Skip to main content

Bobrovsky dit qu'il avait besoin d'un changement d'air

Le vétéran gardien confie avoir fait connaître aux Blue Jackets son intention de partir au terme de la saison 2017-18

par LNH.com @LNH_FR

Le coeur de Sergei Bobrovsky appartient maintenant aux Panthers de la Floride.

Le double gagnant du trophée Vézina a indiqué au site Internet russe Sport24 mercredi qu'il a « tourné la page » et qu'il a « hâte » d'entreprendre un nouveau chapitre de sa carrière dans la LNH.

À LIRE AUSSI : Mise à jour: Panthers de la Floride | Rien ne presse pour Knight et les Panthers

Bobrovsky a paraphé un contrat de 70 millions $ pour sept ans avec les Panthers à titre de joueur autonome sans compensation, le 1er juillet, mettant du coup fin à son association de sept saisons avec les Blue Jackets de Columbus. 

« J'avais le sentiment que j'avais besoin d'un changement d'air, a-t-il précisé. Ç'avait moins à voir avec les tensions qu'il y avait avec les Blue Jackets, mais davantage mon cœur me disait d'explorer de nouveaux horizons. »

Bobrovsky, qui fêtera son 31e anniversaire de naissance le 20 septembre, a mentionné avoir reçu d'autres offres contractuelles alléchantes, mais que les Panthers représentaient son premier choix.

« C'est une bonne jeune équipe, bien dirigée, avec un bon entraîneur qui vient d'arriver en poste, a-t-il relevé. J'estime avoir la chance de gagner la Coupe Stanley avec cette équipe. Et puis, il y a les conditions de vie. Vous pratiquez un sport d'hiver dans le Sud, entouré de palmiers et de l'océan. »

Les Panthers ont complété la dernière saison avec un dossier de 36-32-14, 12 points derrière les Blue Jackets pour l'obtention de la seconde place de quatrièmes as dans l'Association de l'Est. Ils ont engagé comme entraîneur le triple champion de la Coupe Stanley, Joel Quenneville, le 8 avril. Quenneville remplacera Bob Boughner. Il a gagné la Coupe à la barre des Blackhawks de Chicago en 2010, en 2013 et en 2015. Il vient au deuxième rang chez les entraîneurs au chapitre des victoires, derrière Scotty Bowman, avec 890.

Relations conflictuelles

Les Blue Jackets ont pris part aux séries au cours des trois dernières saisons sous la férule de John Tortorella, avec lequel Bobrovsky n'entretenait pas les meilleures relations.

« 'Torts' a ses bons et ses mauvais côtés, a reconnu Bobrovsky. Il est impulsif, il dit ce qu'il pense et il fait ce qu'il pense qui est correct. Il y a des journées pendant la saison où il complimente les joueurs, mais il y a d'autres journées où il peut se montrer sévère et blâmer des joueurs dans des points de presse. Je n'étais pas toujours d'accord avec lui et ç'a donné lieu à plusieurs échanges houleux entre nous.

« Mais il a aussi plusieurs bons côtés, a-t-il repris. L'équipe a commencé à mieux jouer à la suite de son arrivée. Il a instauré de la discipline. Il exigeait l'effort maximum de chacun des joueurs. Nous avons commencé à participer aux séries sur une base régulière. C'est un fin psychologue et un très solide motivateur. » 

Bobrovsky a conservé une fiche de 37-24-1, la saison dernière, tout en affichant une moyenne de buts accordés de 2,58 et un pourcentage d'arrêts de ,913, en plus de signer neuf jeux blancs.

Video: BOS@CBJ, #4: Bobrovsky vole Marchand avec la mitaine

Il a aidé les Blue Jackets à surprendre le Lightning de Tampa Bay au premier tour des séries éliminatoires. C'était la première fois de leur histoire qu'ils gagnaient une série. Ils se sont par la suite fait battre par les Bruins de Boston en six matchs, au deuxième tour.

Décision longuement mûrie

À ses trois séries précédentes avec Columbus, avant cette année, Bobrovsky avait montré un dossier de 5-12 et il n'avait jamais fait mieux que de maintenir une moyenne de 3,18. Il avait fait part de sa volonté de poursuivre sa carrière ailleurs depuis fort longtemps.

« J'avais fait savoir aux dirigeants au terme de la saison 2017-18 que je ne resterais pas, a-t-il affirmé. Malgré cela, ils n'ont pas agi. Au contraire, ils ont commencé à parler de prolongation de contrat plus souvent. Moi, c'est ma personnalité. Je fais connaître mes plans et je ne joue pas à des jeux avec l'organisation. J'aurais eu beaucoup plus de difficulté à me regarder dans le miroir si j'avais dit à tout le monde que je resterais et que je serais parti. 

« C'était difficile psychologiquement à gérer, surtout au début de la saison, a-t-il poursuivi. L'atmosphère n'était pas très agréable. Il y avait des conflits à l'interne, on a tenu plusieurs réunions d'équipe, il y a eu ma suspension et quelques autres distractions. Mais en vrai professionnel, je continuais de travailler fort afin de rester concentré sur la tâche et de gagner des matchs. »

Video: BOS@CBJ, #3: Bobrovsky s'étire pour voler Marchand

Bobrovsky n'a pas été parfait. Il a quitté le banc des siens après avoir été retiré du match contre le Lightning, le 8 janvier. Il n'a pas revêtu l'uniforme deux soirées plus tard face aux Predators de Nashville.

Le directeur général Jarmo Kekalainen avait alors évoqué que Bobrovsky n'avait pas respecté « certaines attentes et valeurs » de l'organisation.

Bobrovsky avait agi comme adjoint de Joonas Korpisalo dans la victoire de 2-1 en prolongation des Blue Jackets contre les Capitals de Washington, le 12 janvier.

Les Blue Jackets ont également vu leur meilleur marqueur Artemi Panarin partir, à l'issue de la dernière saison. L'attaquant russe a paraphé une entente de 81,5 millions $ pour sept ans avec les Rangers de New York, le 1er juillet. Bobrovsky a avoué que son compatriote et lui avaient envisagé la possibilité de joindre les rangs de la même équipe.

« Oui, c'était le plan initial, a-t-il confirmé. Mais j'estime que nous avons tous les deux fait la bonne chose. Artemi est heureux avec les Rangers et moi je le suis également avec les Panthers. »

Avec la collaboration du rédacteur Sergei Butov de NHL.com/ru

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.