Skip to main content

Séries éliminatoires: Les éléments à retenir des matchs du 10 avril

Premier test réussi pour Binnington et Heiskanen; Pavelski a montré qu'il était un vrai guerrier

par LNH.com @LNH_FR

Tout au long des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, LNH.com va effectuer un retour sur les principaux éléments des matchs de la veille, que ce soit des statistiques étonnantes, des intrigues pertinentes en passant par les héros du jour. Voici ce qu'il faut retenir des matchs du 10 avril.

À LURE AUSSI: Stupéfaction au Amalie Arena | Trois buts, la pire avance au hockey | Toutes les nouvelles des séries éliminatoires


Binnington n'est pas intimidé par la foule de Winnipeg


Les Blues de St.Louis doivent en grande partie leur qualification en séries à leur gardien recrue Jordan Binnington. Le cerbère de 25 ans, avec sa fiche de 24-5-1 en saison régulière, a remis la saison des Blues sur les rails.

Il se retrouvait toutefois en séries éliminatoires dans la LNH pour la première fois de sa carrière, et dans un environnement hautement intimidant de surcroît, à Winnipeg, où les partisans des Jets et leur « Whiteout » peuvent facilement impressionner les joueurs adverses.

Le flegmatique Binnington a cependant prouvé qu'il en faut plus que ça pour le sortir de sa bulle, alors qu'il a stoppé 24 lancers, dont quelques-uns pas commodes en fin de troisième période alors que son équipe menait par un but, pour mener les Blues à un gain de 2-1 dans le match no 1.

Video: STL@WPG, #1: Binnington préserve l'avance à la fin

Même s'il a été hué sans arrêt par les partisans réunis au Bell MTS Place, Binnington a bien aimé l'atmosphère qui régnait à son premier match éliminatoire.

« C'était cool, a-t-il laconiquement déclaré. C'est une ville canadienne. Ce sont des partisans passionnés. C'était donc excitant, et je suis persuadé qu'ils ont été divertis ce soir. Nous sommes heureux d'avoir gagné, mais nous nous concentrons maintenant sur le prochain match et nous allons tenter de bien nous préparer pour cette rencontre. »

Le match no 2 aura lieu à Winnipeg vendredi.


Heiskanen amorce sa carrière en séries du bon pied


Les défenseurs de 19 ans qui font partie des deux premières paires de défenseurs d'une équipe de la LNH sont déjà peu nombreux. Ceux qui marquent un but à leur premier match en carrière en séries éliminatoires sont encore plus rares.

C'est pourtant l'exploit qu'a réalisé Miro Heiskanen des Stars de Dallas dans le match no 1 de leur série contre les Predators de Nashville. À 19 ans et 266 jours, il est devenu le plus jeune défenseur de l'histoire des Stars à marquer en séries éliminatoires. On a aussi cru qu'il était devenu le troisième défenseur de l'histoire à inscrire un doublé à ses débuts en séries avant l'âge de 20 ans, après Glen Wesley (Bruins de Boston, 1988) et Phil Housley (Sabres de Buffalo, 1983), mais le deuxième but du match, qui lui avait été accordé au départ, a finalement été porté à la fiche d'Alexander Radulov.

Video: DAL@NSH, #1: Heiskanen compte à ses débuts en séries

« C'est une bonne sensation, a admis Heiskanen. L'atmosphère était incroyable. C'est vraiment super de jouer dans de telles conditions et de l'emporter. »

Les coéquipiers de Heiskanen ne savent plus quels qualificatifs utiliser pour décrire le jeu de leur jeune coéquipier, tout comme l'entraîneur de Dallas, Jim Montgomery.

« Je ne pense pas qu'il y a un mot qui serait adéquat, a avancé Montgomery. Comme je l'ai dit toute l'année, nous sommes très heureux de miser sur lui. »

Le gardien des Stars Ben Bishop est aux premières loges pour admirer les prouesses du Finlandais.

« Il joue comme s'il évoluait dans la ligue depuis 10 ans, a mentionné Bishop. Depuis le premier match de la saison, il s'améliore sans cesse, mais il a été très bon toute l'année. Il est un élément important de cette équipe, et il accomplit plein de bonnes choses pour nous chaque soir. Ce n'est pas quelqu'un qui va parler sans cesse. Il se contente de baisser la tête et d'enfiler ses bottes de travail. C'est souvent le cas en séries, certains joueurs qui ne reçoivent pas l'attention qu'ils méritent en saison régulière se retrouvent un peu plus souvent sous les projecteurs, et il le mérite amplement. »

Le deuxième match de la série entre les Predators et les Stars aura lieu à Nashville samedi.


