Skip to main content

Marc Bergevin a tenu sa parole

En accueillant Suzuki et Fleury, le directeur général a fait de la place aux jeunes qui lui ont forcé la main

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

BROSSARD - Marc Bergevin l'a répété maintes et maintes fois depuis le premier jour de la saison 2019-20: aux jeunes de lui forcer la main pour demeurer avec les Canadiens.
 

C'est exactement ce qu'ont fait l'attaquant Nick Suzuki et le défenseur Cale Fleury en connaissant un camp d'entraînement pratiquement sans faille et le directeur général a respecté sa promesse. Les deux jeunes hommes de 20 ans risquent fort bien d'être la formation face aux Hurricanes de la Caroline, jeudi (19 h (HE); RDS, TSN2). 

« Quand je rencontre les gars avant le camp, je leur dis qu'ils vont décider qui va faire l'équipe, a-t-il expliqué. Il n'y a pas 23 postes, mais il y en a quelques-uns. C'est à eux de saisir leur chance. Si je le dis, mais que je ne le fais pas, ça ne fonctionne pas.

« (Brendan) Gallagher l'a dit l'autre jour: Marc va toujours être prêt à donner la chance aux jeunes. C'est ce que j'ai fait et j'espère qu'ils vont en profiter. »

Il ne faut quand même pas être surpris. C'est la quatrième année de suite que le directeur général ouvre la porte du vestiaire à de vertes recrues pour amorcer la saison. Mikhail Sergachev avait eu cette chance en 2016 avant que Victor Mete et Jesperi Kotkaniemi ne se succèdent au cours des deux dernières années.

Avec les arrivées de Suzuki et de Fleury cette saison, on a bien l'impression que la « mise à jour » amorcée il y a deux ans commence à prendre tout son sens. Surtout si l'on inclut dans l'équation l'attaquant Ryan Poehling, retranché en matinée, qui devrait en principe être de retour à Montréal plus tôt que tard.

À LIRE AUSSI: Juste une question de temps pour Ryan Poehling

« J'avais vu Victor et Jesperi gagner des postes à un jeune âge, a commenté Suzuki à propos de l'approche de Bergevin. Marc et les entraîneurs veulent les meilleurs joueurs. En tant que jeune joueur, c'est exactement ce que tu recherches. Ils n'ont pas peur de faire confiance à des gars de 19 ou 20 ans. »

La personne la plus agréablement surprise dans toute cette histoire est probablement Bergevin lui-même. Pas qu'il n'était pas conscient du talent des jeunes qu'il a sous la main, mais les nombreux contrats qu'il a accordés cet été témoignent du fait qu'il ne s'attendait pas à ce qu'ils soient prêts à graduer aussi rapidement.

« Je suis surpris d'une certaine manière, mais je ne suis pas tombé en bas de ma chaise, a-t-il fait valoir. Je croyais que Nick avait une chance en raison de sa deuxième moitié de saison et de ses séries l'an dernier, mais je n'étais pas certain non plus.

« Il a été ici pour un bref moment l'an dernier et il avait été échangé le jour du tournoi de golf. Il était un peu sous le choc. Je ne crois pas qu'il était lui-même au camp. Mais avec sa performance en séries et à la Coupe Memorial, je gardais l'esprit ouvert. Quant à Cale, ses chances étaient plus minces. »

Video: OTT@MTL: Suzuki donne la victoire aux Canadiens

Rien n'est gagné

Suzuki et Fleury affichaient tous les deux un large sourire au terme de l'entraînement, mardi, et cachaient mal leur hâte de lâcher un coup de fil à leurs proches à leur sortie de l'aréna. Ils ont appris qu'ils demeuraient avec l'équipe à quelques minutes du début de la séance d'entraînement. 

« C'est tout un choc pour moi et je suis très heureux, a commenté Fleury. […] C'est plaisant d'entendre Marc dire que j'ai mérité ma place ici et que ce n'est pas à cause d'une blessure ou d'autre chose. C'est spécial de l'entendre et ça me rend fier. Mais en même temps, je sais que mon travail ne fait que commencer. »

À 20 ans, et puisqu'ils ne sont pas obligés de passer par le ballottage, ils sont plus susceptibles de faire l'objet d'un renvoi dans la Ligue américaine s'ils ne livrent pas la marchandise. Bergevin les a prévenus : le niveau de jeu grimpera encore d'un cran et ils devront faire de même avec le leur rapidement.

« Ils vont vivre ça toute leur carrière, il n'y a vraiment rien d'acquis, a commenté l'attaquant Phillip Danault. Le plus dur est à venir, mais aussi le plus plaisant. Ils doivent seulement garder la même attitude et travailler fort dans les entraînements. 

« Nous avons une bonne culture ici et les jeunes ont l'air d'embarquer. Ils n'ont qu'à se coller à ça et ça va bien aller. »
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.