Skip to main content

Seattle possède déjà des racines pour connaître du succès dans la LNH

La base de partisans et l'histoire du hockey dans cette ville devraient permettre à la nouvelle équipe de bénéficier d'un soutien important

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

SEATTLE - La première ville des États-Unis à avoir remporté la Coupe Stanley sera la prochaine à se joindre à la LNH. Le Bureau des gouverneurs a approuvé la demande d'expansion de Seattle mardi.
 

C'est à cet endroit, commémoré par une plaque à l'extérieur d'un édifice à bureaux du centre-ville, que les Metropolitans de Seattle de l'Association de hockey de la côte du Pacifique ont défait les Canadiens de Montréal de l'Association nationale de hockey en 1917, quelques mois avant la fondation de la LNH.

À LIRE AUSSI: Seattle devient la 32e équipe de la LNH | Foire aux questions: Seattle | La mairesse inspirée par une visite de la CoupeExpansion: repêchage d'expansion et réalignement à venir

Et ce sera à cet endroit, dans un KeyArena rénové au pied de la « Space Needle », que la 32e équipe de la LNH va commencer à jouer en 2021-22.

« J'ai hâte de rapatrier la Coupe Stanley à Seattle », a affirmé la mairesse Jenny Durkan.

Et il y a plusieurs raisons de croire que le marché de Seattle sera un succès pour la LNH.

Le Oak View Group, l'entreprise qui dirige les rénovations de l'amphithéâtre, a établi un objectif de 10 000 dépôts pour des abonnements saisonniers, d'un montant entre 500 et 1000 dollars. Il aura fallu 12 minutes aux partisans pour effectuer 10 000 dépôts après l'ouverture du portail en ligne le 1er mars. Au cours des 31 premières heures, 32 000 dépôts ont été versés, même si les ordinateurs ont eu de la difficulté à répondre à la demande. La liste d'attente contient 10 000 noms.

« Je crois que cela démontre que cette ville va assurément soutenir le hockey », a reconnu Chuck Arnold, président des Seahawks de Seattle dans la LNH.

La population de la région métropolitaine de Seattle a atteint 3,5 millions de personnes et ce marché occupe le 13e rang au chapitre des cotes d'écoute à la télévision aux États-Unis. La région est le domicile d'entreprises de pointes et de partisans passionnés qui n'ont pas pu encourager une équipe d'un sport majeur pendant l'hiver depuis 2008, alors que les SuperSonics de Seattle de la NBA ont déménagé à Oklahoma City pour devenir le Thunder.

Les revenus de la LNH ont grimpé à 4,5 milliards annuellement. La ligue pourra miser sur 16 équipes dans l'Association de l'Ouest pour aller avec ses 16 formations dans l'Est. Les Canucks de Vancouver seront leurs rivaux géographiques.

« Je crois qu'il s'agit d'une décision toute naturelle pour nous », a mentionné récemment Jeremy Jacobs, propriétaire des Bruins de Boston et président du Bureau des gouverneurs. « Nous devrions être présents dans cette ville. Lorsque vous y pensez, ça va lier un marché de l'Ouest canadien à un marché de l'ouest des États-Unis. Le bon amphithéâtre et le bon groupe de propriétaires semblent être en place. Je pense vraiment qu'ils vont connaître beaucoup du succès. »

L'homme d'affaires David Bonderman et le producteur d'Hollywood Jerry Bruckheimer sont les meneurs d'un groupe de propriétaires qui comprend des investisseurs locaux importants du domaine du sport et des affaires. Ils vont débourser des frais d'expansion de 650 millions $. Ils rénovent également le KeyArena, sous son toit emblématique, à un coût d'au moins 700 millions $, et ils vont aussi bâtir un complexe d'entraînement de 75 millions $.

« Ce n'est pas pour les cœurs sensibles, a souligné le président et chef de la direction de NHL Seattle, Tod Leiweke. Il s'agit d'un investissement majeur. Il n'y a aucun dollar public dans ce projet. Ça défie certaines des règles et des façons de faire de cette industrie. »

Comme les Golden Knights de Vegas, qui ont pulvérisé les records et atteint la Finale de la Coupe Stanley dès leur saison inaugurale en 2017-18, Seattle profitera de règles plus favorables en vue du repêchage d'expansion par rapport aux équipes d'expansion du passé, et ils vont amorcer leurs activités dans la LNH à l'ère du plafond salarial. L'équipe aura une chance d'être compétitive dès le départ.

Leiweke et son frère, Tim, le président et chef de la direction d'OVG, présentent une feuille de route bien garnie au chapitre de la construction d'amphithéâtres et d'organisations dans des ligues sportives majeures, incluant la LNH. Tod a occupé un poste de dirigeant avec les Canucks, le Wild du Minnesota et le Lightning de Tampa Bay. Tim a également été président et chef de la direction de sociétés mères des Kings de Los Angeles et des Maple Leafs de Toronto.

