Skip to main content

Les Golden Knights devront mettre leurs bottes de travail

Vegas a échappé une victoire qui semblait à sa portée contre les Canadiens

par Nicolas Ducharme @nicolasducharme / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - On aurait cru voir les Golden Knights de Vegas de la saison dernière sur la glace du Centre Bell, samedi en première période. 

L'équipe patinait, menaçait, frappait et, surtout, marquait des buts. Les Canadiens de Montréal peinaient à résister. Puis, au retour du vestiaire, tout avait changé. En moins de 10 minutes, l'avance de 2-0 s'est transformée en déficit de 3-2, en route vers une défaite de 5-4. Les Golden Knights ont à nouveau eu droit à une leçon vieille comme le monde : on obtient ce que l'on veut en travaillant.

Après 17 matchs, les finalistes de la Coupe Stanley se retrouvent avec une fiche de 7-9-1. Les visages étaient longs, puisque ce n'est pas la première fois que l'équipe du Nevada se fait prendre à ne pas travailler durant 60 minutes.

« Je ne pense pas que c'est ce que le Canadien a fait (dans ce match), c'est ce que nous n'avons pas fait, a lancé l'attaquant Jonathan Marchessault après le match. C'est de même chaque match. On a de la misère à jouer pendant 60 minutes, il n'y a que deux parties où nous l'avons fait cette année. C'est déception après déception. On a besoin de 20 joueurs pour gagner un match de hockey, et ce n'est pas le cas en ce moment.

« On ne joue pas notre système. On est capable de gagner des matchs de hockey, on a le personnel pour le faire, on a des gars qui travaillent fort. Il nous manque des gars qui se présentent. On s'endort un moment donné pendant le match et on le perd. »

À LIRE AUSSI : Les Canadiens viennent à bout des Golden Knights | « On n'a pas d'excuse », martèle Marchessault

L'entraîneur-chef Gerard Gallant n'a pas caché sa frustration devant ce résultat, en soulignant qu'il fallait que ses protégés retrouvent rapidement leurs habitudes de la dernière saison. Il est tôt dans la saison, mais Vegas perd de précieux points qui pourraient faire une différence entre une participation aux séries éliminatoires ou un été hâtif dans cinq mois. Fort heureusement pour eux, plusieurs équipes peinent à s'imposer dans l'Association de l'Ouest après un mois d'activités.

« On a travaillé fort pendant 20 minutes et c'était incroyable à voir, a noté Gallant. On dominait, ce n'était même pas proche et tout le monde a vu cela. Puis, on s'éloigne (de notre système) en deuxième période et on donne trois buts lors des 10 premières minutes. C'est une question d'éthique de travail, de compétitionner et d'être constant. On joue un bon match, on lève le pied de l'accélérateur et Montréal s'est emparé du match à ce moment. »

Video: VGK@MTL : Tatar vient hanter son ancienne équipe

Le problème semble donc bien identifié dans le vestiaire de Vegas. Samedi matin, l'attaquant Pierre-Édouard Bellemare avait mis le doigt sur le bobo en soulignant que la confiance n'était pas au rendez-vous pour plusieurs.

« On joue de la même façon que l'an dernier, mais à certains moments dans le match, un joueur commet une erreur individuelle, a analysé Bellemare. Ce n'est pas forcément qu'il est sorti du système, mais ça ne se serait pas produit l'année dernière. Le match suivant, il a un petit doute et au lieu d'aller de l'avant, il laisse de la place à l'adversaire et "boum", tu payes le prix. Ce sont de petites erreurs, on joue le système, mais nous ne sommes pas à 100 pour cent dedans, nous le sommes à 95 pour cent. Sauf que ce cinq pour cent, dans une ligue avec tous ces bons joueurs, tu le payes cher. »

Ce n'est pas faute d'avoir essayé pour Pacioretty

On ne pourra toutefois pas reprocher à Max Pacioretty de ne pas avoir tout tenté. À son retour à Montréal, l'ancien capitaine des Canadiens a décoché neuf lancers sur le gardien Antti Niemi, mais n'a pas réussi à enfiler l'aiguille. Uniquement en première période, il a obtenu cinq tirs, mais il n'a pas été en mesure d'inscrire son troisième filet de la campagne.

« C'est l'histoire de notre saison et de la mienne que la rondelle ne rentre pas, a souligné Pacioretty. Et à l'inverse, quand l'autre équipe a une chance de marquer, elle compte. La bonne nouvelle, c'est que si on enlève la deuxième période, et que l'on continue de la sorte, ça va débloquer et pas à peu près pour nous. »

Ce déblocage pourrait avoir lieu dimanche, alors que les Golden Knights seront en visite à Boston pour affronter les Bruins (19 h (HE); NESN, ATTSN-RM, NHL.TV).

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.