Skip to main content

Les Sharks ont bon espoir de pouvoir balayer les Ducks

San Jose a appris de son échec de 2014 contre les Kings, alors que l'équipe était dans la même situation

par Eric Gilmore / Correspondant NHL.com

SAN JOSE - Les Sharks de San Jose mènent la série de première ronde de l'Association de l'Ouest contre les Ducks d'Anaheim 3-0, une situation qu'ils connaissent bien.

La dernière fois que les Sharks ont mené 3-0 en séries éliminatoires de la Coupe Stanley, c'était en 2014 contre les Kings de Los Angeles, alors qu'ils s'étaient finalement inclinés en sept parties dans la série de premier tour.

San Jose espère en finir avec la série au meilleur de sept matchs lors du match no 4 au SAP Center, mercredi (22 h 30 HE, GOLF, SN1, TVAS2, NBCSCA, PRIME), et le capitaine Joe Pavelski a affirmé que l'équipe avait appris à la dure lors du revers contre Los Angeles.

« Nous savons à quel point nous avons travaillé dans ces trois premiers matchs et nous connaissons notre niveau d'engagement », a déclaré Pavelski après l'entraînement de mardi. « Nous ne pouvons pas faire un pas en arrière et c'est la plus grande leçon que tu peux apprendre en séries. Le niveau d'engagement et tous les sacrifices que tu dois faire. Gagne ou perds, tu dois être engagé pour te donner une chance de gagner. »

Pavelski est l'un des sept joueurs de l'alignement actuel des Sharks qui faisait partie de l'équipe en 2014, en compagnie des attaquants Logan Couture, Tomas Hertl et Joe Thornton (blessé au genou) et des défenseurs Justin Braun, Brent Burns et Marc-Edouard Vlasic.

Les Sharks avaient battu les Kings 6-3 dans le match no 1 et 7-2 dans le match no 2 au SAP Center en 2014. Ils avaient remporté le match no 3 4-3 en prolongation au Staples Center. Les Kings avaient remporté les quatre matchs suivants en dominant 18-5 au chapitre des buts.

« La leçon, c'est que tu dois clouer le cercueil des équipes, a affirmé Braun. Je pense qu'avec tous les changements, plusieurs gars n'étaient pas là ou ils l'ont oublié. Ils n'y pensent pas, donc ils vont se contenter de jouer. Nous avons le sentiment que nous pouvons réussir, mais la dernière victoire est toujours la plus difficile à obtenir. »

Douze Sharks en uniforme pour les trois premiers matchs contre les Ducks n'ont pas participé à cette série. Ça inclut les attaquants Evander Kane, Joonas Donskoi, Mikkel Boedker, Timo Meier, Chris Tierney, Kevin Labanc, Marcus Sorensen, Eric Fehr et Melker Karlsson. Ils ont récolté un total combiné de huit filets et 21 points contre Anaheim.

Le gardien Martin Jones, qui montre une fiche de 3-0 avec une moyenne de 1,00 et un pourcentage d'arrêts de ,970, n'était pas avec les Sharks en 2014. Tout comme les défenseurs Brenden Dillon, Dylan DeMelo et Paul Martin.

« C'est une équipe avec un visage différent ici, a dit Couture. Notre objectif est d'essayer d'en gagner une à la maison, de remporter le quatrième match, ce qui est difficile. »

L'entraîneur Peter DeBoer est débarqué à San Jose deux saisons après l'effondrement contre les Kings. Il ne croit pas avoir besoin d'exorciser les démons à la suite de cette défaite et il n'est pas inquiet que les Sharks affichent un excès de confiance.

« Je pense que nous avons dû travailler pour tout ce que nous avons réalisé et rien ne nous a été donné facilement. Quand tu fais ça pendant 82 matchs, tu réalises quelle est ton identité, a dit DeBoer. Nous savons que nous avons payé le prix quand nous ne nous sommes pas présentés ou que nos quatre trios n'ont pas joué un bon match. »

DeBoer a gardé tous ses joueurs réguliers, incluant Burns, à l'extérieur de la glace mardi. Burns a raté les 10 dernières minutes du gain de 8-1 dans le match no 3, mais lorsqu'on a demandé à DeBoer s'il était blessé, l'entraîneur a affirmé qu'il était correct.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.