Skip to main content

Le Lightning déjà assuré d'une place en séries

La performance des vedettes et les unités spéciales parmi les raisons pour lesquelles Tampa Bay participera au tournoi printanier

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

Le Lightning de Tampa Bay a eu besoin de 68 matchs pour décrocher officiellement une place dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley, ce qui égale les Sharks de San Jose de 2008-09 à titre de deuxième équipe la plus rapide à y arriver depuis la saison 2005-06.

Les Capitals de Washington de 2009-10 (67 matchs) sont la seule équipe qui l'a fait plus rapidement depuis 2005-06. Ils ont complété la saison avec 54 victoires et 121 points, des sommets dans la Ligue cette année-là. À son rythme actuel, le Lightning se dirige vers des totaux de près de 62 victoires (61,5) et 128 points (127,8).

À LIRE AUSSI : Kucherov en avance pour remporter le trophée Hart | Vézina : Vasilevskiy s'empare du titre de favori

S'ils arrivent à ces deux totaux, les joueurs du Lightning égaleraient le record de la LNH établi par les Red Wings de Detroit de 1995-96 pour le plus grand nombre de victoires en une saison, et ils prendraient la quatrième place sur la liste des équipes qui ont récolté le plus de points en une saison.

Voici cinq raisons qui expliquent pourquoi le Lightning a déjà mis la main sur sa place dans les séries et pourquoi Tampa Bay va probablement remporter le Trophée des Présidents aussi :

1. Le Hart à Kucherov

L'ailier droit Nikita Kucherov pourrait réaliser quelque chose qui a été faite une seule fois auparavant dans l'histoire de la LNH. Il pourrait finir la saison avec 130 points au sein d'une équipe qui aura fini la saison avec 130 points.

Le membre du Temple de la renommée Guy Lafleur a amassé 136 points avec les Canadiens de Montréal de 1976-77, les détenteurs du record pour le plus grand nombre de points en une saison (132). Les Red Wings de 1995-96 (131) sont la seule autre équipe qui a fini la saison avec au moins 130 points, mais Sergei Fedorov a été leur meilleur marqueur avec 107 points.

Video: BUF@TBL: Kucherov atteint la centaine grâce à Johnson

Ce sera difficile d'y arriver parce que le Lightning aurait besoin de récolter 24 points sur un total possible de 28 pour obtenir 130 points et Kucherov devrait amasser 22 points à ses 14 derniers matchs pour en faire autant, mais c'est possible. Kucherov est le meneur de la LNH avec 108 points (31 buts, 77 passes) en 68 matchs. À son rythme actuel, il se dirige effectivement vers une récolte de 130 points.

Le Lightning affiche un dossier de 44-4-3 quand Kucherov obtient au moins un point et de 7-9-1 quand il est blanchi.

« Combien de joueurs dans cette ligue sont capables de tirer les gens de leurs sièges quand ils jouent, mis à part s'ils se battent ?, a lancé l'entraîneur du Lightning Jon Cooper. Kuch est ce genre de joueur. C'est pourquoi il est si magique et il s'améliore d'année en année. »

2. Le Vézina à Vasilevskiy

Le gardien du Lightning Andrei Vasilevskiy est quatrième dans la Ligue pour les victoires (31), premier pour le taux d'arrêts (,931), deuxième pour les jeux blancs (six) et quatrième au chapitre de la moyenne de buts alloués par match (2,23) chez les gardiens qui ont pris part à au moins 30 matchs.

Vasilevskiy montre une fiche de 22-5-3 avec un taux d'arrêts de ,933 et une moyenne de 2,21 avec cinq blanchissages depuis le 13 décembre, date à laquelle il est revenu au jeu après avoir avoir raté 15 rencontres en raison d'une fracture au pied gauche.

Video: OTT@TBL: Vasilevskiy arrête Ryan en tir de pénalité

« Il est le meilleur gardien au monde en ce qui me concerne, a déclaré le directeur général du Lightning Julien BriseBois. Il n'y a pas un gardien que je prendrais avant lui. »

Le gardien réserviste Louis Domingue a affiché un dossier de11-3-0 avec un taux d'arrêts de ,911 et une moyenne de 2,72 quand Vasilevskiy était absent, du 13 novembre au 10 décembre. En 24 sorties dans l'ensemble cette saison, il a une fiche de19-5-0 avec un taux d'arrêts de ,908 et une moyenne de 2,92.

3. Les unités spéciales

Le Lightning est premier en avantage numérique (29,0 pour cent) tout comme en désavantage numérique (85,6 pour cent).

