Skip to main content

Galchenyuk manque à l'attaque massive du Tricolore

Les adversaires se concentrent davantage à empêcher le défenseur Shea Weber de tirer

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - L'absence d'Alex Galchenyuk chez les Canadiens commence à se faire sentir sur le jeu de puissance. L'entraîneur Michel Therrien a mis à l'essai de nouvelles unités d'attaque massive à l'entraînement, jeudi.

Therrien a indiqué qu'il y a de bonnes chances qu'on les déploie, vendredi, à l'occasion de l'affrontement contre les Sharks de San Jose au Centre Bell (19 h 30 (HE); RDS, SNE, CSN-CA).

C'est qu'on a observé dernièrement que les rivaux se collent davantage au défenseur Shea Weber afin de l'empêcher de tirer des boulets de canon en provenance de la ligue bleue. Ils peuvent le faire parce qu'ils n'ont pas à se soucier du tir sur réception de Galchenyuk, qui représentait une autre arme redoutable en supériorité numérique.

Résultat : le jeu de puissance plus prévisible du Tricolore n'a réussi qu'un but en 15 occasions depuis que Galchenyuk a subi une blessure à un genou, le 4 décembre. Heureusement pour lui, il montre une fiche de 2-0-2 dans les quatre rencontres jouées sans son joueur de centre no 1. 

« Les équipes surveillent (Weber) de façon plus étroite, ce qui est tout à fait normal, a relevé Therrien. Quand vous affrontez le joueur qui possède le meilleur lancer de la LNH, vous voulez l'empêcher de tirer. Pour notre part, il faut trouver d'autres solutions que celle de tenter de continuellement lui remettre la rondelle. »

Therrien a dit avoir concocté deux unités avec « des philosophies différentes » -- une avec des défenseurs droitiers et l'autre avec des gauchers. 

« Ce sont des expérimentations, mais il y a des chances qu'on les essaie vendredi », a-t-il précisé.

Au sein de la première unité, on a jumelé le défenseur Jeff Petry à Weber, deux droitiers, en compagnie des attaquants Alexander Radulov, Max Pacioretty et Andrew Shaw. Le vétéran Tomas Plekanec a pris part aux répétitions en alternance avec Shaw.

Dans la seconde unité, les défenseurs gauchers Andrei Markov et Nathan Beaulieu ont œuvré avec les attaquants Paul Byron, Brendan Gallagher et Artturi Lehkonen. Danault a participé aux répétitions à la place de Lehkonen.

« Nous tentons de trouver des solutions afin d'avoir un meilleur rythme, a expliqué Therrien. Nous avons du rythme à cinq contre cinq, mais dernièrement j'ai remarqué que le rythme diminue en supériorité numérique. Ce n'est pas parce que nous avons un joueur de plus sur la glace que le rythme doit diminuer. »

En remplaçant Markov par Petry dans la première unité, Therrien a dit qu'on veut utiliser le tir de Petry comme alternative à la retentissante frappe de Weber. En insérant Byron dans l'autre quintette, on veut justement améliorer le rythme.

Jeudi, on a peaufiné de nouvelles entrées de zone. Une d'entre elles privilégiait une relance de la zone défensive avec un défenseur et deux attaquants et l'entrée s'effectuait par le biais de l'autre défenseur qui se blottit à la ligne bleue adverse.

« Les équipes tentent fort de nous interdire l'accès à leur zone, a souligné Byron. Je le sais, c'est ce que nous tentons de faire nous-mêmes à nos rivaux en infériorité numérique. Si je peux aider à ce chapitre, tant mieux. C'est un honneur pour moi de faire partie du jeu de puissance », a renchéri Byron qui n'est plus qu'à un but de son sommet personnel en carrière (11).

Pour ce qui est de Petry, il a dit avoir confiance en son tir frappé advenant que les adversaires s'entêtent à se coller à Weber.

« Je ne suis pas qu'un passeur. Je peux également décocher de bons lancers. Si les équipes trichent du côté de Weber, comme elles le font pour Alex Ovechkin des Capitals de Washington, c'est à nous de faire de bonnes lectures et de trouver le joueur qui est disponible. Peu importe que le jeu de puissance se retourne en situation de quatre contre trois, il y aura toujours un joueur de libre. »

Weber a ralenti

Weber n'a amassé qu'une passe dans ses neuf derniers matchs, après avoir amorcé la saison en fanfare avec 17 points en 20 rencontres.

Dans son cas, il n'y a pas lieu d'être inquiet. L'anomalie, c'est davantage le début de saison fracassant qu'il a connu puisqu'il n'a jamais récolté plus de 56 points dans une saison. Il garde le cap pour une saison de 50 points. 

« C'est une longue saison. Je ne me préoccupe pas trop de ça, a-t-il commenté. La colonne la plus importante, c'est celle des victoires de l'équipe. L'objectif pour nous est de terminer en force cette séquence avant la pause de Noël. »

Price vendredi, Montoya samedi

Après vendredi, les Canadiens se rendront à Washington en vue du duel face aux Capitals dès samedi (19 h (HE); TVA Sports, City, CSN-DC, NHLN-US).

Therrien a confirmé la présence de Carey Price devant le but, vendredi, et celle d'Al Montoya à Washington, samedi.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.