Skip to main content

Cinq choses à savoir sur Nolan Patrick

Le meilleur espoir en vue du repêchage de la LNH participera à tous les tests physiques à la séance d'évaluation

par Mike G. Morreale @mikemorrealeNHL / Journaliste NHL.com

BUFFALO - Le joueur de centre Nolan Patrick, le meilleur espoir selon la liste finale du Bureau central de dépistage de la LNH, n'a pas hésité lorsqu'on lui a demandé quelle était la question qui lui avait été la plus souvent posée lors des 13 entrevues qu'il a effectuées à la séance d'évaluation des espoirs de la LNH, cette semaine.

« Es-tu en santé?, a répondu le droitier. C'était assez direct et c'était le sujet principal. Je peux vous garantir que je serai à cent pour cent après l'été. Je vais être plus fort, plus rapide et mon objectif est de jouer dans la LNH cette année. »

Les problèmes de santé de Patrick ont commencé lors des séries éliminatoires 2016 de la Ligue de l'Ouest (WHL) et il a dû passer sous le bistouri en juillet pour réparer une hernie sportive. Il est revenu au jeu pour disputer les cinq premiers matchs de la saison, mais s'est blessé à nouveau jusqu'au 13 janvier. Il est revenu au jeu et a récolté 46 points (20 buts, 26 aides) en 33 matchs, mais il a raté les quatre revers des siens en séries éliminatoires en raison d'une blessure au bas du corps. Il a totalisé 205 points (92 buts, 113 aides) en 163 rencontres dans la WHL.

En 2015-16, Patrick (6 pieds 2 pouces, 198 livres) a terminé au cinquième rang des marqueurs dans la WHL avec 102 points (41 buts, 61 aides) en 72 matchs de saison régulière et a conclu les séries éliminatoires à égalité au sommet du classement des pointeurs avec 30 points (13 buts, 17 aides) en 21 rencontres. Il a été nommé joueur par excellence des séries après avoir mené Brandon au titre.

La bonne nouvelle, c'est que Patrick a passé les tests médicaux avec succès et participera à tous les tests physiques de la séance d'évaluation vendredi et samedi au HarborCenter.

Voici cinq choses à savoir sur Patrick:

1. Patrick croit qu'il sera prêt pour la LNH en septembre

«Je dirais que je ne le suis pas en ce moment, mais après un été d'entraînement à devenir plus gros, plus fort, plus rapide et plus en santé, c'est mon objectif. Je ne me fixe pas beaucoup d'objectifs personnels, mais c'en est un qui est important depuis trois ans. J'ai confiance en mes capacités de faire le saut. »

2. Il veut prouver aux observateurs qu'ils ont tort

«Je pense que la LNH a été très chanceuse d'avoir autant de bons joueurs issus des deux derniers repêchages avec Connor McDavid, Jack Eichel et Auston Matthews. Plusieurs équipes auxquelles j'ai parlé ici croient que c'est un repêchage au-dessus de la moyenne, mais les médias en parlent comme si c'était un repêchage terrible. Je ne crois pas que ça nous dérange, pour être honnête. Si les équipes croient qu'il n'y a pas de grande vedette, peut-être que c'est une motivation pour leur prouver le contraire. »

3. Il a pensé à fréquenter les universités américaines

L'oncle de Patrick, l'ancien défenseur de la LNH James Patrick, a joué deux saisons à l'Université du Dakota du Nord après avoir été sélectionné par les Rangers de New York au neuvième rang lors du repêchage de 1981.

« Quand j'étais plus jeune, j'ai pensé à fréquenter une université [américaine], mais j'ai eu une poussée de croissance à 13 ans et j'étais un peu plus gros que les autres à cet âge. Je croyais donc que Brandon serait le meilleur choix pour moi et mon père était un bon ami de Kelly McCrimmon, qui était l'entraîneur à l'époque. Mon père (Stephen) savait comment McCrimmon dirigeait ses équipes et il aimait sa façon de faire, donc il pensait que ce serait une bonne destination. Mais j'ai pensé aux universités américaines quand j'étais plus jeune. »

4. Patrick a été un capitaine efficace

Patrick, âgé de 18 ans, était le deuxième plus jeune capitaine dans la WHL cette saison. Le défenseur de Kootenay Cale Fleury, qui a deux mois de moins que Patrick, était le plus jeune.

« Mon objectif en tant que capitaine était de tenter d'être aussi professionnel que je pouvais et de montrer l'exemple sur la patinoire, a expliqué Patrick. C'est comme ça que je gère mon leadership. Quand les choses doivent être dites dans le vestiaire, je n'ai pas peur de le faire. »

5. Son surnom est «Doctor Pat»

Ce surnom lui a été donné par ses coéquipiers de Brandon et l'ailier droit Reid Duke en 2015-16. Duke est devenu le premier joueur de l'histoire des Golden Knights de Vegas quand il a signé une entente de trois ans le 6 mars.

« Duke m'a surnommé Doctor Pat l'an dernier. J'avais ce manteau bizarre qui ressemblait à un sarrau de médecin, donc il a commencé à m'appeler comme ça. Mon surnom est habituellement Pat, mais il était le principal gars à me surnommer de cette manière. »

 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.