Skip to main content

Biron : Place au carré d'as devant le filet

Notre chroniqueur analyse les gardiens partants de chacune des quatre formations encore en lice

par Martin Biron @martybiron43 / Chroniqueur NHL.com

Martin Biron a connu une carrière de 15 saisons dans la LNH et il a signé 230 victoires en 508 matchs, connaissant notamment deux saisons de 30 gains et plus. Il a également atteint la finale de l'Association de l'Est avec les Flyers de Philadelphie en 2008. Le gardien natif de Lac-St-Charles a été sélectionné au 16e rang au total du repêchage 1995 par les Sabres de Buffalo. Il a évolué avec les Sabres, les Flyers, les Islanders de New York et les Rangers de New York. Martin a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com chaque semaine afin de discuter de l'univers des gardiens et d'analyser l'actualité de la LNH.

Petit à petit, le gardien des Sharks de San Jose Martin Jones fait tomber les réserves que j'avais à son endroit. Le genre de performance qu'il a offerte dans le match no 7 qu'il se doit d'offrir dans tous les matchs. 

Jones a joué un peu plus profondément dans son filet. Il a très bien lu le jeu et a très bien réagi sur les déviations et les retours de lancer. Il n'est pas un gardien qui se sert de son gabarit quand même imposant (6 pieds 4 pouces) pour bloquer la rondelle, il réagit au disque. Quand il est au sommet de son art, c'est ce qui va faire la différence dans son cas, car malgré son gabarit, il ne semble pas couvrir énormément d'espace dans son filet. Il y a quelques trous que les tireurs peuvent exploiter, si ses réactions ne sont pas à point.

Video: COL@SJS, #7: Jones vole Kerfoot en fin de match

Il a toutefois été un mur de briques contre l'Avalanche au cours du match ultime.

Jones sera opposé à Jordan Binnington des Blues de St. Louis. Le calme de Binnington est tout simplement incroyable. Il n'a pas l'habitude de se faire emporter par les émotions, qu'elles soient positives ou négatives. Le meilleur exemple est probablement sa réaction au but gagnant de Pat Maroon en deuxième période de prolongation du match no 7. On aurait juré qu'il s'agissait d'un but comme les autres.

Les rares fois où on a vu les émotions avoir raison de lui, son rendement en a souffert. Ce fut le cas dans le match no 4 du deuxième tour, alors qu'il avait écopé de deux punitions pour avoir frappé Jamie Benn puis Ben Bishop.

Techniquement, ce qui m'impressionne le plus de Binnington est sa mitaine. Elle est toujours tenue bien haute et il est très patient. On l'a constaté sur l'échappée de Radek Faksa en première période du match no 7. Le gant est bien dans les airs, et 99 pour cent des gardiens de la LNH auraient abaissé leur gant à mesure que le joueur se serait approché du filet. La sienne est demeurée bien élevée, et on aurait dit un arrêt de routine.

Video: DAL@STL, #7: Binnington frustre Faksa en échappée

Une autre facette où Binnington excelle, c'est pour le maniement de la rondelle pour aider ses défenseurs. Oui, il a fait quelques erreurs en saison et dans les séries à ce chapitre, mais il a généralement été très bon, et c'est une bonne manière de se garder dans le match quand on ne reçoit pas beaucoup de lancers. Ça prend habituellement plus qu'une demi-saison pour comprendre les tendances des joueurs qui s'amènent en échec-avant, mais lui semble avoir déjà tout décortiqué, ce qui rend le tout encore plus impressionnant.

Pour revenir sur le match no 7 contre les Stars de Dallas en deuxième période, Binnington a été très peu sollicité au volume, avec seulement quatre tirs au cours des deuxième et troisième périodes, mais quand il recevait un tir, c'était presque toujours une bonne chance de marquer, avec des lancers de l'enclave ou de l'embouchure du filet. Ça rend sa performance encore plus impressionnante, car c'est plus difficile de demeurer concentré dans ces conditions.

