consécutives du 24 novembre au 1er décembre.

Ces contre-performances répétées avaient même réussi à frustrer et surtout inquiéter Logan Couture.

À LIRE AUSSI : La longue traversée du désert de Jérémy RoyOvechkin dépassera plusieurs grands noms sous peu

« Je ne pense pas que nous soyons près [de trouver une solution] », avait déclaré Couture à La Presse Canadienne, la semaine dernière. « Nous montrons des signes encourageants, sans jamais être en mesure de fournir un effort soutenu contre les bonnes équipes. Nous devons trouver des solutions rapidement. »  

Couture avait raison, San Jose n'a pas connu le début de saison escompté. Karlsson non plus d'ailleurs, lui qui a semblé mettre du temps à trouver ses repères avec sa nouvelle équipe. Le Suédois n'a récolté que sept passes à ses 18 premiers matchs. 

Un revirement de situation opportun

Le message de Couture a semblé finalement trouver preneur dans les dernières semaines, alors que les Sharks ont ouvert la machine depuis le 2 décembre, présentant une fiche de 7-1-0. Ils surfent présentement sur une séquence de cinq victoires consécutives, au cours de laquelle ils ont dominé l'adversaire 24-10 au chapitre des buts marqués.

En fait, lors de cette série de huit matchs, l'équipe a marqué 34 buts et en a concédé seulement 15. Karlsson fait également très bien, lui qui est au cœur d'une séquence de six matchs avec au moins un point (sept passes).

« En tant qu'équipe, nous commençons finalement à éclore, même si nous avons encore beaucoup de chemin à faire », a déclaré Karlsson au réseau NBC Sports, au terme de la victoire de 3-2 des siens face aux Stars de Dallas, la semaine dernière. «Je pense que nous commençons tranquillement à trouver notre rythme, espérons-le. Nous devons continuer à bâtir sur cela. »

Video: SJS@DAL: Couture redirige un tir pour réduire l'écart

Le quatrième trio apporte également une contribution non négligeable à la formation de Peter DeBoer. Lors de l'avant-dernière victoire (7-3 face aux Blackhawks de Chicago), les Sharks tiraient de l'arrière 2-0 et ce sont les joueurs de soutien qui ont amorcé la remontée. 

« Pour être une équipe performante durant la saison, il faut pouvoir compter sur la contribution des quatre trios à différents moments du calendrier », a déclaré Couture, toujours au réseau NBC Sports. Ce dernier fait d'ailleurs flèche de tout bois récemment avec six points à ses trois derniers matchs, tout comme son compagnon de trio Timo Meier (sept points à ses cinq derniers matchs). 

Pour revenir au quatrième trio - présentement composé de Barclay Goodrow, Lukas Radil et Melker Karlsson - il a produit huit points lors des cinq derniers matchs (quatre buts, quatre passes), en plus de fournir une dose non négligeable d'intensité et d'énergie. 

Les unités spéciales… et Martin Jones font bien

Jusqu'à la fin du mois de novembre, l'avantage numérique des Sharks était correct, sans plus, en prenant le 12e rang de la LNH (22,4 pour cent). Or, depuis le 2 décembre, l'équipe se classe au quatrième rang dans le circuit au chapitre de l'attaque massive (33 pour cent). Seuls le Wild du Minnesota (38,9 pour cent), les Stars de Dallas (37,5 pour cent) et le Lightning de Tampa Bay (37,5 pour cent) font mieux.

Durant cette séquence, le désavantage numérique a continué de bien faire, si bien que les Sharks occupent le troisième rang de la LNH dans cette catégorie depuis le début de la campagne (85,3 pour cent).

Il ne faudrait pas passer sous silence l'excellent travail de Martin Jones au cours des dernières semaines. Même s'il a été retiré du match après avoir flanché trois fois sur sept lancers dans la victoire face à Chicago, le gardien de 28 ans a remporté six de ses sept derniers départs n'accordant jamais plus de trois buts par match.

Après ce match difficile, Jones a rebondi de belle façon en réalisant un blanchissage face au Wild (victoire de 4-0).

Video: SJS@MIN: Jones gâche l'occasion d'Eriksson Ek

« Je savais qu'après le match de Chicago, je voulais revenir avec lui », a déclaré l'entraîneur-chef des Sharks, Peter DeBoer, à l'Associated Press. « Depuis que je travaille avec lui, il a toujours su rebondir après un match plus difficile… chaque fois. »

Les gros canons produisent

Même si la quatrième unité a su tirer son épingle du jeu et que le gardien a généralement fait le travail, la récente remontée au classement des Sharks est grandement attribuable à l'apport offensif des gros canons.

Depuis le début du mois de décembre, Couture compte 11 points (cinq buts et six passes), Meier dix (cinq buts, cinq passes), Pavelski huit (cinq buts et trois passes) et Tomas Hertl neuf (quatre buts et cinq mentions d'aide).

Video: SJS@MIN: Deux buts des Sharks en 29 secondes

En défensive, Brent Burns a mis la main à la pâte avec huit points (un but et sept passes), tandis que Karlsson a récolté huit mentions d'aide.

Si San Jose espère demeurer au plus fort de la lutte dans l'Ouest, l'équipe devra continuer de compter sur la contribution de tout ce beau monde.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.