Skip to main content

Le jeu de puissance sonne la charge pour les Bruins

Boston reprend les devants en Finale en défaisant St. Louis 7-2 grâce à quatre buts en avantage numérique

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

ST. LOUIS - Patrice Bergeron n'est pas si amoché que ça finalement. Le vétéran joueur de centre a sonné la charge à l'attaque, avec un but et deux passes, et les Bruins de Boston ont bafoué les Blues de St. Louis 7-2 au Enterprise Center, samedi.

Les Bruins ont donc repris l'avance dans la série, 2-1. Le match no 4 aura lieu à St. Louis, lundi (20h HE; TVAS, CBC, NBCSN, SN).

À LIRE : Bergeron était bel et bien « prêt »Binnington absout de tout blâme

Bergeron a récolté ses trois points en supériorité numérique, les Bruins n'ont pas gaspillé de cartouches en faisant mouche à leurs quatre occasions. Charlie Coyle, Sean Kuraly, David Pastrnak, Torey Krug et Noel Acciari ont été leurs autres buteurs. Krug a ajouté trois passes.

Les Bruins ont égalé un record d'équipe en séries, en obtenant au moins un but en supériorité dans un septième match de suite.

« Nous connaissons l'excellence du jeu de puissance des Bruins, a commenté l'entraîneur des Blues Craig Berube. Nous flirtons avec le danger depuis le début de la Finale, et nous nous sommes fait mal ce soir. Cela dit, nous aurions dû faire du meilleur travail en infériorité numérique parce que c'est la raison pour laquelle les Bruins ont gagné. »

Ivan Barbashev et Colton Parayko ont été les contributeurs des Blues.

Video: Les Bruins rossent les Blues dans le match no 3

Devant les buts, le gardien recrue Jordan Binnington a connu une première en carrière dans la LNH, en étant retiré d'un match. Binnington a cédé les cinq filets aux Bruins sur 19 tirs en 32:12 minutes. Jake Allen n'a eu à faire face qu'à quatre tirs en relève. À l'autre extrémité de la patinoire, Tuukka Rask a maîtrisé 27 lancers.

Le gardien finlandais a dit que ses coéquipiers et lui ont voulu jouer les trouble-fêtes à St. Louis.

« Nous nous sommes concentrés sur notre jeu et ce que nous voulions accomplir, peu importe l'endroit où nous jouions. Nous étions insatisfaits de notre rendement dans le match no 2. Nous voulions connaître un bon départ et être meilleurs, ce que nous avons fait. »

Backes, cul par-dessus tête

Les Blues avaient amorcé leur premier match de la Finale en 49 ans à St. Louis sur une note prometteuse. Samuel Blais a été à la tête du comité d'accueil de l'attaquant David Backes, ancien des Blues pendant 10 ans, en le projetant cul par-dessus tête.

Sur la même séquence, les Bruins ont été pénalisés et les Blues ont pu déployer un jeu de puissance. Même s'ils n'ont pas marqué, ils ont imposé leur style au cours des minutes suivantes.

Video: BOS@STL, #3: Mise en échec sévère de Blais sur Backes

Les Bruins ont retrouvé de bonnes sensations dès qu'ils ont mis Binnington à l'épreuve, au bout d'environ six minutes de jeu. Ils se sont mis en marche dès leur première chance en supériorité numérique. David Perron a été puni à 10:26 et Bergeron a marqué 21 secondes de jeu après grâce à une belle déviation du tir de Krug devant le filet. 

« Ce but en avantage numérique leur a donné du rythme, a commenté Berube. Nous avons eu des problèmes à faire sortir la rondelle de notre zone pendant un bout de temps, ce qui nous a occasionné des problèmes. »

Coyle a doublé l'avance des visiteurs à 17:40 en concrétisant la belle passe de Johansson, au terme d'une relance rapide du fond de la zone des Bruins.

Kuraly a porté un dur coup au moral des Blues avant la fin de l'engagement en surprenant Binnington à l'aide d'un tir décoché vivement, à 10 secondes de la fin.

Les Blues ont utilisé la contestation à leur disponibilité, faisant valoir qu'il y avait eu un hors-jeu à la ligne bleue. La révision vidéo ne leur a pas donné raison. Ils ont donc écopé d'une pénalité mineure et Pastrnak a porté le score à 4-0 à la 41e seconde au deuxième tiers.

« J'estimais nos chances de faire infirmer la décision à 50 pour cent, a mentionné Berube. Nous nous disions que ça ferait une grande différence de commencer la deuxième période en recul de deux buts au lieu de trois. »

Barbashev a inscrit les hôtes au score à 11:05, mais Krug a fait 5-1 en attaque massive à 12:12.

Les Bruins se sont alors repliés en défense en cédant peu d'espace à leurs rivaux qui ont quelque peu joué la carte de l'intimidation.

En troisième, Parayko a été crédité d'un but en supériorité à 5:24, mais ça s'est arrêté là pour St. Louis.  

Pour la postérité, Acciari (dans un filet abandonné) et Johansson (en supériorité) ont complété le score.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.