Skip to main content

Barry Trotz, le choix unanime comme favori pour le trophée Jack-Adams

Le pilote des Islanders a été le meilleur entraîneur dans la Ligue durant les trois premiers quarts de la saison selon l'équipe de LNH.com

par Marc Tougas / Collaborateur LNH.com

Alors que nous avons complété les trois premiers quarts de la saison 2018-19, LNH.com publie une série d'articles sur ceux qui mériteraient de remporter les différents trophées individuels à ce stade-ci de la campagne. Aujourd'hui, le trophée Jack-Adams, décerné à l'entraîneur de l'année dans la LNH.

Le départ de John Tavares a laissé un trou au sein de l'attaque des Islanders de New York, mais ça ne paraît pas au classement. Et ça, c'est tout à l'honneur de Barry Trotz. C'est pourquoi l'équipe de LNH.com le considère comme le favori, au stade des trois quarts de la saison, pour remporter le trophée Jack-Adams remis à l'entraîneur de l'année dans la LNH.

Les Islanders étaient une bonne équipe avec Tavares, mais ne faisaient pas partie de l'élite de la LNH, comme en fait foi le fait que la formation new-yorkaise a terminé la saison 2017-18 au 22e rang du classement général de la Ligue avec une fiche de 35-37-10. Bien des observateurs s'attendaient donc qu'en raison du départ de l'Ontarien de 28 ans, les Islanders peinent encore cet hiver. Mais ç'a été tout le contraire : ils occupent présentement le premier rang de la section Métropolitaine avec une fiche de 36-19-7, et le sixième rang au classement général… tout juste derrière les Maple Leafs, tiens donc.

À LIRE AUSSI : Giordano détrône Rielly dans le vote du trophée Norris | Pettersson toujours le favori pour le Calder

Septième dans la LNH la saison dernière, Toronto fait donc un peu mieux avec Tavares dans ses rangs à l'heure - au classement, mais aussi à l'attaque, puisque les hommes de Mike Babcock marquent 3,56 buts par match cette saison, comparé à 3,29 la saison dernière. De son côté, l'attaque new-yorkaise a souffert du départ de Tavares puisqu'elle produit 2,84 filets par rencontre cette saison (22e rang dans la LNH) comparé à 3,18 l'hiver dernier (7e rang).

Sauf qu'en défensive, au chapitre des buts accordés, les Islanders sont passés du 31e et dernier rang de la Ligue en 2017-18 (3,57 buts alloués par rencontre) au tout premier rang cette année (2,32). Et ce, même si l'acquisition la plus notable en défensive faite par le club durant la saison morte a été celle de Robin Lehner, pas exactement considéré comme un gardien de premier plan, même s'il a connu de bonnes saisons.

De toute évidence, un énorme travail du côté de l'approche collective en défensive a donc été fait.

« Nous avons fait du bon travail en tant que groupe, a dit Trotz plus tôt cette semaine. Notre force, c'est notre esprit de groupe. »

« Qu'il s'agisse de joueurs qui n'ont pris part qu'à quelques matchs ou de joueurs qui les ont tous disputés, nous avons tous eu un impact positif les uns sur les autres et nous sommes tenus ensemble, a indiqué le capitaine Anders Lee. Tout le monde est à égalité dans l'équipe, peu importe son rôle. »

Video: NYI@EDM: La troisième fois est la bonne pour Lee

Cette bonne chimie s'est installée grâce au bon travail de Trotz, a estimé le jury de LNH.com. Celui-ci lui a accordé neuf votes de première place sur une possibilité de neuf dans le cadre du scrutin qui avait pour but de déterminer l'identité de l'entraîneur qui mériterait le plus de remporter le trophée Jack-Adams à ce stade-ci de la saison. Trotz a donc obtenu le maximum possible de 45 points, pour terminer devant Bill Peters des Flames de Calgary (32 points) et Jon Cooper du Lightning de Tampa Bay (21).

Sous les ordres de Peters, le choix de LNH.com pour le Jack-Adams au stade de la mi-saison, plus tôt cette année, les Flames continuent de surpasser les attentes. La formation albertaine occupe le deuxième rang au classement général de la Ligue, ce qui mériterait une sorte de trophée en soi étant donné que le Lightning est à ce point dominant cette saison.

Cooper, lui, montre qu'il a le doigté pour diriger une équipe aussi talentueuse que Tampa Bay puisqu'il a réussi à amener ses joueurs à faire encore mieux que la saison précédente. Le Lightning de Tampa Bay est devenu lundi la quatrième équipe dans l'histoire de la LNH à atteindre les 100 points au classement en 63 matchs ou moins, après les Bruins de Boston de 1971-72, ainsi que les Canadiens de Montréal de 1976-77 et ceux de 1977-78. Trop fort pour la Ligue ? Le Lightning semble l'être en ce moment, mais Cooper s'arrange pour que ses joueurs n'y croient pas un seul instant.

Résultats du scrutin (cinq points pour un vote de première place, quatre points pour un vote de deuxième place, etc.) : 1- Barry Trotz, Islanders de New York, 45 points ; 2- Bill Peters, Flames de Calgary, 32 ; 3- Jon Cooper, Lightning de Tampa Bay, 21 ; 4- Claude Julien, Canadiens de Montréal, 16 ; 5- Bruce Cassidy, Bruins de Boston, 6 ; 6- Travis Green, Canucks de Vancouver, 3 ; 7- Paul Maurice, Jets de Winnipeg, 3 ; 8- Rod Brind'Amour, Hurricanes de la Caroline, 2 ; 9- Peter DeBoer, Sharks de San Jose, 2 ; 10- Rick Tocchet, Coyotes de l'Arizona, 2 ; 11- Mike Babcock, Maple Leafs de Toronto, 1 ; 12- Craig Berube, Blues de St. Louis, 1.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.