L'équipe se dirige vers un record d'équipe pour le meilleur pourcentage d'efficacité en supériorité numérique au cours d'une saison, établi l'an dernier (23,9 pour cent). Le jeu de puissance a marqué 65 buts, soit 18 de moins que le record d'équipe en une saison (83 en 1995-96).

On s'attendait toutefois à ce que le jeu de puissance du Lightning soit un des meilleurs de la Ligue. Ce n'était pas le cas du désavantage numérique.

Video: WPG@TBL: Point marque, Kucherov rejoint Lecavalier

Tampa Bay s'est classé 28e à court d'un homme l'hiver dernier avec un taux de succès de 76,1 pour cent. Ç'a mené à des changements au sein du personnel d'entraîneurs. Derek Lalonde et Jeff Halpern ont été embauchés afin de remplacer Brad Lauer et Rick Bowness, l'adjoint de longue date dans la LNH qui a dirigé la défensive et le désavantage numérique la saison dernière. Todd Richards, qui a vu ses services être retenus au sein du personnel de Cooper, a joué un plus grand rôle dans la gestion du désavantage numérique.

Le Lightning a connu un creux de vague à quatre contre cinq durant le mois de novembre, accordant 13 buts (20-en-33) au cours d'une séquence de neuf matchs du 4 au 21 novembre. Mais l'équipe a maintenu un pourcentage d'efficacité de 88,6 pour cent en 46 matchs depuis, ayant alloué 16 buts en 140 occasions. Tampa Bay a par ailleurs marqué quatre buts en désavantage numérique durant cette séquence.

4. De la profondeur au centre

Ça en dit beaucoup sur la qualité du Lightning cette saison quand on constate qu'il a fallu attendre jusqu'à la quatrième partie de cette liste pour mentionner les joueurs de centre Steven Stamkos et Brayden Point. Ce qui est normal, après tout, puisqu'ils occupent seulement les 10e et 13e rangs, respectivement, au classement des marqueurs de la Ligue !

Point est 10e avec 81 points (37 buts, 44 passes). Ses 37 buts lui donnent une égalité en cinquième place avec le joueur de centre des Maple Leafs de Toronto John Tavares. Il est premier dans la LNH pour les buts en avantage numérique (19).

« Brayden Point est devenu un joueur vedette », a souligné BriseBois.

Stamkos est 13e avec 79 points (34 buts, 45 aides). Il a par ailleurs inscrit 16 buts en avantage numérique.

Sans oublier Anthony Cirelli et Cédric Paquette, qui ont joué les rôles de troisième et quatrième centres pendant la majorité de la saison.

Video: PIT@TBL: Feinte fantastique de Cirelli en DN

Cirellia récolté 28 points (13 buts, 15 passes) en 68 matchs. Mais plus important encore, il a été le joueur de centre de troisième trio chargé de freiner l'adversaire, et il a eu droit à 2:38 de temps de glace par match en désavantage numérique. Il est également le meneur du Lightning pour les mises en jeu effectuées (800) et remportées (424).

Paquette est l'un des 10 attaquants du Lightning à avoir marqué au moins 10 buts. Il participe lui aussi régulièrement au désavantage numérique (1:55 par match).

En passant, chacun des quatre joueurs de centre du Lightning ont remporté au moins 51 pour cent de leurs mises en jeu.

5. L'impact de McDonagh

Ryan McDonagh s'est révélé comme étant le meilleur défenseur du Lightning sur le plan défensif, si bien qu'il est venu soulager Victor Hedman, le lauréat en titre du trophée Norris, d'une tonne de responsabilités à cet égard.

McDonagh, qui a surtout été jumelé à la recrue Erik Cernak, affiche une moyenne de 21:51 de temps de glace par match, soit 52 secondes de moins seulement que Hedman. Sa moyenne de 3:07 en désavantage numérique est la plus élevée dans l'équipe, faisant sans aucun doute de lui la deuxième principale raison des succès du désavantage numérique du Lightning après Vasilevskiy.

Video: OTT@TBL: McDonagh bat Anderson de l'enclave

La différence que son apport a fait dans le jeu de Hedman est notable. La saison dernière, Hedman a eu droit à 25:51 par match, dont 2:35 à court d'un homme. Cet hiver, avec McDonagh dans l'alignement depuis le tout début de la saison cette fois, Hedman est passé à 22:43 de temps de glace par match, dont 2:02 en désavantage numérique.

« Les gens savent déjà qu'il est bon, mais quand tu as l'occasion de le voir à tous les jours, tu réalises à quel point il réagit bien devant les meilleurs joueurs dans la Ligue, tu vois son coup de patin, son jeu défensif, la façon dont il fait circuler la rondelle, a noté BriseBois. C'est un joueur sous-estimé. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.