Skip to main content

Séance d'évaluation de la LNH, jour 3

La NCAA était le choix logique pour Zegras; Légaré pourrait être repêché plus tôt que prévu

par Adam Kimelman @NHLAdamK / Directeur adjoint de la rédaction NHL.com

BUFFALO - Trevor Zegras n'a pas de doute, la façon la plus rapide pour lui de se développer, c'est en allant à l'Université de Boston.

L'attaquant qui est membre du Programme de développement de l'équipe nationale américaine (USNTDP), est classé au sixième rang des patineurs nord-américains par le Bureau central de dépistage de la LNH en vue du repêchage 2019. Il a terminé l'année au troisième rang des pointeurs du Programme avec 87 points (26 buts, 61 passes) en 60 matchs.

À LIRE : Séance d'évaluation : Jour 2 | Kakko absent pour fêter la victoire de la Finlande

Zegras est en mesure d'évoluer au centre ou à l'aile et on peut le comparer au joueur de centre des Coyotes de l'Arizona Clayton Keller. Keller a d'ailleurs passé une année à l'Université de Boston avant d'être choisi au septième rang du repêchage en 2016.

« L'Université de Boston fait de l'excellent travail, on l'a vu avec des joueurs comme Keller, Charlie McAvoy (Bruins de Boston), Jack Eichel (Sabres de Buffalo). Les gars qui vont dans ce programme progressent beaucoup et ils sont prêts pour jouer dans la LNH rapidement », a rappelé Zegras.

« Je ne dis pas que ce sera mon cas, mais c'est la route que je veux suivre. D'avoir vu des joueurs de la sorte suivre ce chemin, c'est quelque chose qui me donne envie de le faire. »

Les Steelheads de Mississauga de la Ligue de hockey de l'Ontario détiennent les droits de Zegras dans la Ligue canadienne de hockey. Bien que d'évoluer dans la LHO pourrait lui permettre d'adopter un horaire de travail ressemblant davantage à celui de la LNH, Zegras considère que la possibilité de développer ses qualités hors de la glace, et d'ajouter du muscle sur sa structure de 6 pieds et 169 livres, était la meilleure des options.

« J'ai discuté avec Mississauga, a-t-il dit. Mais le hockey universitaire, c'est ce que je veux faire. Je pense que c'est la bonne direction pour moi. »

 

L'espoir le plus sous-estimé du repêchage

L'attaquant du Drakkar de Baie-Comeau Nathan Legaré a terminé au troisième échelon des marqueurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec avec 45 buts, et il en a ajouté quatre de plus en sept matchs pour Équipe Canada au Championnat du monde des moins de 18 ans. L'ailier droit de 6 pieds et 205 livres n'apparaît qu'au 54e rang des patineurs nord-américains du Bureau central de dépistage, puisque des questions subsistent à propos de son coup de patin, mais plusieurs estiment qu'il sera en mesure de s'améliorer pour devenir un rouage important d'une équipe de la LNH.

« Il évoluait dans une très bonne ligue et lorsqu'il se retrouvait contre de la compétition plus rapide lors de différents événements, il accusait un retard », a expliqué Troy Dumville du Bureau central, lui qui patrouille le territoire de la LHJMQ. 

« C'est un joueur qui va trouver un moyen de tout mettre en place. Il a bien joué en Suède avec les moins de 18 ans. C'est un gars que tu adores parce qu'il compétitionne toujours et qui est solide avec la rondelle. C'est un bon joueur, intelligent. C'est un gars qui, je pense, pourrait donner envie à une équipe de le repêcher plus rapidement puisqu'elle sait que son coup de patin va s'améliorer. Ce n'est pas un mauvais patineur, mais il lui manque l'accélération nécessaire pour atteindre le niveau de la LNH en ce moment. Ça ne veut pas dire qu'il ne l'aura jamais. »

 

L'apothéose d'une saison exceptionnelle pour Seider

Moritz Seider devrait devenir le premier défenseur allemand à être choisi en première ronde du repêchage, et le quatrième joueur de son pays à entendre son nom dès la première journée du repêchage après les attaquants Leon Draisaitl, Marcel Goc et Marco Sturm.

