Skip to main content

Les Sharks atteignent les séries grâce à leur attaque explosive

San Jose participera aux séries éliminatoires pour la 14e fois au cours des 15 dernières saisons

par LNH.com @LNH_FR

Les Sharks de San Jose se sont qualifiés pour les séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2019 dans l'Association de l'Ouest, en raison de la défaite de 3-1 du Wild du Minnesota contre l'Avalanche du Colorado, mardi.

Il s'agit de la 14e fois au cours des 15 dernières saisons que les Sharks participent aux séries éliminatoires. Ils ont atteint la Finale de la Coupe Stanley pour la première fois en 2016.

À LIRE : Le Lightning déjà assuré d'une place en séries | Repêchage 2019: Alex Vlasic espère ajouter à l'héritage familial

« C'est un bon sentiment, ça veut dire que nous avons fait beaucoup de chemin », a déclaré l'attaquant des Sharks Logan Couture. « Il n'y a pas si longtemps, je pense que c'était au mois de décembre, nous connaissions des difficultés et nous étions loin du sommet de notre association. Ça signifie qu'on a retrouvé notre style de jeu et que nous jouons comme nous en sommes capables. »

Voici cinq raisons pour lesquelles les Sharks se sont qualifiés pour les séries éliminatoires :

1. Pavelski vit le moment présent

Le capitaine des Sharks Joe Pavelski pourrait devenir joueur autonome sans compensation le 1er juillet, mais le joueur de 34 ans n'a pas laissé sa situation contractuelle le distraire ou distraire l'équipe. Pavelski vient à égalité au deuxième rang chez les attaquants de San Jose avec 63 points (37 buts, 26 passes).

Video: SJS@WPG: Pavelski brise l'égalité en fin de match

« Ce n'est pas facile », a affirmé l'entraîneur des Sharks Peter DeBoer au sujet de Pavelski, qui mène l'équipe avec six filets vainqueurs. « Il a été exceptionnel dans sa manière de se comporter à ce point-ci de sa carrière et dans la situation où il est.

« Il n'en parle même pas. Il ne fait qu'accomplir son travail sur la patinoire. Je pense que quand tu as confiance en tes moyens et que tu sais ce que tu peux accomplir quand tu es en santé, tu sais que tout va finir par s'arranger à un certain moment. »

2. Hertl est en santé

Tomas Hertl a démontré qu'il est un homme de fer lors des deux dernières saisons après qu'une blessure au genou l'a limité à 49 parties en 2016-17. L'attaquant de 25 ans est au beau milieu de la meilleure saison de sa carrière, ayant atteint le plateau des 30 filets pour la première fois.

Hertl avait établi un sommet personnel de 22 buts en 79 rencontres, la saison dernière.

« Je suis très emballé par ça, car je me vois encore un peu plus comme un passeur, a expliqué Hertl. Je pense que je suis plus un passeur qu'un tireur, mais récemment, les rondelles trouvent le fond du filet et j'en suis bien heureux. »

Video: SJS@MIN: Hertl trompe Dubnyk à bout portant

« Il ne fait que s'améliorer plus la saison avance », a noté le centre des Sharks Joe Thornton à propos de Hertl. « Il est devenu meilleur, et on pouvait voir que sa confiance grandissait de match en match. Il est une partie importante de cette équipe maintenant. »

3. Profondeur à l'attaque

Les Sharks ont assurément beaucoup de munitions à l'attaque avec Pavelski, Couture, Thornton et Evander Kane, mais le fait de pouvoir compter sur quatre trios a joué un rôle central dans leurs succès cette saison.

Par exemple, Timo Meier avait réussi cinq parties de plus d'un but avant le 11 mars, et Melker Karlsson est devenu le 10e attaquant des Sharks à inscrire au moins 10 filets quand il a réussi un doublé dans un gain de 5-2 contre les Blackhawks de Chicago le 3 mars.

Video: SJS@VAN: M. Karlsson redirige le tir de Burns

« Chaque soir, je pense qu'un joueur différent a été en mesure de s'imposer et de contribuer, a dit Couture. Nos buts sont venus de chaque trio en attaque, et c'est ce dont tu as besoin. »

4. Le SAP Center : une forteresse imprenable

San Jose a été dominant au SAP Center, qui s'est établi comme l'un des endroits les plus intimidants où jouer dans la LNH. Les Sharks ont une fiche de 23-8-5 à domicile cette saison..

5. Les unités spéciales

Ce n'est pas un secret : les unités spéciales deviennent très importantes en séries éliminatoires, et les Sharks sont en voie d'entamer le tournoi printanier avec l'un des cinq meilleurs jeux de puissance et l'une des 10 meilleures unités de désavantage numérique dans la LNH.

Naturellement, le défenseur Brent Burns est un élément-clé de l'avantage numérique. Il mène San Jose avec 26 points avec l'avantage d'un homme et il est l'un des trois joueurs des Sharks (Pavelski, le défenseur Erik Karlsson) à avoir amassé au moins 20 points en supériorité numérique. Pavelski et Hertl ont chacun inscrit au moins 10 buts cette saison sur le jeu de puissance.

Video: SJS@PIT: Burns marque sur l'avantage de 5-contre-3

Cinq des 75 points de Burns, le meilleur marqueur des Sharks, ont été obtenus en infériorité numérique.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.