À l'autre bout de la glace, Ben Bishop a beaucoup fait parler de lui avec ses 52 arrêts. Je dois toutefois dire que c'est surtout à partir de la prolongation qu'il a eu à se signaler, parce qu'au cours des trois premières périodes, il a surtout eu à affronter des tirs en angle, rien de particulièrement dangereux, puisque ses défenseurs devant lui faisaient de l'excellent travail pour bloquer le centre. Il se servait bien de son gabarit pour bloquer le filet, mais a seulement réalisé deux ou trois beaux arrêts de la mitaine, En prolongation toutefois, il a disputé son meilleur hockey. Il a eu à stopper des tirs à la suite de passes latérales, à s'impser sur des retours de lancers, et c'est là qu'il a été spectaculaire. Il était dans la zone, et il aura fallu un tir parfait doublé d'un coup de chance, alors que la rondelle a touché le poteau avant de le frapper derrière la tête, pour le battre.

Rask impressionne, incertitude en Caroline

Le gardien des Bruins de Boston Tuukka Rask a été spectaculaire au cours des derniers matchs de la série contre les Blue Jackets de Columbus. L'un des traits qui m'impressionnent le plus chez Rask, c'est sa capacité à rebondir immédiatement après un mauvais but ou une mauvaise période. Plusieurs gardiens de la LNH, en raison de leur expérience et de leur talent, sont capables de revenir en force après un mauvais match, car ils ont souvent 48 heures pour évacuer ça de leur système.

Video: BOS@CBJ, #6: Rask stoppe la déviation de Dubois

Rask a montré à plus d'une reprise, notamment dans le match no 4 contre Toronto et le match no 5 contre Columbus, qu'il était capable d'enchaîner avec une très bonne période après en avoir arraché au cours de la période précédente. C'est rare d'être capable d'apporter des ajustements techniques, physiques et mentaux en plein match, et c'est difficile à réussir. Souvent, une mauvaise période s'étire finalement en un mauvais match. C'est ce qui distingue Rask en séries cette saison, sa capacité à revenir en force après un mauvais but. Dans le premier match contre les Hurricanes, il a encore été sublime et a permis aux siens de demeurer dans le match jusqu'à ce que les Bruins explosent en troisième période.

Pour les Hurricanes, la situation des gardiens en ce début de séries est un brin plus nébuleuse, mais la décision a été un peu plus facile à prendre puisqu'on se trouvait au début d'une nouvelle série, et non dans un match no 5 ou 6. On est revenu avec Petr Mrazek pour le premier match, lui qui s'est blessé dans le deuxième match du deuxième tour contre les Islanders de New York, ce qui fait qu'il n'avait pas joué depuis plus d'une semaine. C'était la chose à faire d'après moi, puisqu'on savait qu'on a une bonne police d'assurance en Curtis McElhinney. McElhinney comprend son rôle, et il est le candidat parfait pour s'amener en relève si Mrazek ne retrouve pas rapidement ses repères. Mrazek n'a pas été mauvais dans le premier match, lui qui a été excellent au cours des deux premières rondes.

On aurait aussi pu confier le filet à McElhinney en début de série si on avait eu de sérieux doutes sur le statut de Mrazek, un peu comme ce fut le cas avec Keith Kinkaid des Devils du New Jersey l'an dernier, et surtout Philipp Grubauer avec les Capitals. Grubauer a amorcé la série parce qu'il a terminé la saison en force, mais c'est le gardien numéro un Braden Holtby qui est venu en relève quand les choses se sont gâtées, et il a remporté 16 victoires pour soulever la Coupe Stanley.

Il y a toutefois une différence majeure dans le cas des Hurricanes. Mrazek n'a peut-être pas la préparation, l'expérience et la maturité nécessaire pour apporter des ajustements en s'amenant comme auxiliaire dans des matchs aussi importants. L'entraîneur Rod Brind'Amour sait que McElhinney est capable de le faire, et c'est pourquoi je pense qu'il a bien fait d'opter pour Mrazek. Reste à voir lequel des deux gardiens va terminer la série devant le filet.

*Propos recueillis par Sébastien Deschambault, directeur de la rédaction LNH.com
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.