Skip to main content

Price a du pain sur la planche pour atteindre les 500 victoires

Le gardien vient d'établir un record des Canadiens, mais les statistiques démontrent que rejoindre ce plateau historique pourrait être difficile

par Scott Cullen / Correspondant NHL.com

Maintenant que Carey Price détient le record des Canadiens de Montréal pour les victoires, sa place sur la liste des gardiens les plus victorieux dans l'histoire de la LNH pourrait être la prochaine unité de mesure pour évaluer sa carrière.

Price a obtenu sa 315e victoire dans la LNH en vertu d'un gain de 3-1 contre les Red Wings de Detroit, mardi, dépassant Jacques Plante au premier rang à ce chapitre chez les gardiens de Montréal.

Même s'il a fait bonne figure durant sa carrière, Price n'a pas récolté ses victoires facilement. Depuis qu'il est arrivé dans la LNH à l'âge de 20 ans en 2007-08, il est considéré comme l'un des meilleurs gardiens de la Ligue, mais il n'a pas toujours reçu un soutien exemplaire de la part des Canadiens.

À LIRE AUSSI : Price pas peu fier de son accomplissementUne initiative de Price qui n'est pas passée inaperçue | Claude Julien serre la visShaw ne se défile pas

Les Canadiens ont inscrit en moyenne 2,72 buts par match tout au long de sa carrière, les plaçant au 19e rang parmi les 31 équipes de la LNH au cours de cette période. Cela signifie que Price a reçu un soutien offensif en dessous de la moyenne. C'est quelque chose qui n'est pas typique des autres gardiens élites des Canadiens comme Plante (3,37, premier), Patrick Roy (3,51, neuvième) ou Ken Dryden (4,29, premier).

Avec Price (315-222-67), les Canadiens ont accordé en moyenne 30,7 tirs par rencontre, le 11e plus haut total parmi les 31 formations. Le joueur de 31 ans a de toute évidence élevé le jeu de son équipe avec ses performances.

Combien de matchs remportera Price d'ici à ce qu'il prenne sa retraite? L'une des façons d'établir une projection est de jeter un œil aux 28 gardiens que Price pourchasse sur la liste des portiers les plus victorieux de l'histoire.

Jusqu'à leur saison de 31 ans, ces 28 gardiens ont joué en moyenne 513 matchs et obtenu 250 victoires. Price, qui aura 32 ans au mois d'août, cumule 315 gains en 614 parties, donc il est en avance et il bénéficie du fait que les matchs nuls n'existent plus. La prolongation a été implantée par la LNH lors de la saison 1983-84, et les tirs de barrage, qui ont mis fin aux matchs nuls, ont vu le jour en 2005-06. Les gardiens devant Price affichent en moyenne 84,5 matchs nuls chacun. Price totalise 39 gains en prolongation et 30 victoires en tirs de barrage.

Jusqu'à leur saison de 31 ans, les gardiens qui ont obtenu plus de victoires que Price sont Martin Brodeur (403), Marc-André Fleury (357), Roy (349) et Terry Sawchuk (326).

Le vrai test est ce qui viendra après. Quand un joueur entre dans la trentaine, il y a des signes de ralentissement sur le plan statistique.

Pour un gardien, le pourcentage d'arrêts peut chuter, mais le plus gros défi quand il est question d'accumuler les victoires, est de demeurer suffisamment en santé pour assumer la tâche de partant.

Depuis 2000-01, seulement cinq gardiens - Dwayne Roloson, Curtis Joseph, Dominik Hasek, Ed Belfour et Brodeur - ont connu plusieurs saisons au cours desquelles ils ont joué au moins 50 parties après l'âge de 36 ans.

Peut-être Price peut-il être l'un des rares à réaliser cet exploit. Il écoule la première année d'un contrat de huit ans, qui le mènera à l'âge de 38 ans. C'est donc une période de temps raisonnable à utiliser pour évaluer son total potentiel de victoires. Chaque victoire après l'âge de 38 ans doit être considérée comme un bonus dans cette projection.

