Skip to main content

Marcotte : Daniel Jacob doit recevoir sa part de mérite

L'entraîneur adjoint est responsable de la brigade défensive, qui pointe au neuvième rang de la LAH avec 130 buts alloués

par Anthony Marcotte @anthonymarcotte / Chroniqueur LNH.com

Tous les mardis, notre chroniqueur Anthony Marcotte revient sur la dernière semaine du Rocket de Laval, ainsi que sur l'actualité de la Ligue américaine de hockey. Il permettra aux partisans de suivre assidûment ce qui se passe dans l'antichambre de la meilleure ligue de hockey au monde.

On a tendance à oublier que le Rocket de Laval n'est pas seulement le spectacle Joël Bouchard. Un groupe d'adjoints chevronnés l'accompagne dans la gestion des effectifs au quotidien dans une Ligue américaine où la parité est omniprésente.

La personnalité et la fougue de l'entraîneur-chef attirent les regards des médias, c'est normal. Pendant ce temps, dans l'ombre, on retrouve Daniel Jacob, son principal adjoint qui a la responsabilité des défenseurs de l'équipe. Une défensive qui vient à égalité au neuvième rang du circuit pour le nombre de buts accordés avec 130. Nul doute que le rendement de la défensive de l'équipe est grandement responsable de ses succès au cours des deux derniers mois.

Pour Jacob, il s'agit aussi d'une année d'adaptation comme entraîneur chez les professionnels après plusieurs années dans la LHJMQ aux côtés de Bouchard chez l'Armada de Blainville-Boisbriand. La Ligue américaine demeure un circuit particulier, où les changements de personnel sont très nombreux et où le statut des joueurs change d'une journée à l'autre. Récemment, avec Karl Alzner dans la formation, la défensive lavalloise comptait sur plus de 1600 matchs d'expérience de la LNH. Pour Jacob, il s'agit d'aborder les choses avec humilité tout en ayant confiance en ses moyens.

« Il y a une seule façon de voir les choses et c'est de rester soi-même. Je crois en ce que je peux apporter. C'est de montrer de la compassion envers l'athlète, on comprend sa situation. Tout est une question de préparation. Il faut présenter les choses au joueur et trouver une solution ensemble. Que tu comptes 600 rencontres (dans la LNH), une centaine, ou pas une seule… Quand ça a du sens, c'est beaucoup plus facile à acheter. »

Le Rocket continue de bagarrer férocement pour une place en séries. Il n'y a jamais de match facile lorsqu'on affronte les Lavallois. C'est une marque de commerce qui a longtemps collé à la peau de l'Armada. Le duo Bouchard-Jacob a visiblement réussi à inculquer cette philosophie chez les professionnels.

« On ne voulait pas changer une recette gagnante, estime Jacob. C'est la culture qu'on voulait établir ici. Au-delà de l'effort, c'est de bien travailler aussi. C'est bien de fournir l'effort à tous les matchs, ce l'est encore plus quand c'est bien fait. Les gars l'ont acheté. Ça n'a pas toujours été facile, on s'est tous posé des questions (en début de saison). Les gars ont le souci du détail et on est dans les matchs tout le temps. On n'a jamais de matchs faciles, mais c'est bon pour le bagage. C'est de bon augure pour la suite. »

À LIRE AUSSI : Marcotte : Le général Xavier OuelletMarcotte: Jimmy Oligny, ou le défi de conjuguer famille et hockeyMarcotte: LaCouvee et une bande de recrues impressionnent à Laval

Le sympathique entraîneur natif de Saint-Jean-sur-Richelieu ne souhaite pas nommer ses belles surprises en défensive chez le Rocket. Il préfère parler de sa défensive dans son ensemble. C'est en insistant davantage qu'on finit par lui tirer les vers du nez et le premier nom qui en est ressorti, c'est celui de Cale Fleury. Le plus jeune joueur de l'équipe affiche un progrès significatif à sa première saison dans le hockey professionnel.

« Tout le monde parle de Cale Fleury. C'est normal, c'est un jeune homme de 20 ans. Je te dirais qu'au-delà de l'aspect hockey, c'est en dehors de la patinoire qu'il a le plus progressé, a affirmé Jacob. Il accorde une attention particulière à faire attention, dans sa vie de tous les jours, avec son sommeil. Je lui lève mon chapeau, ce n'est pas nécessairement facile. »

Bouchard n'hésite pas à vanter à la moindre occasion son personnel d'adjoints formé de Jacob, d'Alexandre Burrows et de Marco Marciano. Pour lui, le concept d'équipe est primordial et ce n'est pas pour rien qu'il a souhaité s'entourer de gens qu'il connaissait par cœur, avec qui il a développé de solides affinités avec le temps. Quelque part, cette unité est l'une des raisons des succès d'une équipe qui semblait pourtant écartée du portrait des séries il y a à peine un mois. 

