Skip to main content

Ryan Poehling est déjà en mode apprentissage

Le premier choix des Canadiens au dernier repêchage est sous les projecteurs à son premier camp de développement

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

BROSSARD - Les choses vont vite dans la vie de Ryan Poehling.

Moins de 10 jours après avoir été sélectionné au 25e échelon par les Canadiens de Montréal lors du repêchage, le joueur de centre de 18 ans participe à son premier camp de développement dans l'uniforme tricolore.

Et Inutile de dire qu'il est au coeur de nombreuses discussions.

Poehling, qui vient de disputer sa première saison dans la NCAA à St. Cloud State, est le premier joueur de centre que les Canadiens repêchent au premier tour depuis Alex Galchenyuk en 2012. Puisqu'il s'agit d'une position à laquelle les Canadiens manquent de profondeur, les attentes sont grandes à son sujet.

Le natif du Minnesota n'a pas mis de temps à le remarquer.

« C'est définitivement différent. J'ai pu constater que les partisans étaient fous... dans le bon sens du terme et je l'apprécie, a-t-il lancé. J'ai aussi été comme ça. Quand tu grandis au Minnesota, le circuit des écoles secondaires est très populaire. Ce n'est pas normal d'avoir 21 000 personnes dans un aréna pour la finale de l'État.

« J'ai entendu dire que c'était salle comble ici depuis 2004. Le hockey est une tradition, c'est un bon endroit où être repêché. »

À sa première visite à Montréal, Poehling a pris un peu de temps pour découvrir la ville, mais il est déjà en mode apprentissage. Il a rencontré la direction de l'organisation montréalaise pour discuter des objectifs qu'elle veut fixer envers lui. 

L'attaquant de 6 pieds 2 pouces et 189 livres a récolté sept buts et six mentions d'aide en 35 matchs à St. Cloud, mais on s'attend à ce qu'il devienne une menace offensive dans les années à venir. Un recruteur d'une équipe de la LNH confiait il y a quelques jours que Poehling était encore loin d'avoir atteint son plein potentiel.

« Nous n'avons pas établi d'échéancier précis, a-t-il dit en ajoutant qu'il aurait probablement besoin de deux ans pour atteindre la LNH. Je veux me développer complètement comme joueur parce que quand tu es dans la LNH, ce n'est plus une ligue de développement. Tu dois être prêt à jouer.

« Il y a des attentes en tant que choix de première ronde, c'est quelque chose que je dois gérer. Je me suis toujours vu comme un joueur offensif. Je veux produire offensivement dans l'uniforme des Canadiens. »

Maturité

Si Poehling devient éventuellement aussi à l'aise sur la patinoire qu'il l'est déjà devant les médias, les Canadiens auront certainement trouvé un joueur capable de pivoter l'un des deux premiers trios de la formation. Même s'il n'a que 18 ans, le jeune homme affiche une bonne prestance et une assurance impressionnante.

Ce fut aussi le cas au début de la saison quand il s'est présenté à ses nouveaux coéquipiers après avoir choisi de faire une croix sur la possibilité de jouer une autre saison dans le circuit des écoles secondaires pour évoluer à un niveau supérieur.

« Il a surpassé mes attentes dès que je l'ai vu. Je m'attendais à ce qu'il mesure 5 pieds 5 pouces et qu'il pèse 120 livres », a déclaré en riant l'attaquant Robby Jackson, un des trois autres joueurs de St. Cloud State qui participent au camp d'évaluation.

« Je m'attendais à ce qu'il y ait une plus grande période d'adaptation dans son cas. Mais ça lui a pris trois ou quatre matchs. Une fois qu'il a trouvé son rythme, il était aussi bon que les joueurs qui évoluent dans la ligue depuis deux ou trois ans. »

Avec une année d'expérience au compteur et l'expérience d'un premier camp professionnel, Poehling devrait occuper un poste clé au sein de sa formation, l'an prochain.

Certains observateurs ont même avancé qu'il pourrait être un candidat de choix à l'obtention du titre de « Mr. Hockey », remis au meilleur joueur de l'État du Minnesota.

« Oh oui, il sera une menace offensive l'an prochain, a déclaré Jackson sans hésiter. Il a eu un bon nombre de minutes de jeu cette saison, surtout pour un joueur de première année.

« Je suis persuadé que son plafond est incroyablement élevé. Nous allons patienter et le regarder faire ses choses. Nous savons qu'il sera un joueur spécial. »

En voir plus