Skip to main content

Ryan Poehling et Joni Ikonen ont impressionné les Canadiens

Les deux premiers attaquants que le Tricolore a choisis au dernier repêchage se sont démarqués au camp de perfectionnement cette semaine

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - Le camp de perfectionnement des Canadiens de Montréal, qui a pris fin mercredi, a raffermi l'opinion des dirigeants selon laquelle les deux premiers attaquants sélectionnés au dernier repêchage vont faire leur place au soleil dans la LNH.

Les joueurs de centre Ryan Poehling, choisi au 25e rang au premier tour à Chicago le 23 juin, et Joni Ikonen, pris au 58e échelon au deuxième tour le lendemain, n'ont pas raté leur chance de créer une bonne première impression à leurs premiers coups de patin au sein de l'organisation.

Ikonen a particulièrement fait sensation en raison de ses belles aptitudes. Le Finlandais, qui mesure 5 pieds 11 pouces et qui pèse 176 livres, est l'émule, le clone presque, de son compatriote Artturi Lehkonen qui vient de connaître une fructueuse première saison dans la LNH.

« Joni a connu un super camp. Il nous a démontré qu'il va être un joueur de hockey », a affirmé Martin Lapointe, qui supervisait son dernier camp de perfectionnement à titre de directeur du développement des joueurs parce qu'il a été promu mercredi directeur du personnel des joueurs. 

« C'est un fier compétiteur qui ne craint pas d'aller vers le filet adverse. Il possède une excellente vision, un bon sens du jeu, fait de belles passes et il peut tirer en patinant à toute vitesse », a-t-il énuméré. « S'il peut suivre les traces d'Artturi… »

C'est ce qu'Ikonen a justement en tête. Le jeune homme a indiqué qu'il va demeurer en Europe afin de parfaire son apprentissage, la saison prochaine. Comme Lehkonen l'avait fait après avoir été un choix de deuxième tour du CH en 2013 -- 55e au total. Lehkonen a évolué pendant deux saisons en Suède, avec l'équipe de Frolunda.

Ikonen, qui a passé la dernière saison à Frolunda, a dit qu'il pourrait soit demeurer en Suède ou évoluer dans la Ligue élite finlandaise, la saison prochaine.

Il écarte la possibilité de joindre les rangs des Bulldogs de Hamilton de la Ligue junior de l'Ontario, qui l'ont repêché dernièrement.

« Je veux jouer contre des adultes et pas uniquement au sein du troisième ou du quatrième trio. Je voudrai jouer un rôle important dans un des principaux trios », a-t-il affiché ses couleurs.

Lapointe a dit trouver que c'est une excellente idée qu'il s'inspire du parcours de Lehkonen.

« Ce serait super bon pour son développement. En Europe, on joue moins de matchs, mais on passe plus de temps à s'entraîner en gymnase.

« Idéalement, j'aurais même souhaité qu'Artturi reste une saison de plus en Europe, a confié Lapointe. Mais il nous a forcé la main au dernier camp d'entraînement. Il a démontré la saison dernière qu'il sera un joueur important pour nous pour les saisons à venir. »

Poehling, une question de temps

L'Américain Poehling a été moins flamboyant sur la patinoire, mais Lapointe n'a pas été moins impressionné.

« C'est un gros bonhomme, intelligent, un bon patineur capable de faire des jeux. Il utilise bien son corps en protection de rondelle. On l'a vu encore aujourd'hui. Il a créé de l'attaque à partir des coins de patinoire.

« De ce que j'ai vu de lui, il va assurément jouer dans la LNH. Ce n'est qu'une question de temps. S'il continue de progresser comme il le fait, nous aurons un beau joueur de hockey. Il m'a grandement impressionné. »

Comme Ikonen, Poehling pourra progresser à son rythme au cours des prochaines saisons dans les rangs universitaires américains. Lui qui a déjà une saison derrière la cravate à St. Cloud, dans la NCHC, il n'a pas caché qu'il souhaiterait tenter sa chance chez les professionnels dans un an ou deux. 

Boucher et Waked

Des Québécois qui avaient reçu une invitation, Lapointe a confirmé que l'attaquant Jordan Boucher obtiendra une invitation afin de participer au camp des recrues. Boucher, âgé de 23 ans, a complété son passage dans les rangs universitaires américains, la saison dernière, avant de disputer neuf matchs (aucun point) au sein de l'équipe-école des Sénateurs d'Ottawa dans la Ligue américaine de hockey (LAH), à Binghamton.

« J'ai été impressionné par Antoine Waked que nous avons mis sous contrat dernièrement », avait commencé par dire Lapointe quand on l'a questionné au sujet des Québécois. « Il est affamé et compétitif à chacune de ses présences sur la glace. J'ai hâte de le voir avec le Rocket de Laval. 

« Nous allons faire de la place aux joueurs québécois à Laval. S'ils sont bons, nous allons les garder. Nous aurons besoin de talent québécois. »

Juulsen et Scherbak

Parmi les espoirs plus expérimentés, le défenseur Noah Juulsen, premier choix de 2015, a éclipsé l'attaquant Nikita Scherbak, premier choix de 2014.

Lapointe a eu de bons mots à l'endroit de Juulsen pour ses qualités de leader.

Pour ce qui est de Scherbak, il a souligné que le jeune Russe doit continuer de gagner en maturité.

« Nous avons invité Nikita au camp parce qu'il a besoin d'encadrement, a expliqué Lapointe. Il a acquis de la maturité depuis que nous l'avons repêché. Il doit en acquérir encore.

« C'est un espoir important pour l'organisation, a-t-il repris. Il a passé les deux dernières saisons dans la Ligue américaine. C'est une grosse ligue pour un jeune. Il faut se montrer patient. Il a fait des progrès la saison dernière. Il possède les aptitudes d'un joueur de la Ligue nationale. C'est à lui de décider quand il fera le saut.

« Nous voulons faciliter son développement. C'est la raison pour laquelle il va passer l'été à Montréal pour s'entraîner, a résumé Lapointe. Nous allons lui donner toutes les ressources nécessaires parce que, comme pour les Michael McCarron et Charles Hudon, nous voulons le voir graduer à Montréal au plus tôt. »

En voir plus