« Vous avez deux des meilleures personnes de notre domaine, alors ils ne manquent pas de leadership avec cette expérience incroyable, a relevé le président des Golden Knights Kerry Bubolz. Ils savent ce qu'ils font. »

Tod connaît bien ce marché. Il a été le président et chef de la direction des Seahawks entre 2003 et 2010 ainsi que des Sounders de Seattle (Major League Soccer) entre 2007 et 10. Les Seahawks ont présenté leurs 135 derniers matchs à guichets fermés. Les Sounders ont mené la MLS au chapitre de l'assistance à leurs huit premières saisons d'existence après avoir fait son entrée dans la ligue à titre d'équipe d'expansion en 2009.

Tod a quitté son poste de directeur de l'exploitation de la NFL pour relever ce défi. Le hockey a été son premier amour alors qu'il a grandi à St. Louis, encourageant les Blues depuis leur arrivée dans la LNH en 1967 par le biais de l'expansion. Il a joué au hockey mineur de l'âge de 7 à 12 ans et a eu la chance de patiner au vieux St. Louis Arena à une occasion, en plus de continuer de jouer dans une ligue amicale depuis qu'il a quitté l'école secondaire. Il aime également cette ville.

« Je suis venu ici pour des raisons qui dépassent le plan économique, a-t-il assuré. Je suis venu ici parce que je crois que c'est une véritable honte que les Sonics soient partis. La ville mérite mieux. Je pense que le KeyArena peut être la solution, et mon frère a fait de l'excellent travail en plus de démontrer du courage et de la conviction pour visualiser cette solution. J'ai toujours cru aux partisans de cette ville.

« Je crois vraiment que vous bâtissez ces équipes afin de vous engager auprès des bases de partisans et de bâtir des relations solides avec elles, et lorsque vous regardez les équipes qui sont entrées dans l'histoire, elles ont toutes une chose en commun : cette relation unique avec leurs partisans.

« Je l'ai constaté à deux reprises ici, avec les Seahawks et les Sounders, et lorsque je vais aux matchs aujourd'hui, je suis ébahi d'avoir pu faire partie de ces deux organisations. Et je pense que nous pouvons le faire à nouveau. »

L'histoire du hockey à Seattle remonte bien plus loin que les Metropolitans. Du hockey de haut niveau a été disputé dans cette ville presque sans arrêt depuis plus d'un siècle. Une équipe de hockey a utilisé le nom des Seahawks avant que l'équipe de football ne le fasse.

Le premier événement sportif présenté dans l'amphithéâtre où l'équipe de la LNH de Seattle va s'installer a été un match préparatoire entre les Totems de la Ligue professionnelle de hockey de l'Ouest et les Maple Leafs de Toronto le 30 septembre 1964. George Armstrong, Andy Bathgate, Bobby Baun, Johnny Bower, Dave Keon, Frank Mahovlich, Eddie Shack et Terry Sawchuk ont joué sous ce toit.
 
L'équipe nationale de l'Union soviétique y a aussi affronté les Totems le 25 décembre 1972, avec 17 joueurs qui avaient participé à la Série du siècle quelques mois plus tôt, et elle est revenue y jouer le 5 janvier 1974. Les Soviétiques étaient fatigués après une longue tournée et ont reposé leurs quatre meilleurs patineurs, incluant Alexander Yakushev, mais ils avaient confié le départ à Vladislav Tretiak. Ils tiraient de l'arrière 5-2 après deux périodes, ont habillé leurs meilleurs joueurs en vitesse avant la troisième période, mais ont tout de même perdu 8-4. C'était avant le « Miracle sur glace » de 1980.

« Retenez bien ceci : Le lancement de cette équipe sera un succès fabuleux, en raison des gens qui sont impliqués dans ce projet et des ressources que cette ville va mobiliser afin d'y parvenir, et simplement en raison de la fébrilité et de l'enthousiasme que cette organisation va générer », a affirmé Dave Eskenazi, un passionné de sports de la région du nord-ouest du Pacifique et un collecteur d'articles de sports. « Cette ville a déjà été une ville de hockey, et elle le sera à nouveau. »

Seattle mise sur une petite, mais solide, communauté de hockey, avec les Thunderbirds de Seattle et les Silvertips d'Everett qui évoluent dans la Ligue de hockey de l'Ouest, ainsi qu'avec les programmes de hockey mineur. Le nombre de joueurs inscrit dans cette région est passé de 3024 en 2008-09 à 4405 la saison dernière, selon USA Hockey. Il est passé de 1179 à 1744 parmi les joueurs des deux sexes âgés de 18 ans et moins.

NHL Seattle s'est engagé à aider à poursuivre cette croissance. Des représentants ont rencontré les deux équipes juniors ainsi que les associations de hockey mineur de la région pour discuter des mesures à prendre. Le complexe d'entraînement va comprendre trois patinoires qui vont donner aux équipes et aux joueurs plus de chances de jouer. Les entraînements de la LNH seront ouverts au public.

« J'utilise tout le temps un terme avec Tod », a indiqué Dave Tippett, l'ancien joueur et entraîneur de la LNH qui occupe un poste de conseiller avec NHL Seattle. « Je voudrais bâtir une organisation "durable", qui aura la chance de gagner chaque année, et qui sera partie prenante de la communauté. Une organisation qui, à défaut de trouver un meilleur terme, sera comme l'une des six équipes originales.

« Nous n'allons pas obtenir l'une de ces six équipes originales, mais nous pourrons implanter une culture et une présence qui feront dire aux gens que nous avons fait du très bon travail. » 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.