Skip to main content

Les Predators ont profité de leur départ canon pour se qualifier

La qualité des gardiens et la constance d'Arvidsson font partie des raisons qui expliquent pourquoi Nashville sera des séries dans l'Ouest

par Robby Stanley / Correspondant NHL.com

Les Predators de Nashville participeront aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley pour une cinquième saison de suite.

À LIRE AUSSI: Boucher : Mark Giordano, le plus utile aux FlamesCourse aux séries: Les Predators obtiennent leur qualification

Les Predators, qui se sont qualifiés pour le tournoi printanier grâce à leur victoire de 1-0 face au Wild du Minnesota lundi, occupent la deuxième place dans la section Centrale avec 92 points en 77 matchs. Ils ont toujours la chance de remporter le titre de leur section pour une deuxième saison consécutive, et ils tenteront d'atteindre la Finale de la Coupe Stanley pour une deuxième fois en trois saisons.

Voici cinq raisons qui expliquent pourquoi les Predators ont décroché leur place en séries:

1. Départ canon

Les Predators ont entamé la saison avec une fiche de 13-3-0 et se trouvaient au premier rang de l'Association de l'Ouest après 16 matchs. Ce départ canon a permis aux Predators de demeurer près du sommet de la section Centrale pendant toute la saison.

Nashville a compilé une fiche de 30-24-6 par la suite.

« Les matchs que nous avons perdus étaient très serrés », a commenté l'entraîneur des Predators Peter Laviolette. « Les matchs que nous avons gagnés étaient très serrés. La frontière est très mince entre la victoire et la défaite. Il faut être plus constant dans ton jeu que l'autre équipe. Et je crois que nous avons bien fait à cet égard. »

2. La production constante d'Arvidsson

Malgré le fait qu'il a dû rater 23 matchs en raison d'une fracture à un pouce, l'attaquant Viktor Arvidsson a probablement été le joueur le plus constant cette saison pour les Predators.

Video: NSH@SJS: Arvidsson redirige un tir derrière Jones

Arvidsson a obtenu 31 buts en 53 rencontres et il occupe le troisième rang dans la LNH avec 0,58 but par match, derrière Alex Ovechkin des Capitals de Washington (0,64) et John Tavares des Maple Leafs de Toronto (0,59). Arvidsson a une chance de battre le record des Predators pour le plus grand nombre de buts en une saison (33), établi par Jason Arnott (2008-09) et Filip Forsberg (2015-16).

Arvidsson a passé la majorité de la saison au sein d'un trio complété par Forsberg et Ryan Johansen. Ce trio rassemble trois des quatre meilleurs pointeurs de l'équipe.

3. Qualité devant le filet

Nashville compte deux très bons gardiens qui lui permettent d'éviter une baisse de régime lorsque le numéro deux est d'office.

Le gardien Pekka Rinne a une fiche de 26-19-4 avec une moyenne de buts alloués de 2,48 et un pourcentage d'arrêts de ,915 en 52 rencontres. Son réserviste Juuse Saros a une fiche de 17-9-2 avec une moyenne de 2,53 et un taux d'efficacité de ,918 en 30 parties.

Video: NSH@MIN: Saros dit non à Eriksson Ek et Aberg

Rinne est en train de disputer le moins de matchs dans une saison dans la LNH depuis qu'il en a disputé 24 pendant la saison 2013-14. Les Predators espèrent que le repos l'aidera à demeurer en bonne forme et au sommet de son art pendant les séries.

4. Gérer des blessures

Les Predators ont dû gérer l'absence de plusieurs joueurs importants en raison de graves blessures. Arvidsson a raté 23 matchs, Forsberg en a raté 18, l'attaquant Kyle Turris en a raté 25 en raison de deux blessures différentes et le défenseur P.K. Subban en a raté 19.

« C'est frustrant, a avoué Turris. Avant cette saison, je n'avais subi qu'une seule autre blessure qui m'a forcé à rater des matchs, et pas autant de matchs que cette saison-ci. Alors c'est frustrant, surtout de revenir d'une blessure et de disputer six ou sept matchs avant de me blesser à nouveau. »

Malgré ces blessures, les Predators ont conservé une place donnant accès aux séries pendant toute la saison et ils espèrent que leur capacité à gérer des blessures aura renforcé la profondeur de l'équipe.

5. Bon rendement à forces égales

Les Predators ont profité d'un solide rendement à 5-contre-5 cette saison afin d'accéder aux séries cette saison, parce qu'ils ont parfois connu des difficultés en avantage numérique.

Ils possèdent le deuxième pire jeu de puissance dans la LNH (12,7 pour cent), devançant seulement les Canadiens de Montréal (12,6), et ils ont eu du mal à marquer avec constance sur l'attaque à cinq.

Le directeur général des Predators David Poile a fait l'acquisition des attaquants Brian Boyle, Wayne Simmonds et Mikael Granlund avant la date limite des transactions de la LNH le 25 février, et il croit que les nouvelles acquisitions aideront l'équipe à retrouver sa touche.

« Nous avons ajouté de nouveaux joueurs par le biais de ces transactions, et ça semble fonctionner, a dit Arvidsson. Nous tentons de forger de bons liens et de créer de bonnes unités. »

Les Predators espèrent que leur bon rendement à forces égales les aidera à connaître un autre long parcours en séries.

« Il y a du potentiel, a dit Boyle. Nous aurons la même chance que 15 autres équipes. Nous avons confiance en nous-mêmes. Il faudra le meilleur effort de tout le monde pour que nous continuions à bien jouer à l'aube des séries. »
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.