william nylander badge lepage

BOSTON – Les Maple Leafs croyaient bien pouvoir éviter toute distraction quand ils ont indiqué, par l’entremise de l’entraîneur Sheldon Keefe vendredi, qu’il n’y aurait aucune mise à jour sur l’état de santé de William Nylander au cours de cette série face aux Bruins.

Mais plus les jours passent et plus les questions s’accumulent. Surtout après cette défaite de 5-1 dans le premier match, samedi. Un match au cours duquel l’aide de Nylander aurait été la bienvenue.

L’attaquant suédois a-t-il patiné depuis l’arrivée de l’équipe à Boston?

« Pas de mise à jour sur Nylander », a répondu Keefe, dimanche, dans un hôtel du centre-ville.

Et comment se sent-il de ne pas pouvoir aider l’équipe en séries?

« Pas de mise à jour sur Nylander », a rétorqué le pilote.

Au même moment, à quelques kilomètres de là et alors qu’à peu près tous les journalistes et les caméras étaient à l’hôtel pour les points de presse, l’attaquant prenait part à un entraînement optionnel avec les joueurs retranchés. Le collègue Chris Johnston de Sportsnet était sur place pour l’épier.

Nous voici quand même au même point. Le deuxième meilleur pointeur de l’équipe en saison régulière représente encore un cas douteux en vue du deuxième match de la série, lundi, au TD Garden de Boston.

Cette séance d’entraînement vient au moins mettre un frein aux rumeurs voulant qu’il soit rentré dans la ville reine pour y subir des évaluations ou des traitements. On ignore toujours ce qui afflige la vedette offensive puisque les Leafs n’ont divulgué aucune information à ce sujet. Le brouillard est à ce point épais. 

Malgré l’apparent inconfort des joueurs lorsqu’ils sont questionnés au sujet de leur coéquipier, il a été permis d’obtenir un petit indice sur l’état d’esprit de Nylander dans une réponse du défenseur Jake McCabe.

« Il semblait être de bonne humeur ce matin », a-t-il lancé avant de réaliser qu’il venait d’en dévoiler un peu trop. « Je ne donnerai pas plus de détails. »

Nylander a disputé tous les matchs des Leafs au cours de deux dernières saisons. Il n’est donc pas habitué à ce genre de manège. Inutile de dire que son retour au jeu serait grandement apprécié dans le camp torontois – on parle d’un marqueur de 40 buts et 98 points.

« Je suis certain qu’il est déçu, a ajouté l’attaquant Ryan Reaves. C’est une situation difficile, que tu sois une vedette ou un joueur de profondeur. Quand tu disputes tous les matchs d’une saison, tu veux être là pour le début des séries. C’est le meilleur temps de l’année.

« Il doit ronger son frein et faire tout ce qui est possible pour pouvoir enfiler l’uniforme. »

Quel chant fantastique!

Les Maple Leafs se retrouvent en terrain connu après ce revers en lever de rideau. Sous le règne de Keefe, ils ont perdu le premier match de cinq des six séries qu’ils ont disputées. Ils tiraient de l’arrière 1-0 dans leur série face au Lightning de Tampa Bay, l’an dernier, avant de l’emporter en six matchs.

« Nous avons un peu la philosophie "Hakuna Matata", a lancé Reaves en faisant référence au Roi Lion. On ne peut pas trop se soucier de ce qui s’est produit dans le passé. Nous devons regarder devant et je suis convaincu que c’est ce que ce groupe va faire. »

La formation torontoise fait bien d’appliquer la philosophie « sans aucun souci » de Timon, le suricate, et de Pumbaa, le phacochère, puisqu’ils ont maintenant perdu leurs huit derniers duels face aux Bruins.

« Je ne pense pas que ça nous affecte, a assuré McCabe. Je n’étais pas au courant de cette statistique, alors ça n’occupe pas du tout mon esprit. »

La tasse de café, le balado de LNH.com

Séries éliminatoires : Le carré d'as est connu