Skip to main content

Cinq choses à retenir du CMJ : Jour 3

Les choses se corsent dans le groupe B alors que l'Allemagne signe une première victoire en six ans au CMJ

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

OSTRAVA, République tchèque - Pour la durée du Championnat mondial junior de la FIHG, LNH.com dressera chaque jour un bilan de la journée d'activités en cinq points pour ne rien manquer de l'action.

Voici ce que l'on doit retenir de la journée du 28 décembre :

À LIRE AUSSICMJ: Le ciel tombe sur la tête du CanadaCMJ: À la prochaine génération de montrer la voie

Les résultats de la journée

Groupe A

Finlande 8 Slovaquie 1
Suisse 2 Suède 5

Groupe B

République tchèque 3 Allemagne 4
Russie 6 Canada 0

 

Un vrai groupe de la mort

Le groupe B avait hérité du surnom de groupe de la mort en raison de la présence du Canada, des États-Unis et de la Russie, mais voilà que l'Allemagne et la République tchèque semblent elles aussi vouloir se joindre à la fête.

Après les deux premiers matchs, toutes ces équipes montrent une fiche de 1-1. C'est la première fois depuis l'instauration du nouveau format en 1996 qu'une telle situation survient.

Malgré une écrasante défaite de 6-0 face à la Russie, la formation canadienne est dans la meilleure position puisqu'elle a déjà affronté les deux autres puissances. On sait bien que la logique est rarement respectée dans ce tournoi, mais elle devrait en principe remporter ses deux dernières rencontres.

La Russie et les États-Unis ont rendez-vous dimanche tandis que la République tchèque doit encore se mesurer aux Canadiens et aux Américains.

En cas d'égalité au classement, le différentiel des buts pourrait être utilisé. En ce sens, la défaite encaissée par les Canadiens, jeudi, pourrait peser lourd dans la balance.
 

Une première en six ans

L'Allemagne avait amorcé son tournoi avec une prestation plutôt convaincante - malgré une défaite de 6-3 face aux États-Unis - et elle a finalement été récompensée pour ses efforts contre la République tchèque.

La formation germanique a battu les favoris locaux 4-3, à peine 17 heures après avoir quitté l'amphithéâtre après leur revers contre les Américains. Il s'agissait de leur première victoire dans le groupe mondial depuis 2014 alors qu'ils avaient aussi eu le dessus sur les Tchèques. L'Allemagne avait été reléguée en 2015 et effectue un retour cette année.

« C'est tellement important pour notre pays, a déclaré l'attaquant John-Jason Peterka, auteur d'un but. Personne ne s'attendait à ça, mais nous voilà avec une victoire. Nous sommes très heureux. Nous savons à quel point nous sommes bons et nous avons confiance de pouvoir battre n'importe quelle équipe. »

Les Allemands ont quand même joué avec le feu en laissant leurs adversaires venir de l'arrière en troisième période alors qu'ils avaient pris une confortable avance de 4-1. Avec l'énergie de la foule en liesse, ç'aurait pu être dangereux, mais le pire a été évité de justesse.

« C'est toujours plaisant de jouer devant une salle comble et une foule hostile, a dit le capitaine Moritz Seider. Tous les gars étaient excités. Même si nous sommes une jeune équipe et que certains gars ne sont pas habitués à ça, nous avons fait du bon travail. »
 

Une crampe au bras

L'arbitrage n'avait pas été un enjeu depuis le coup d'envoi du tournoi, mais les officiels ont fait des leurs dans le match entre la République tchèque et l'Allemagne. Ils ont appelé à peu près toutes les punitions inimaginables, si bien que les deux équipes ont rarement croisé le fer à 5-contre-5.

Au total, les deux équipes ont écopé 70 minutes de pénalité - trois punitions d'inconduite de dix minutes ont par ailleurs été décernées. Les Allemands ont été chassés à cinq occasions en troisième période seulement alors qu'ils tentaient de protéger une avance de trois buts.

Les officiels Michael Campbell (Canada) et Lassi Heikkinen (Finlande) en ont même rajouté en décernant trois autres pénalités alors que le match venait de prendre fin.

« C'est facile de dire que les arbitres n'ont pas fait le travail, mais je crois que certains de nos gestes n'étaient pas nécessaires, a sagement indiqué Seider. Nous devrons être plus intelligents parce que ça ne pardonnera pas contre la Russie ou le Canada. »
 

Regard sur 2021

La rencontre entre la Finlande et la Slovaquie n'a rien offert de bien excitant à part une domination totale des Finlandais - une victoire de 8-1 - mais les amateurs ont au moins pu avoir un avant-goût de ce qui les attend en prévision du repêchage de 2021.

Aatu Raty, le seul joueur admissible à l'encan de 2021 qui participe au tournoi, a récolté ses premiers points de la compétition (un but et une aide). L'attaquant de 17 ans est pressenti comme l'un des meilleurs espoirs pour ce repêchage. Raty a présentement quatre points (deux buts, deux aides) en 12 matchs avec Karpat, dans la Liiga.

« C'est un patineur très rapide, il sait passer et tirer, a expliqué le directeur du Bureau européen de dépistage de la LNH, Goran Stubb. Il est très près d'être un joueur complet et il est le meilleur espoir européen pour l'instant. »
 

Et de 50

Sans trop de difficultés, les Suédois ont signé une 50e victoire consécutive en ronde préliminaire au Mondial Junior en disposant de la Suisse 5-2. En raison de la défaite du Canada, la Suède est du même coup demeurée la seule équipe invaincue de la compétition.

Leur dernière défaite en ronde préliminaire remonte au 31 décembre 2006.

L'espoir des Kings de Los Angeles Samuel Fagemo a inscrit deux buts tandis que le gardien appartenant au Lightning de Tampa Bay, Hugo Alnefelt, a réalisé 25 arrêts devant la cage suédoise. Lucas Raymond, un des meilleurs espoirs admissibles au prochain repêchage, a quant à lui ajouté un but et une aide.
 

Avec la collaboration de Mike G. Morreale

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.