Les Canadiens ont 11 matchs à jouer avant la fin de la saison régulière 2018-19. Si Price peut gagner cinq de ces parties, il totalisera 320 gains.

Les 28 gardiens les plus victorieux de l'histoire avaient obtenu 63% de leurs victoires dans la LNH avant l'âge de 31 ans. Si 320 gains représentent 63% du total de gains de Price, il remporterait alors 188 autres rencontres, ce qui lui conférerait un total de 508 victoires. Cela le placerait alors possiblement au troisième rang de tous les temps derrière Brodeur (691) et Roy (551).

Mais est-ce que le total projeté de victoires de Price doit être ajusté en fonction de plusieurs facteurs?

Au cours des récentes saisons, les statistiques ont démontré que les gardiens ont tendance à moins bien jouer lors de séquences de deux matchs en deux jours. Ainsi, les équipes ont changé de philosophie et ont maintenant tendance à donner un match à chacun de leurs gardiens dans un tel scénario.

Price a joué 56 des 71 matchs cette saison, en route vers un total de 65 parties. Ce serait son plus haut total depuis 2014-15, quand il avait disputé 66 rencontres avant de remporter les trophées Hart, remis au joueur le plus utile à son équipe, et Vézina, remis au meilleur gardien.

La tendance veut que moins de gardiens disputent au moins 65 matchs dans une saison. De 2000-01 à 2011-12, 8,9 gardiens en moyenne par saison ont joué au moins 65 rencontres. De 2013-14 à 2017-18, ç'a diminué à 4,6 par saison. Cette saison, Price est l'un de trois portiers à avoir joué au moins 55 rencontres, derrière Fleury des Golden Knights de Vegas et Devan Dubnyk du Wild du Minnesota, chacun avec 59.

La tendance est claire, donc il est raisonnable de penser que Price ne continuera pas à jouer autant de matchs plus il progressera dans la trentaine.

Si Price atteint le plateau des 320 victoires cette saison et qu'il obtient en moyenne 25 gains par saison pendant sept autres années, cela lui conférera un total de 495 gains. En bonne santé et avec un peu de chance, le plateau des 500 victoires est une possibilité et il s'agit d'un seuil élite pour n'importe quel gardien de la LNH, car il est difficile de soutenir un tel niveau d'excellence sur une longue période de temps.

Video: MTL@NYI : Price se dresse contre Toews et Lee en 2e

Brodeur et Roy sont les gardiens qui ont franchi ce plateau, et peu de gardiens parmi les confrères de Price ont une chance légitime de les rejoindre.

Roberto Luongo des Panthers de la Floride a 485 victoires. Le joueur de 39 ans aurait une chance d'atteindre le plateau des 500 victoires la saison prochaine, et doit encore écouler trois années à son contrat.

Henrik Lundqvist des Rangers de New York est à 449 et pourrait atteindre le prestigieux plateau s'il demeure en santé. Le joueur de 37 ans doit encore écouler deux saisons à son entente et évolue derrière une équipe en reconstruction. Il totalise 18 gains en 47 parties cette saison et est en route vers son plus bas total de victoires en une saison complète au cours de sa carrière de 14 ans (26 gains la saison dernière).

Fleury semble être un choix sûr pour atteindre les 500 victoires. Le joueur de 34 ans mène la LNH au chapitre des victoires cette saison (35). Fleury totalise 439 gains dans la LNH et aurait besoin d'obtenir en moyenne 16 victoires par saison lors de chacune des quatre prochaines années pour franchir le plateau.

Price peut-il se rendre là? En santé et avec un peu de chance, c'est possible. Mais il terminera probablement sa carrière en compétitionnant avec les Luongo, Lundqvist et Belfour pour se faire une place parmi le top-5.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.