Le défenseur de 18 ans, qui évoluait à Manheim dans la Ligue élite allemande, a amassé six points en 29 parties et a été nommé la recrue de l'année. Le droitier a ajouté cinq passes et maintenu un différentiel de plus-6 en 14 parties éliminatoires pour permettre à son équipe de remporter le championnat.

Il a aussi aidé l'Allemagne à obtenir une promotion en première division mondiale en vue du Championnat du monde junior 2020, et il a représenté son pays au Championnat du monde senior 2019, où il a amassé deux buts en cinq rencontres.

« Il y a eu beaucoup de moments importants cette année, a souligné Seider. Aux moins de 20 ans, on a remporté le tournoi pour pouvoir retourner en haut l'an prochain. Et à ma première présence en séries, on gagne le championnat. Puis, j'ai été chanceux de pouvoir jouer au Championnat du monde senior. C'est une saison incroyable. »

Les recruteurs estiment que de grands moments, Seider (6 pieds 3 pouces, 183 livres), devrait en vivre d'autres, lui qui est classé au sixième rang des espoirs internationaux par le Bureau central de dépistage.

« Il ne panique jamais, a expliqué le directeur du dépistage européen pour la LNH Goran Stubb. Il prend des décisions intelligentes sur la glace. Il peut tirer, il peut passer, et c'est un excellent joueur des deux côtés de la patinoire. J'aime ses qualités de passeur, son sens du hockey et il est très fort. Ce n'est pas un gars qui est physique outre mesure, mais il est solide le long des bandes et devant le filet. »

 

Le USNTDP en tête de liste

Un total de 17 joueurs de l'équipe des moins de 18 ans du USNTDP se retrouvent à la Séance d'évaluation. Bien que Jack Hughes soit la vedette, lui qui devrait être repêché au premier rang, plusieurs autres hockeyeurs talentueux se retrouvent à Buffalo.

Parmi ceux-ci, on retrouve quatre attaquants qui apparaissent dans le top-10 des espoirs nord-américains du Bureau central de dépistage : le joueur de centre Alex Turcotte (4e), qui a amassé 62 points en 37 matchs malgré les nombreuses blessures, l'ailier droit Cole Caufield (8e), qui a marqué 72 buts en 64 parties, l'ailier gauche Matthew Boldy (9e), qui a obtenu 81 points en 64 rencontres, ainsi que Zegras.

Chacun a des caractéristiques qui lui sont propres, ce qui en fait des espoirs intéressants pour une équipe ayant un manque à combler dans cette sphère de sa formation.

« Chacun trouvait le moyen de se signaler un soir ou l'autre, a mentionné l'adjoint du directeur général des Flyers de Philadelphie Brent Flahr. Caufield est petit mais il marque toujours. Zegras, est hyper habile, créatif offensivement et il complète les jeux. Boldy, c'est un gros joueur, qui continue de grandir et qui est un attaquant de puissance avec de bonnes mains et des habiletés techniques. Turcotte est rapide et déterminé. Il y a plusieurs types de joueurs et tu en as besoin de chaque catégorie si tu veux gagner. »

 

La question du jour

John Farinacci, de l'école secondaire Dexter dans le Massachusetts, apparaît au 35e rang des espoirs nord-américains. Il est le joueur du réseau scolaire américain le mieux classé en vue de juin. L'attaquant a révélé avoir eu droit à une question hypothétique des plus intéressantes lors d'une rencontre avec une des équipes.

« Tu dois traverser un couloir, mais il y a une chance sur deux qu'un python de 20 pieds, qui n'a pas mangé depuis cinq mois, s'y retrouve. Vous êtes cinq personnes. Qui sera la personne à traverser le couloir? »

Farinacci, qui a opté pour les bancs d'école de l'Université Harvard la saison prochaine, a fait un parallèle avec le hockey pour répondre à la question.

« C'est comme sur la glace, il faut se sacrifier pour ses coéquipiers, a-t-il dit. Le message que le membre de l'équipe voulait me faire comprendre, c'est que si tu es un leader, et que tu te retrouves dans une situation où finalement, il y a un serpent, qu'est-ce que tu vas faire? Tu dois trouver un moyen de t'en sortir, tu discutes avec tout le monde avant, tu trouves un plan pour savoir quoi faire si, en effet, il y a un serpent. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.