Skip to main content

Boucher : Le triomphe de la parité en première ronde

Notre chroniqueur revient sur les nombreuses surprises qui ont eu lieu au premier tour et se penche sur les affrontements de la deuxième ronde

par Philippe Boucher @Booboo4343 / Chroniqueur LNH.com

Philippe Boucher a disputé 17 saisons dans la LNH récoltant 94 buts et 300 points en 748 matchs. Le défenseur natif de Saint-Apollinaire a notamment connu deux saisons de 40 points et plus. Il a participé au Match des étoiles en 2007, en plus de soulever la Coupe Stanley avec les Penguins de Pittsburgh, à sa dernière saison dans la LNH en 2009. Choix de première ronde (no 13) des Sabres de Buffalo en 1991, il a successivement porté les couleurs des Sabres, des Kings de Los Angeles, des Stars de Dallas et des Penguins. Au terme de sa carrière de joueur, il a occupé des postes de direction chez l'Océanic de Rimouski et les Remparts de Québec, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Philippe a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com afin de traiter de divers sujets de l'actualité du hockey.

On peut analyser la première ronde des séries éliminatoires de la Coupe Stanley de bien des manières cette année, mais ce qui m'a le plus marqué, c'est à quel point la parité est bel et bien installée dans la LNH, et qu'elle est probablement là pour de bon.

On a vu le Lightning de Tampa Bay remporter 62 victoires dans une ligue où toutes les équipes peuvent gagner chaque soir, ce qui représente un exploit exceptionnel. Ce même Lightning s'est néanmoins fait surprendre dès la première ronde par les Blue Jackets de Columbus.

À LIRE AUSSI : Prédictions des séries du LNH.com: Deuxième rondeLa tasse de café LNH : Place à la deuxième ronde

Les trois matchs no 7 montrent que plusieurs séries auraient pu basculer d'un côté comme de l'autre. Le fait que les quatre champions de section aient été éliminés dès le premier tour nous prouve qu'il est de plus en plus difficile de parler de « surprise » quand une équipe qui fait figure de favorite voit son tournoi printanier prendre fin en première ronde.

Les huit équipes qui sont toujours en vie peuvent toutes aspirer aux grands honneurs, et avec la première ronde qu'on vient de vivre, c'est très difficile de dire qu'une d'entre elles peut s'approprier le rôle de favorite d'ici la fin des séries.C'est pourquoi il est si difficile d'effectuer des prédictions, et que la majorité des experts se sont trompés jusqu'ici!

Se débarrasser de la rouille

Dans les deux séries de l'Association de l'Est, une équipe qui n'a pas joué depuis près de 10 jours après avoir balayé sa série de première ronde va affronter une équipe qui vient tout juste de disputer un match no 7.

Dans ces cas-là, le repos ne représente pas un avantage dans le match no 1. Il y a un peu de rouille dont il faut se débarrasser, le synchronisme n'est pas au rendez-vous, et les équipes qui ont continué à jouer risquent de s'imposer en début de série. Il est difficile de reproduire l'intensité des matchs à l'entraînement pendant une semaine, et on affronte une équipe qui est encore sur un « high ».

Video: CAR@WSH, #7: McGinn tranche en 2e prolongation

Par contre, si la série s'étire et se rend à cinq, six ou sept matchs, c'est certain que l'équipe la plus reposée va en tirer un avantage, surtout qu'une équipe comme les Hurricanes de la Caroline ont remporté leur match no 7 en deuxième période de prolongation. Ça laisse des traces.

Comme je pense que nous aurons droit à de longues séries dans l'Est, j'ai opté pour les deux équipes qui ont pu profiter de quelques jours de congé. Je prédis que les Blue Jackets vont l'emporter en six matchs sur les Bruins de Boston, et que les Islanders de New York vont vaincre les Hurricanes en sept parties.

L'Avalanche impressionnante, les Blues constants

Dans l'Ouest, les Sharks de San Jose ont réussi une improbable remontée pour éliminer les Golden Knights de Vegas, mais je ne suis pas convaincu que la meilleure équipe l'a emporté. Je suis persuadé que peu de joueurs au banc y croyaient lorsque le pointage était de 3-0.

Ils ont réussi une séquence qu'on ne reverra peut-être jamais au cours de leur avantage numérique de cinq minutes. Le premier but a eu un effet d'entraînement, et tous leurs buts ont été inscrits sur des tirs parfaits. N'importe laquelle de ces rondelles aurait pu dévier et rater le filet, mais elles se sont toutes retrouvées derrière Marc-André Fleury.

San Jose va maintenant se frotter à l'Avalanche du Colorado au deuxième tour. Je suis un grand partisan de l'Avalanche. J'ai assisté au camp d'entraînement du Colorado puisque mon fils y avait été invité, et j'ai été tellement impressionné par le talent au sein de cette équipe, par leur vitesse d'exécution.

Certains se posent des questions sur la défensive de l'Avalanche et sur sa capacité à contenir l'attaque de San Jose, mais j'ai hâte de voir comment les Sharks vont freiner le trio de Nathan MacKinnon.

Video: CGY@COL, #3: MacKinnon double l'avance de l'Avalanche

La série va se jouer devant le filet, puisque les deux équipes misent sur des éléments explosifs à l'attaque, et je vois l'Avalanche s'imposer en sept rencontres.

Finalement, l'équipe la plus constante depuis le début des séries, et depuis la fin du mois de janvier, est les Blues de St. Louis. S'ils gardent la pédale au fond, ils devraient pouvoir venir à bout des Stars de Dallas en six matchs.

* Propos recueuillis par Sébastien Deschambault, directeur de la rédaction LNH.com

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.