Skip to main content

Les erreurs mentales ont coulé les Maple Leafs

Les Torontois disputaient un deuxième match en autant de soirs et les Canadiens ont su en profiter en troisième période

par Nicolas Ducharme @NicolasDucharme / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - On gagne rarement des matchs de hockey en accumulant les erreurs.

C'est ce qui s'est passé pour les Maple Leafs de Toronto samedi soir au Centre Bell contre les Canadiens de Montréal. Après avoir connu un premier engagement difficile, les choses semblaient en voie de se replacer lorsque les Torontois ont créé l'égalité en deuxième période. Il n'aura fallu qu'une erreur de Jake Muzzin dès le début du troisième tiers - lorsqu'il a perdu le contrôle de rondelle à la mise au jeu - pour permettre à Joel Armia de s'échapper et marquer. Les Canadiens n'ont plus jamais regardé vers l'arrière.

À LIRE AUSSI : Le Tricolore se paie encore les LeafsTour d'horizon des matchs du 26 octobre
 
Ce but est à l'image de la soirée des Maple Leafs. Les cinq filets qu'ils ont accordés ont été la résultante d'une erreur défensive. Sur le premier but du CH, Brendan Gallagher a pu foncer au filet sans jamais être inquiété par la défensive. Sur le deuxième, Jonathan Drouin a été oublié au centre et la passe de Joel Armia lui a permis de s'échapper pour battre Michael Hutchinson, qui devra attendre avant de savourer sa première victoire de l'année en quatre départs.
 
Puis, en troisième période, Tyson Barrie n'a pas été en mesure de contrôler le disque à la ligne bleue, et Drouin a marqué son deuxième du match en échappée. Nick Suzuki a conclu la soirée pour les Canadiens en milieu d'engagement lorsqu'il a marqué sur un deux-contre-un qui a été possible puisque Kasperi Kapanen a causé un revirement à la ligne bleue offensive.
 
« Tu ne peux pas te mettre à donner des échappées et des deux-contre-un dans un match aussi serré, a souligné l'attaquant Auston Matthews après la rencontre. Ils ont réussi à profiter de chaque chance qui leur était offerte. Tu dois trouver le moyen de ne pas leur offrir de telles chances qui font que la marque est de 4-2 alors qu'elle aurait pu être 3-2 ou même 2-2. »
 
Comment expliquer un tel relâchement de la part des Maple Leafs, une équipe qui est en droit de viser la Coupe Stanley cette saison? Pour la quatrième fois depuis le début du calendrier, les Torontois disputaient un deuxième match en autant de soirs. Vendredi, ils ont offert une de leurs meilleures performances dans un gain de 4-1 face aux Sharks de San Jose. Mais pour la quatrième fois de la saison, le match du lendemain s'est terminé en revers.

Video: TOR@MTL: Armia marque en A.N. tôt en 3e période
 
L'entraîneur-chef Mike Babcock n'a pas tenté d'utiliser le calendrier comme excuse, mais il est bien conscient que la tâche s'annonçait plus difficile pour les Maple Leafs que pour les Canadiens, qui n'ont pas eu à voyager la nuit dernière.
 
« Par chance, si on devait avoir quatre matchs (dans le même mois), aussi bien que ce soit en octobre, a-t-il souligné. Nous étions vraiment plus compétitifs en deuxième période, puis nous leur avons donné trois buts en troisième période. Nous avons fait des erreurs, et les trois buts, ce sont des cadeaux. C'est dommage parce qu'on était revenus de l'arrière. »
 
Dans le vestiaire adverse, Claude Julien avait mis en garde ses joueurs de ne pas tomber dans le panneau en s'attendant à voir un adversaire sans énergie se pointer au Centre Bell.
 
« Je leur avais dit que même si c'était un deux en deux, le voyage (d'avion des Maple Leafs) n'était pas long et qu'ils n'avaient pas à traverser les douanes, a-t-il rappelé. Je ne pense pas qu'ils se sont couchés super tard. Je leur avais dit que c'était possible que ce soit un match serré et que ça se pouvait qu'on se retrouve après deux périodes avec une marque de 2-2… Je m'en voulais un peu! Mais je leur ai dit que si on jouait de la bonne façon en troisième période, que notre échec-avant est là et qu'on finit nos mises en échec, on avait la chance que le match se finisse de la bonne façon. »
 
La soirée a été particulièrement difficile pour le duo de Barrie et Muzzin, qui terminent chacun avec un différentiel de moins-2. Hutchinson a conclu la rencontre avec 33 arrêts, dont 17 au premier engagement.
 
« Comme gardien, tu veux être en mesure de réaliser les gros arrêts lorsque c'est le temps et ce n'est pas ce que j'ai réussi à faire en troisième période, a avoué Hutchinson. Lorsque nous avons commis des revirements ou lorsqu'ils utilisaient leurs bâtons pour couper les passes, ils contre-attaquaient avec beaucoup de vitesse. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.