Skip to main content

Chabot est capable d'autodérision

Un premier match dans la LNH à Montréal qui n'a rien eu de mémorable pour le jeune défenseur des Sénateurs

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Du haut de ses 21 ans, Thomas Chabot est doté d'un bon sens de l'humour et il est capable d'autodérision. Le défenseur de première saison des Sénateurs d'Ottawa a préféré tourner au ridicule sa première sortie plutôt ardue dans la LNH au Centre Bell contre les Canadiens de Montréal, dimanche.

« Personne de ma famille ou de mes amis sont venus de la Beauce parce que tout le monde était occupé à préparer des 'partys' du Super Bowl », a expliqué l'athlète natif de Sainte-Marie-de-Beauce, située à environ 25 minutes au sud de Québec. « C'est une bonne chose. Ils n'ont pas vu ce que j'ai fait vers la fin du match. »

Chabot parlait de la bourde qu'il a commise avec une peu plus de trois minutes à jouer en troisième période. La rondelle a bondi sur la lame de son bâton au moment où il a tenté une passe. Elle s'est retrouvée directement devant Tomas Plekanec qui a facilement déjoué Mike Condon pour faire 4-1 CH.

Ce qui fait dire à Plekanec, pince-sans-rire à ses heures : « 'Gally' (Brendan Gallagher) ne me fait jamais de belles passes comme ça. Je pourrais réussir plus de buts ».

Faisant face à la musique la tête haute, Chabot a promis qu'il passerait rapidement par-dessus sa gaucherie.

« Je suis assez bon pour oublier. Ce n'était pas la première erreur que je faisais et ce ne sera pas la dernière. Mais comme disent les Beaucerons, ça fait ch…, a-t-il lancé. Le hockey est un jeu d'erreurs et quand un but est marqué c'est parce qu'il y a eu une erreur. Je me suis excusé aux gars. »

Ses coéquipiers ainsi que l'entraîneur Guy Boucher ne lui en tiennent aucunement rigueur.

« Ça arrive à tout le monde, a mentionné l'attaquant Derick Brassard. Thomas apprend très rapidement et il s'améliore tous les jours. Ç'a été un malencontreux jeu qui aurait pu arriver à n'importe qui. »

Le capitaine Erik Karlsson est allé lui dire sur la patinoire qu'il avait déjà commis des erreurs semblables et qu'il lui arrive encore d'en faire.

« Il est peut-être le meilleur défenseur au monde. Il faut que j'apprenne de ces erreurs et on se remet à la tâche. »

Chabot estimait bien faire avant de commettre sa gaffe. Il a terminé la rencontre avec une fiche en défense de moins-2. Il a été sur la glace pour le troisième but des Canadiens, celui qui a brisé les reins des Sénateurs vers la fin du deuxième vingt. Boucher s'est dit prêt à composer avec les erreurs de jeunesse de celui qui a été le premier choix des Sénateurs en 2015 (no 18).

« Nous le gérons pour qu'il gagne en confiance, a expliqué l'entraîneur. Par moments, ça va vite pour lui. Au cours de notre voyage de près d'un mois, des jeunes comme Ben Harpur et lui ont été appelés à jouer des minutes difficiles en raison de l'absence de défenseurs blessés. C'est plus facile pour nous de gérer son temps d'utilisation à domicile.

« Il s'est grandement amélioré. C'est un superbe individu qui veut apprendre. Ce n'est qu'une question de temps avant qu'il s'établisse comme un défenseur complet dans la LNH. Quand il commet des erreurs, comme vous avez pu le constater nous continuons de lui faire confiance. Nous le laissons jouer. Nous voulons lui montrer qu'il va apprendre et que bientôt ce sera à ton tour de camper un rôle plus important avec brio. D'ici là, nous allons vivre avec ses erreurs. »

En 32 matchs cette saison, Chabot montre une fiche de quatre buts et de six passes, en plus d'un différentiel de moins-5.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.