Pavelski en prend une pour l'équipe


L'attaquant des Sharks Joe Pavelski est l'un des meilleurs joueurs de la ligue pour faire dévier des tirs devant le filet adverse. Il a toutefois repoussé les limites dans le premier match de la série de première ronde qui oppose San Jose aux Golden Knights de Vegas.

En première période, alors que la maque était toujours de 0-0 en première période, il s'est positionné devant Marc-André Fleury au moment où Brent Burns a décoché un tir de la pointe.

Ce qu'il faut savoir, c'est que c'est deux joueurs passent beaucoup de temps, seuls tous les deux, à pratiquer ce genre de jeu, où Pavelski fait dévier les puissants tirs de Burns.

La combinaison a fonctionné une fois de plus lundi, alors que Pavelski a marqué en redirigeant le lancer… avec son visage!

Le disque a atteint le capitaine des Sharks au menton avant de terminer sa course derrière Fleury. Pavelski est immédiatement retourné au vestiaire, mais il est revenu au jeu en deuxième période avec un protecteur supplémentaire, quelques points de suture et des dents en moins.

Video: VGK@SJS, #1: Pavelski ouvre la marque en AN

« J'ai entrevu [Burns] décocher son tir, mais je n'ai pas vu la rondelle quitter son bâton », a expliqué Pavelski.

« Ce fut plaisant d'entendre les partisans crier, mais c'était un peu la seule réjouissance que j'avais à ce moment. Je me demandais si je devais aller célébrer le but avec mes coéquipiers ou non. Je savais que j'étais un peu amoché, mais je suis quand même chanceux que ce ne soit pas pire. »

Pavelski a terminé sa soirée de travail avec un but, quatre tirs, deux minutes de punition et une mise en échec en 16:52 de temps de glace.


Réjouissances attendues depuis longtemps au Nassau Coliseum


Lorsque les Islanders de New York ont quitté Long Island pour Brooklyn en 2015, les chances de voir un autre match de séries éliminatoires être disputé au Nassau Coliseum semblaient bien minces.

Bénéficiant de l'avantage de la glace pour la première fois depuis 1988, les Islanders ont fait plaisir aux 13 917 spectateurs réunis dans l'amphithéâtre qui a été le domicile de l'équipe au cours de leurs quatre conquêtes consécutives de la Coupe Stanley dans les années 1980 en l'emportant 4-3 en prolongation contre les Penguins de Pittsburgh.

C'est Josh Bailey, le joueur qui compte le plus d'ancienneté chez les Islanders, qui a mis fin au débat en surtemps. Bailey a été sélectionné en première ronde (huitième au total) par New York en 2008. Il est l'un des neuf joueurs encore avec l'équipe à avoir disputé le dernier match de séries des Islanders au Nassau Coliseum, soit le match no 6 de la première ronde de l'Association de l'Est contre les Capitals de Washington en 2015.

Video: PIT@NYI, #1: Bailey donne la victoire aux Islanders

« Ce fut fantastique, a affirmé Bailey. J'ai déjà vécu ce genre de situation ici auparavant. Il faut trouver un moyen de demeurer en contrôle de ses émotions, mais on en peut s'empêcher d'avoir des frissons avant un match dans cet aréna. C'est vraiment spécial. »

Mathew Barzal, qui disputait le premier match de sa carrière en séries éliminatoires, a aussi été impressionné par l'atmosphère.

« La foule était complètement folle, a souligné Barzal. Nous adorons jouer ici. En tant que jeune joueur qui goûtait aux séries pour la première fois, ce fut assurément excitant. J'ai déjà hâte à vendredi. »


Du pareil au même pour le jeu de puissance des Predators


Le jeu de puissance des Predators de Nashville a fait l'objet de beaucoup de critiques et d'analyses au cours de la saison régulière. S'il ne s'améliore pas rapidement, ces critiques et ces analyses pourraient perdurer tout l'été en raison d'une élimination hâtive contre les Stars de Dallas en première ronde.

L'avantage numérique de Nashville a terminé au dernier rang de la LNH en saison régulière avec un rendement de 12,9 pour cent. Le directeur général David Poile est allé chercher de l'aide sur le marché des transactions en faisant l'acquisition de spécialistes du jeu de puissance en Brian Boyle (sept buts et neuf points en avantage numérique), Mikael Granlund (deux buts et 20 points) et Wayne Simmonds (cinq buts et huit points).

Au cours du match no 1 de la série de premier tour contre Dallas, les champions de la section Centrale ont été blanchis en quatre occasions avec l'avantage d'un homme. Ils n'ont décoché que quatre lancers sur Ben Bishop au cours de ces quatre jeux de puissance.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.