Skip to main content

Carnet d'espoir : Raphaël Lavoie

L'attaquant des Mooseheads vient de connaître une semaine fort productive avec de nouveaux compagnons de trio

par Raphaël Lavoie / Collaboration spéciale LNH.com

Considéré comme le meilleur espoir québécois en vue du prochain repêchage de la LNH, Raphaël Lavoie en est à sa deuxième saison complète avec les Mooseheads d'Halifax. L'imposant attaquant (6-4, 191) originaire de Chambly est répertorié comme le 14e meilleur espoir en Amérique du Nord par le Bureau central de dépistage de la LNH. Il a accepté de collaborer mensuellement avec l'équipe de LNH.com jusqu'au repêchage qui se tiendra en juin à Vancouver.
 

Bonjour à tous,

Depuis la dernière fois que je vous ai écrit, le Bureau central de dépistage de la LNH a publié son classement de mi-saison où je figure au 13e rang des meilleurs espoirs nord-américains. La saison des listes en vue du prochain repêchage est bel et bien commencée!

On ne se fera pas de cachette, nous les voyons toutes passer et nous les consultons plus par curiosité pour voir où sont classés les gars que nous connaissons. J'ai surtout regardé celle du Bureau central de dépistage de la LNH, mais en fin de compte, j'essaie de rester concentré sur mon jeu. 

À LIRE AUSSI: Repêchage 2019: Hughes et Kakko au sommet du classement de mi-saison | Repêchage 2019: Maxim Cajkovic apprend à vitesse grand V

C'est sûr qu'il y a une certaine compétition avec les autres espoirs, mais chaque fois qu'on se voit dans des évènements, ils deviennent un peu des amis. C'est une compétition, mais on se respecte en même temps. Ce sont tous de bons gars et de bonnes personnes.

Chez les Québécois, je suis surtout en compétition avec Jakob Pelletier des Wildcats de Moncton - nos plus grands rivaux. Je vais mettre quelque chose au clair tout de suite : ce n'est pas Jakob que je n'aime pas, ce sont les Wildcats!

La rivalité est grande parce que nous les affrontons souvent et la tension monte d'un cran chaque fois. Il y a souvent des bagarres et des petits accrochages dans les matchs que nous jouons contre eux. Ça fait en sorte que les matchs sont plus intéressants - surtout quand nous gagnons.

C'est ce que nous avons fait pas plus tard que samedi quand nous les avons battus 4-2 devant leurs partisans. J'ai d'ailleurs marqué mon 23e but de la saison, mon huitième point en trois matchs avec mes nouveaux compagnons de trio Samuel Asselin et Antoine Morand (Ducks d'Anaheim).

Notre entraîneur Éric Veilleux nous a réunis lors du premier match de notre séquence de trois matchs en trois soirs et ç'a cliqué immédiatement. Samuel a récolté 11 points (six buts, cinq aides), Antoine en a ajouté neuf (trois buts, six aides) et ils ont été nommés sur l'équipe d'étoiles de la semaine dans la LHJMQ.

La clé du succès, ce n'est pas sorcier. On travaille fort, on fait les bonnes choses et on est récompensés. Ce sont les matchs au cours desquels nous avons donné le moins de buts pendant que nous étions sur la patinoire. Nous défendons bien et ça fait en sorte que nous pouvons générer des chances de marquer et surtout profiter de celles-ci.

Samuel et Antoine sont deux vétérans qui ont gagné la Coupe Memorial l'an dernier avec le Titan d'Acadie-Bathurst et je peux apprendre d'eux. Samuel n'est pas le plus gros, mais il gagne toutes ses batailles parce qu'il travaille tellement fort. Antoine est bon avec la rondelle, c'est un bon passeur avec une super vision du jeu. Ce sont deux très bons joueurs et j'essaie de suivre leur exemple.

Il ne nous reste que 18 matchs à jouer avant le début des séries éliminatoires et je remarque que le niveau de jeu a encore monté d'un cran. Ça commence à devenir plus physique et plus rapide et c'est une bonne chose.

Avec la lutte qui se corse sur la patinoire, c'est toujours bon de décrocher de temps à autre et c'est ce que nous avons fait la semaine dernière grâce à un partenariat entre la police d'Halifax et les Mooseheads. Nous faisons plein d'activités avec eux comme de la patrouille et des évènements communautaires, mais cette fois, nous avons pu nous glisser dans la peau d'un policier armé.

Ils nous ont montré comment tirer et utiliser un fusil avec des balles de plastique et nous avons ensuite fait des équipes de deux - j'étais avec Ostap Safin (Oilers d'Edmonton) - pour une simulation dans laquelle nous devions appréhender un tireur caché dans une école abandonnée. C'était bien amusant et ça nous a permis de penser à autre chose qu'au hockey pendant quelques heures.

Sur ce, je vous reparle le mois prochain!
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.