Skip to main content

Boucher : Le début d'une période captivante dans la LNH

Notre chroniqueur dresse sa liste des équipes les plus susceptibles de bouger avant la date limite des transactions

par Philippe Boucher @Booboo4343 / Chroniqueur LNH.com

Philippe Boucher a disputé 17 saisons dans la LNH récoltant 94 buts et 300 points en 748 matchs. Le défenseur natif de Saint-Apollinaire a notamment connu deux saisons de 40 points et plus. Il a participé au Match des étoiles en 2007, en plus de soulever la Coupe Stanley avec les Penguins de Pittsburgh à sa dernière saison dans la LNH en 2009. Choix de première ronde (13e au total) des Sabres de Buffalo en 1991, il a successivement porté les couleurs des Sabres, des Kings de Los Angeles, des Stars de Dallas et des Penguins. Au terme de sa carrière de joueur, il a occupé des postes de direction chez l'Océanic de Rimouski, les Remparts de Québec et les Voltigeurs de Drummondville dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Philippe a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com afin de traiter de divers sujets de l'actualité du hockey.

On entre dans une période captivante dans la LNH, celle des échanges qui culminera jusqu'au 24 février, même si la frénésie entourant la date limite des transactions n'est plus ce qu'elle était. Il se complète moins de transactions majeures par rapport à il y a une vingtaine d'années. Le contexte est très différent, il faut l'admettre. Il y a plus de facteurs à prendre en considération que dans le temps en raison du plafond salarial. On a quand même hâte chaque année de voir quelles équipes seront les plus actives et quels joueurs seront impliqués.

À LIRE AUSSI : Boucher : Le jour de la marmotte à Buffalo | Le statut de Rielly déterminera le plan de Toronto à la date limite | Les Panthers veulent ajouter un défenseur avant la date limite

Quand on y regarde de près cette année, ça s'annonce plutôt tranquille. Il n'y pas de grandes vedettes dans la vitrine, en voie de se prévaloir du statut de joueur autonome sans compensation à la fin de la saison.

Les équipes de haut de classement, les Capitals de Washington, les Blues de St. Louis, les Bruins de Boston et le Lightning de Tampa Bay, sont réglées au quart de tour. Elles vont peut-être y aller avec des ajouts uniquement pour de la profondeur.

Les Penguins de Pittsburgh nous ont habitués à bouger et je m'attends à ce que le directeur général Jim Rutherford soit de nouveau actif, en allant possiblement chercher un attaquant et un défenseur. Et, si la tendance se maintient, Rutherford devrait bouger très bientôt. Il n'attend jamais jusqu'à la dernière minute.

D'autres équipes, comme les Golden Knights de Vegas, les Oilers d'Edmonton, les Maple Leafs de Toronto, l'Avalanche du Colorado et même les Flames de Calgary, qui viennent de perdre leur capitaine Mark Giordano pour les semaines à venir, pourraient tenter d'obtenir du renfort en défense.

Si on s'attarde aux défenseurs, il y en a peu de premier plan sur le marché, à l'exception peut-être de Rasmus Ristolainen des Sabres de Buffalo et de Jeff Petry des Canadiens de Montréal. Ça, c'est s'ils sont disponibles.

Ristolainen est sous contrat pour deux autres saisons après celle-ci, mais on le dit malheureux à Buffalo. Son nom alimentait déjà les rumeurs avant le début de la saison, il semble que les Sabres soient disposés à s'en départir. C'est un bon jeune défenseur, à seulement 25 ans. Il piquera assurément la curiosité de plusieurs équipes. 

Petry est sous contrat pour une autre saison et il pourrait être un appât de choix pour le CH. J'espère par contre qu'on le gardera, lui ainsi que l'ailier Tomas Tatar, à moins que le Tricolore décroche la lune pour eux. 

Il faudra avoir à l'œil les Oilers, je pense. Les Oilers se retrouvent dans une position enviable. Les nouveaux dirigeants vont peut-être saisir l'occasion pour battre le fer quand il est chaud. Les Oilers pourraient sûrement greffer un défenseur de premier plan à leur duo d'attaquants super-vedettes, Connor McDavid et Leon Draisaitl.

Les Oilers sont rendus au stade où ils sont prêts à payer un peu plus afin de s'offrir du renfort de qualité. Ils ont ce qu'il faut, des choix de repêchage en masse.

Ce qui sera intéressant à suivre, c'est ce que des équipes qui ne sont plus dans le portrait des séries feront, comme les Devils du New Jersey, les Red Wings de Detroit, les Kings de Los Angeles et les Sénateurs d'Ottawa. 

Les Kings ont affiché leurs couleurs en échangeant l'attaquant Kyle Clifford et le gardien Jack Campbell aux Maple Leafs de Toronto, jeudi. Les Sénateurs échangeront-ils Jean-Gabriel Pageau? J'espère que non. C'est beau de bâtir l'équipe avec des jeunes, mais il faut les encadrer avec de bons vétérans et Pageau en est un. Il connaît une excellente saison et il sera sûrement très populaire, mais moi je serais enclin à le garder, à moins qu'une équipe présente une offre que le directeur général Pierre Dorion ne puisse pas refuser.

Chapeau à « Jumbo Joe »

On parle beaucoup d'Alex Ovechkin et de sa quête des 700 buts, avec raison, mais il y a un joueur qui a franchi un plateau remarquable en début de semaine. Joe Thornton des Sharks de San Jose a atteint les 1500 points. Il a été le 14e joueur seulement dans l'histoire de la LNH à le faire, ce n'est pas rien.

« Jumbo Joe », comme on le surnomme, a été tout un passeur à une époque au cours de laquelle il se marquait moins de buts. Il a rendu de précieux services aux Bruins de Boston au début de sa carrière, avant d'être un personnage marquant de l'histoire des Sharks. Il a été très durable, mais il arrive en bout de piste à l'âge de 40 ans. Tout ce qui va manquer à son palmarès, c'est de voir son nom gravé sur la Coupe Stanley.

Video: SJS@CGY: Thornton obtient son 1500e point dans la LNH

Les Sharks pourraient-ils lui rendre un service « à la Raymond Bourque » et lui procurer une dernière chance de gagner la Coupe en l'échangeant à une équipe aspirant aux grands honneurs avant la date limite des transactions? Je ne le sais pas. Je ne connais pas les intentions de Thornton ni son contexte familial. Il faudrait avant tout qu'une équipe souhaite faire son acquisition. 

Le lien entre Bourque et Thornton est cependant boiteux en ce sens que Bourque était encore au sommet de son art au moment où les Bruins l'ont échangé à l'Avalanche, il y a 20 ans. Il jouait encore 25 minutes par match. Ce n'est pas le cas de Thornton.

Une chose est sûre : les Sharks seront dans le camp des vendeurs et disposés à échanger des vétérans au cours des prochaines semaines.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.