Skip to main content

Les Bruins servent une correction aux Hurricanes

La troupe de Bruce Cassidy s'est amusée tout l'après-midi et l'a emporté facilement 6-2

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

BOSTON - Des hommes contre des enfants.

Les Hurricanes de la Caroline avaient promis de rebondir dans le match no 2 de la Finale de l'Association de l'Est face aux Bruins de Boston, dimanche, mais ils ont plutôt regardé le train passer.

Résultat : une leçon de hockey, une défaite de 6-2 et un retard de 2-0 dans la série. Les Bruins ont senti l'odeur du sang et ils n'ont pas mis de temps à se jeter sur leurs proies pour les dévorer jusqu'à ce qu'il ne reste plus que les os.

À LIRE : L'incompréhension règne chez les Hurricanes | Grzelcyk aide les Bruins à diversifier leur attaque dans le match no 2

La troupe de Rod Brind'Amour devra maintenant revenir d'entre les morts, mardi, alors que la série se transporte au PNC Arena de Raleigh pour le troisième affrontement (20 h HE; TVAS, CBC, SN).

« C'est certainement très près de 60 minutes parfaites, a déclaré le pilote des Bruins Bruce Cassidy. Nous avons été meilleurs qu'au premier match. Nous n'avons presque rien donné en défensive et nous avons profité de nos chances en avantage numérique.

« Notre but est de commencer le match à l'heure, de prendre les devants et de conserver l'avance. Donc nous étions près de la perfection. »

Matt Grzelcyk, deux fois, Jake DeBrusk, Connor Clifton, David Backes et Danton Heinen ont touché la cible pour les Bruins. Le gardien Tuukka Rask a été solide et n'a cédé que face à Justin Williams et Teuvo Teravainen en troisième période pour terminer sa soirée de travail avec 21 arrêts.

Video: Boston renverse la Caroline et la série est 2-0

 

En y pensant bien, les Hurricanes ont peut-être eux-mêmes couru à leur perte en réveillant la bête en début de rencontre, alors qu'ils ont offert du jeu particulièrement physique - un style auquel ils ne nous ont pas habitués depuis le début du tournoi printanier.

Après avoir encaissé plusieurs solides mises en échec - dont la majorité provenant des épaules de Micheal Ferland - Grzelcyk et DeBrusk, en avantage numérique, ont inscrit deux buts en un peu plus de trois minutes en fin de première pour prendre le contrôle du match et animer la foule du TD Garden.

Fait intéressant, Grzelcyk avait été victime d'une renversante mise en échec de Ferland devant le banc des siens.

« Quand un gars est frappé comme ça, on ne sait jamais quel en sera le résultat, a déclaré l'attaquant Brad Marchand. Il a fait du bon travail pour rebondir et c'est ce qu'il a fait tout au long de la saison. Il n'a pas peur de prendre une mise en échec pour réaliser un jeu. C'est ce qui fait de lui un bon joueur. »

Les locaux ont complètement dominé le deuxième engagement en ajoutant deux buts à leur avance et en ne laissant à peu près pas d'espace aux joueurs des Hurricanes en attaque. Ces derniers ont quand même dirigé 11 tirs sur le filet de Rask, mais très peu d'entre eux se sont avérés menaçants.

Backes et Heinen, à la suite d'une belle pièce de jeu de Patrice Bergeron à sa sortie du banc des punitions, ont enfoncé le dernier clou dans le cercueil des Hurricanes en début de troisième avant que Williams inscrive finalement les siens à la marque.

Dure journée pour Mrazek

S'il avait sauvé les meubles à plusieurs occasions lors du premier match de la série, le gardien des Hurricanes Petr Mrazek a connu une soirée à l'image de celle de ses coéquipiers. Il a accordé six buts sur 25 lancers.

Il a donné un sapin à Grzelcyk d'entrée de jeu et il n'a jamais semblé trouver son rythme par la suite. Il s'est montré trop agressif sur la majorité des buts, se retrouvant ainsi hors position.

« Le premier but n'était pas beau à voir et il le sait, a commenté Brind'Amour. Aucune équipe n'avait l'avantage à ce moment et ç'a été dur à encaisser. Ensuite, nous avons ouvert le jeu et nous avons cessé de faire ce que nous voulions faire. Nous n'avons aucun succès quand nous jouons comme ça. »

Brind'Amour n'a pas sorti le crochet pour épargner la confiance de son partant tout simplement parce que ce dernier voulait demeurer dans le match. Curtis McElhinney, qui a signé deux victoires au deuxième tour quand Mrazek s'est blessé au bas du corps, est donc demeuré au bout du banc.

Il sera intéressant de voir s'il y aura un changement à ce chapitre en vue de la prochaine rencontre. Brind'Amour a indiqué qu'il devait encore digérer ce revers avant de se pencher sur le dossier de ses gardiens.

« Je n'étais pas content du premier but, c'est évident que j'aurais dû l'arrêter, a commenté le gardien. Je dois simplement arrêter plus de rondelles qu'aujourd'hui, ça, c'est sûr. Je dois être meilleur dans tous les aspects. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.