***

Le Rocket a semblé être rattrapé par son manque d'expérience en attaque au cours de la dernière fin de semaine, des défaites serrées de 3-2 et 4-2 face aux Phantoms de Lehigh Valley et aux Bears de Hershey. Encore une fois, l'équipe s'est maintenue dans le coup, mais a semblé à court de munitions pendant la majeure partie de ces matchs.

La ligne de centre en a pris pour son rhume récemment avec les pertes de Jake Evans et de Michael McCarron. Pour le premier, les nouvelles sont encourageantes. Il a repris l'entraînement avec ses coéquipiers et devrait jouer vendredi à Toronto face aux Marlies.

Les nouvelles sont plus obscures quant au deuxième. On attend toujours le diagnostic officiel de l'organisation des Canadiens de Montréal, mais tout porte à croire que McCarron a joué son dernier match cette saison. Sans contrat à la fin de l'année, il est à se demander si le grand attaquant américain n'a pas joué son dernier match au sein de l'organisation qui l'a repêché au premier tour en 2013.

***

Charlie Lindgren est revenu au jeu vendredi face aux Phantoms et ne semblait pas incommodé par cette blessure au bas du corps qui l'embête depuis presque deux mois. Toutefois, Lindgren devra se remettre à gagner, car il risque de se faire damer le pion par Michael McNiven.

L'Ontarien ne cesse d'abaisser ses statistiques depuis le début décembre. Sa moyenne de buts alloués se situe maintenant à 2,38 et son pourcentage d'arrêts à ,907, ce qui est nettement mieux que les statistiques de Lindgren (moyenne 2,71; taux d'efficacité de ,888). 

Le gardien de 21 ans est en train de forcer la main de son entraîneur qui devra tôt ou tard choisir l'option devant le filet qui lui donne la meilleure chance de décrocher la victoire. Pour l'instant, il s'agit de McNiven.

Connor LaCouvee est toujours dans l'entourage du Rocket, ce qui témoigne de l'inquiétude de l'équipe quant à l'état de santé de Lindgren. On veut visiblement s'accorder plus de temps avant de retourner LaCouvee chez les Mariners du Maine dans l'ECHL.

***

L'ancien défenseur étoile des Huskies de Rouyn-Noranda Philippe Myers connaît une excellente saison chez les Phantoms. Ses 28 points en 45 matchs lui confèrent le deuxième rang des pointeurs chez les défenseurs de son équipe.

Toujours en attente d'un premier rappel dans la LNH à Philadelphie, le natif de Moncton au Nouveau-Brunswick pourrait recevoir prochainement le coup de fil attendu. Si les rumeurs s'avèrent fondées et que les Flyers décident de procéder à du mouvement de personnel, Myers pourrait devenir une belle option de renfort en défensive. Le potentiel est là, à n'en point douter.

***

Parlant des Phantoms, ils ont été à la merci du congédiement de Dave Hakstol à la tête des Flyers, récemment. Scott Gordon a été promu dans la LNH alors que Kerry Huffman a obtenu les responsabilités d'entraîneur-chef dans la LAH.

Ayant besoin d'un adjoint pour le seconder, Huffman a choisi le vétéran Terry Murray. Celui-ci a le hockey dans le sang, c'est le moins qu'on puisse dire. 

Actif dans le coaching depuis la saison 1983-1984, Murray en est à son sixième passage différent dans l'organisation des Flyers, deux comme joueur et quatre comme entraîneur! À 68 ans bien sonnés, Murray n'avait visiblement pas peur des longues heures d'autobus pour revenir dans la LAH. C'est digne de mention.

***

On continue de nager en plein mystère quant à l'état de santé de Noah Juulsen. Ce qu'on sait, c'est que le jeune défenseur ne souffre pas des effets d'une commotion cérébrale. Voici la citation de la semaine de Bouchard qui concerne l'arrière de 21 ans.

« Ça va être une absence indéterminée pour une blessure au haut du corps. C'est tout ce qu'on va dire pour l'instant, car il y a beaucoup d'inconnu. Ce n'est pas une blessure qui est facile à évaluer. Le suivi médical qui est fait avec Juulsen est assidu, mais il n'est pas proche d'un retour au jeu. »

***

Le Rocket profite actuellement de quelques jours de congé à l'occasion du Match des étoiles de la LAH qui a eu lieu dimanche et lundi à Springfield.

Comme le veut la consigne, les équipes ne peuvent ravoir leurs joueurs avant jeudi et c'est pourquoi le Rocket partira avant l'aube vers Toronto où deux très gros matchs l'attendent face aux Marlies, vendredi et samedi.

La troupe de Sheldon Keefe détient actuellement la quatrième et dernière place donnant accès aux séries dans la section Nord avec cinq points d'avance sur le Rocket. Présentement au sixième rang, le Rocket tentera de s'approcher à un petit point d'une place en séries. La course s'annonce palpitante dans cette section puisque seulement 10 points séparent la deuxième place (Syracuse) de la huitième et dernière (Belleville).

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.