Skip to main content

Jakob Pelletier ne chôme pas

L'espoir des Flames partage la majorité de son temps entre Québec et Calgary depuis qu'il a été repêché en première ronde

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

CALGARY - Ce n'est pas parce qu'il a été sélectionné en première ronde du Repêchage 2019 de la LNH par les Flames de Calgary au dernier repêchage que Jakob Pelletier se la coule douce au bord d'un lac cet été. Loin de là.

En fait, le terme « saison morte » ne s'applique pas du tout à la réalité de l'attaquant, qui partage la majorité de son temps entre Québec et Calgary depuis sa sélection au 26e échelon, en juin dernier. Il se trouve d'ailleurs en Alberta cette semaine pour travailler son coup de patin en compagnie de la réputée entraîneuse Dawn Braid.

À LIRE AUSSI : Hlinka-Gretzky : Hendrix Lapierre dans une classe à part | Broberg fait son chemin de la Suède jusqu'à Edmonton

« Les Flames m'ont invité à venir m'entraîner ici avec Dawn », a expliqué le Québécois lorsque rencontré à sa sortie de la patinoire du Markin McPhail Arena, le centre d'entraînement estival des Flames

« Ça va m'aider de travailler sur mon patin. Je suis rendu à un niveau où tout le monde est meilleur et où chaque petit détail peut faire la différence. Les Flames veulent vraiment que je sois au sommet de ma forme et je sens qu'ils veulent m'aider dans mon développement. »

On n'a pas de misère à le croire. Pendant qu'il s'entraînait en compagnie de Braid et d'un autre espoir de l'organisation, le directeur général des Flames Brad Treliving est descendu prendre son café aux abords de la patinoire pour voir les progrès de ses protégés.

Video: Pelletier est le premier choix des Flames

« C'est A1 comme encadrement, a-t-il fait valoir. Je parle au gars du développement presque tous les trois jours. Je sens qu'ils veulent bien m'encadrer et assurer mon développement. Je vois qu'il y a de l'intérêt de leur côté et je ne pourrais pas demander mieux. »

Pelletier a participé au camp de développement de l'équipe au début du mois de juillet et sera de retour dans les quartiers généraux des Flames pour le camp des recrues. Tout ça après avoir pris part au début du camp d'entraînement des Wildcats de Moncton, qui s'ouvre dans deux semaines.

Tweet from @NHLFlames: Smile!#FlamesDevCamp | @jak_pelletier pic.twitter.com/91yqjz3dlb

Vous comprendrez donc que les choses vont vite dans la vie de Pelletier depuis le début de son année d'admissibilité au repêchage. Ça l'a d'ailleurs frappé cette semaine, alors que se tenait le camp de sélection de l'équipe canadienne des moins de 18 ans sur la patinoire adjacente à celle où il s'entraîne, à Calgary.

Il y a exactement un an, le Québécois se taillait un poste avec la formation qui allait éventuellement remporter la médaille d'or à la Coupe Hlinka-Gretzky. Cette année, il sautait sur la patinoire avec un chandail des Flames sur le dos.

« J'ai regardé les premières périodes des matchs préparatoires, a-t-il déclaré. C'est fou de penser que j'étais ici, il y a un an, et qu'on se préparait pour le tournoi. Le camp des moins de 17 ans se déroulait aussi ici. C'est le fun, ça me rappelle des souvenirs. »

Grosse année en vue à Moncton, mais…

L'acquisition du gardien Olivier Rodrigue, le choix de deuxième tour des Oilers en 2018, et la maturité acquise par les Wildcats au cours d'une dernière saison en dents de scie permet à Pelletier d'être optimiste en vue de la prochaine campagne dans la LHJMQ.

Mais il ne tient pas pour acquis qu'il y retournera, maintenant qu'il est tout près de la LNH.

« Mon plan A, c'est de rester ici », précise-t-il quand on lui demande comment il approche la saison à venir chez les Wildcats. « Je pense tout de même qu'on a une équipe mûre et mature et qu'on peut connaître une bonne saison. Nous avons grandi dans les hauts et les bas, et ça devrait être une grosse année. »

S'il remet les pieds à Moncton, Pelletier devra être le moteur offensif de l'équipe étant donné la perte de son comparse Jeremy McKenna, qui s'est justement entendu avec les Flames après avoir amassé 97 points (45 buts) en 68 rencontres à 19 ans.

Un mal pour un bien pour le Québécois, qui pourrait bien retrouver son compagnon de trio dans la LNH d'ici quelques années.

« Les Flames m'avaient parlé de lui au repêchage et ils l'ont invité au camp de développement, a-t-il relaté. Nous avons une très bonne chimie donc c'était plaisant de pouvoir partager cette expérience ensemble. Je suis très content pour lui. Ça va nous faire mal à Moncton, mais nous pourrions être réunis ici à Calgary. »

Photo : Flames de Calgary

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.