Skip to main content

Johnson et Gourde bravent les hauteurs du Musée Vasa

Les attaquants du Lightning ont profité de leur temps en Suède pour marcher sur une plateforme haute de 150 pieds sur le navire

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

STOCKHOLM - « Es-tu correct? » a demandé Yanni Gourde.

« Je ne sais pas, a répliqué Johnson. J'ai peur. »

Johnson n'était pas certain de vouloir marcher sur cette plateforme où les marins déployaient la voile principale du navire de guerre en bois, le Vasa, dans les années 1600. À l'époque, elle était balancée du mât principal à environ 150 pieds de hauteur sur le bateau. Aujourd'hui, elle est saillie sur un balcon au sixième étage du Musée Vasa. Le plancher - ce qui serait les eaux de la mer Baltique - paraît très très loin.

Mais Johnson et Gourde voulait vivre cette expérience pendant qu'ils sont de passage à Stockholm, où le Lightning de Tampa Bay affrontera les Sabres de Buffalo pendant la Série globale 2019 au Ericsson Globe vendredi (14h HE; NBCSN, SN1, NHL.TV) et samedi (13h HE; NHLN, SN1, SUN, MSG-B, NHL.TV).

À LIRE AUSSI : Blogue de la Série globale: Alex Killorn Le Lightning à la recherche de solutions en Suède

On peut lire une affiche en suédois et en anglais : « Kliv upp i märsen! Step out onto the main top! (Rendez vous sur le principal sommet!) »

Alors Johnson s'est risqué.

Il s'est avancé sur le bout des orteils au sommet, en compagnie de Gourde, après l'entraînement de lundi. Il s'imaginait la sensation s'il était dans le vent et dans les vagues.

« J'ai peur et cette chose ne bouge pas, a avoué Johnson en se retirant. OK, c'est assez. »

Ce voyage n'est pas que pour le hockey pour le Lightning et les Sabres. Pour les joueurs suédois, c'est une chance de passer du temps à la maison.

Le défenseur du Lightning Victor Hedman, qui est né à Ornskoldsvik, à environ cinq heures de route de Stockholm, a dit qu'il avait l'intention de visiter un de ses meilleurs amis après l'entraînement de lundi.

Pour les joueurs des autres pays, en particulier ceux des États-Unis et du Canada, c'est une occasion de sortir de leur zone de confort. 

Johnson vient de Spokane, Washington; Gourde est originaire de Saint-Narcisse, Québec. Les deux coéquipiers ont emprunté les rues pavées tout juste après avoir retiré leurs patins et sont arrivés au Musée Vasa vers 15h48, heure locale à laquelle le soleil se couche à ce temps-ci. Ils ont monté les escaliers d'étage en étage afin de voir l'exposition.

Ça en a valu la peine.

« Je ne suis pas en Suède trop souvent, a lancé Johnson. C'est la première fois, alors je veux visiter, connaître l'histoire, comprendre la culture. 

« Cette visite m'en a apporté plus que je pensais. »

Le Musée Vasa est la plus grosse attraction touristique à Stockholm. Des millions de visiteurs sont passés voir le Vasa. Construit entre 1626 et 1628, il a coulé au port de Stockholm lors de son voyage inaugural en 1628. Mais il a été récupéré presque intact en 1961, et le musée actuel est un monument magnifique depuis 1988.

Gourde et Johnson ont erré dans les expositions sur le Vasa. Ils ont appris comment le navire a coulé et comment il a été rescapé. Ils ont grimpé sur une maquette grandeur nature du pont supérieur et ont été émerveillés par les canons.

Ils ont appris comment se déroulait le quotidien sur le bateau. Disons que les marins n'avaient pas recours à l'équipe médicale du Lightning.

« Le barbier était en charge des soins médicaux », a dit Gourde en pointant une plaque indiquant que le barbier gérait les transfusions de sang, préparait les médicaments, s'occupait des blessés, des amputations et des extractions de dents.

« Le barbier? » a demandé Johnson. 

« Oui. »

« Travail intéressant. »

Johnson a pointé le seul objet en or récupéré de l'épave, un anneau qui pourrait avoir appartenu au vice-amiral Erik Jönsson.

« Pas de lien de famille », a dit Johnson.

« Pas de lien? »

« Je ne croirais pas. »

Plus ils visitaient, plus ils apprenaient. Gourde et Johnson voulaient en savoir plus et plus encore. Martina Siegrist Larsson, une des guides touristiques du musée, leur a demandé s'ils avaient des questions. Ils l'ont bombardée.

Ils ont finalement rencontré les marins, qui ont leurs os disposés dans des vitrines.

« C'est vraiment impressionnant de voir la grosseur de ce bateau en sachant qu'il a été construit dans les années 1600, a relaté Gourde. C'est tellement d'histoire, c'est très agréable d'avoir la chance de venir ici et de voir tout ça. »

Johnson en a rajouté : « C'est littéralement sorti de l'eau et [ils ont été] en mesure de l'apporter jusqu'ici. C'est un spectacle à voir. »

Peut-être pas un spectacle à voir d'en haut cependant.

« Oh, pas du tout. C'était épeurant, oui », a dit Johnson.

« Je tiendrais le mât et je serais comme 'Ahh!' », a répliqué Gourde en imitant un cri.

« Là-haut est probablement le dernier endroit où je voudrais aller », a conclu Johnson.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.