Skip to main content

Sur le radar : Groulx veut tourner la page

L'attaquant des Wildcats a bien l'intention de se servir de son exclusion d'Équipe Canada junior comme motivation avec sa nouvelle équipe

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

Benoit-Olivier Groulx aura eu besoin de deux semaines pour ruminer puis pour mettre derrière lui son exclusion de dernière minute au camp de sélection d'Équipe Canada Junior. Il a depuis tourné la page, mais il ne l'a pas oublié pour autant.

Ce sera difficile à faire. L'attaquant québécois a été le dernier joueur retranché par les dirigeants de Hockey Canada et a dû rentrer au pays - à partir de Vienne, en Autriche - plutôt que de mettre le cap sur la République tchèque avec le reste de l'équipe. Un retranchement brutal.

« C'était ma première grosse déception individuelle, a-t-il confié, lundi. J'étais vraiment déçu et assez fâché de la situation. Je suis retourné à Gatineau et j'ai été dur d'approche pendant les trois premiers jours. Je n'avais envie de parler à personne. Mes amis et ma famille ont su me remonter le moral et je leur en suis reconnaissant.

« Les dirigeants ont fait leur choix et je le respecte, il y avait beaucoup de bons joueurs et ils ont gagné la médaille d'or. Pour ma part, je vais sortir grandi de ça et je vais tout donner pour leur prouver que j'avais ma place là. »

À LIRE AUSSI : Meilleurs espoirs: Cinq choses à retenir du matchDawson Mercer : Un conte dont il est le héros

Il est assez bien parti. Et la transaction qui l'a fait passer des Mooseheads d'Halifax aux Wildcats de Moncton, le 23 décembre, n'est pas étrangère à ses récents succès. Même s'il est survenu en plein dans le tourbillon, ce déménagement de la Nouvelle-Écosse au Nouveau-Brunswick lui a permis de remettre rapidement l'accent sur le reste de la saison.

Depuis ses débuts dans son nouvel uniforme, l'espoir des Ducks d'Anaheim totalise six buts et six aides en sept matchs et vient d'être nommé sur l'équipe de la semaine de la LHJMQ.  

« Ça lui a fait du bien de retourner chez lui et de faire le plein, a commenté le nouvel entraîneur des Wildcats, Dan Lacroix. Je lui ai donné un coup de fil quand la transaction est survenue pour savoir où il en était. Il est revenu à Moncton avec le sourire et il était prêt à travailler. Au chapitre émotif, il a encaissé un gros coup. 

« Jouer pour Équipe Canada junior, c'est une expérience que tous les joueurs veulent vivre. Quand tu fais partie des invités, tu en donnes tellement et tu t'engages beaucoup dans les mois et les semaines qui mènent au tournoi. Quand ça prend fin, c'est un gros vide et ça fait mal. »

Groulx a été habitué aux déceptions dans la dernière année. Ses Mooseheads ont subi l'élimination en six matchs contre les Huskies de Rouyn-Noranda en Finale de la Coupe du Président avant d'être victimes de ces mêmes adversaires en Finale du tournoi de la Coupe Memorial.

À ce point, il n'a plus vraiment le choix de croire en l'adage qui dit que ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts. Et si c'est effectivement le cas, les Wildcats ont sans doute mis la main sur un joueur bien fort qui pourra les aider à atteindre l'objectif ultime.

La troupe de Lacroix était déjà en bonne posture avant la date limite des transactions - elle occupe présentement le troisième rang du classement général - et a notamment ajouté l'attaquant Gabriel Fortier (Lightning) et le défenseur Jared McIsaac (Red Wings) à sa formation pour tenter d'aller jusqu'au bout.

« J'ai acquis beaucoup d'expérience l'an passé, a-t-il dit. C'est sûr que de perdre deux fois, ce n'était pas le scénario idéal, mais j'en suis sorti mentalement plus fort. Ça va maintenant beaucoup m'aider à montrer la voie en séries. Je sais que ça ne va pas toujours comme on veut, il y a beaucoup de hauts et de bas.

« Je sais maintenant comment gérer les distractions, la nervosité et le stress. Ce sont des choses comme ça que je veux amener dans ce vestiaire pour aider l'équipe. »

Il pourra aussi amener une notion ou deux sur la résilience et la détermination.
 

Dans le calepin

- Le mois bien rempli des espoirs vient de prendre fin avec la présentation du Match des meilleurs espoirs. Si le sort d'Alexis Lafrenière semble de plus en plus coulé dans le béton, il sera très intéressant de suivre la course au deuxième rang. 

L'attaquant allemand Tim Stützle en a impressionné plus d'un au Mondial Junior et s'est emparé du premier rang sur la liste internationale de mi-saison du Bureau central de dépistage de la LNH. Pourra-t-il devancer Quinton Byfield? La course s'annonce plutôt excitante. 

- Ça vaut ce que ça vaut, mais on a assisté à une image assez forte après le Match des meilleurs espoirs, jeudi dernier. Même s'il a été blanchi, Alexis Lafrenière a été entouré d'une quinzaine de journalistes tandis que Byfield n'a eu qu'à répondre aux questions d'une poignée de médias.

La différence d'intérêt entre les deux meilleurs espoirs en Amérique du Nord est assez frappante. On sent que le « buzz » autour du Québécois a pris de l'ampleur depuis sa prestation au CMJ.

- L'attaquant suisse Valentin Nussbaumer a décidé de poursuivre sa carrière avec Biel dans la Ligue A en Suisse plutôt que de revenir avec les Cataractes de Shawinigan pour compléter sa deuxième saison dans la LHJMQ. Il semblerait que l'espoir des Coyotes ait décidé de rentrer à la maison puisqu'il avait le mal du pays.
 

2020 sous la loupe

- Après s'être inclinés en finale de la Ligue de l'Ontario, l'an dernier, les 67's d'Ottawa semblent en bonne posture pour venger leur échec. À la mi-saison, l'attaquant autrichien Marco Rossi occupe le premier rang des pointeurs de la Ligue avec 78 points tandis que Jack Quinn est le meilleur buteur avec 35 buts. Les deux sont admissibles au prochain encan.

- Nico Daws, le premier gardien répertorié sur la liste des meilleurs espoirs nord-américains, a subi une élongation des muscles obliques lors de la période d'échauffement précédent le Match des meilleurs espoirs et n'a pas enfilé l'uniforme avec Guelph depuis. Daws pourrait revenir au jeu cette fin de semaine, lui qui affiche la meilleure moyenne (2,21) et la meilleure efficacité (,935) dans la OHL.

- Ignoré lors du dernier repêchage de la LNH, l'attaquant russe des Eagles du Cap-Breton Egor Sokolov pourrait bien obtenir sa chance cette année, à 19 ans. L'attaquant de 6 pieds 4 pouces et 231 livres arrive au 94e rang sur la liste de mi-saison du Bureau central. Il totalise 31 buts et 31 aides en 35 matchs cette saison et a impressionné au CMJ avec trois buts et une aide en sept matchs.
 

L'indice Lafrenière

En hausse : L'attaquant de l'Océanic a à peine eu le temps de défaire ses valises depuis son retour du Championnat mondial junior, mais il a repris exactement là où il avait laissé. Il a amassé un but et sept mentions d'aide en quatre matchs pour aider les siens à conserver une fiche de 2-2.

Il a d'ailleurs insisté pour jouer à Bathurst, samedi, alors que son entraîneur Serge Beausoleil lui avait offert la possibilité de prendre congé. Lafrenière a joué le Match des meilleurs espoirs à Hamilton, jeudi, et était en uniforme à Rimouski, vendredi. On ne lui aurait pas reproché de sauter un match…

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.