Skip to main content

Bouchard : Les gardiens sont-ils le problème?

Notre chroniqueur suggère que si on veut plus de buts, on doit avoir plus de mouvements en zone offensive

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

Ça flotte dans l'air depuis quelques années maintenant. Les gardiens sont devenus tellement bons que le spectacle en souffre, faute de buts. C'est un constat qui, à mon sens, est en partie informé par le hockey tel qu'il était joué lorsque ceux qui sont aujourd'hui les décideurs de la ligue étaient plutôt des joueurs, soit dans les années 1980 et 1990. Les gardiens d'alors étaient, oui, largement inférieurs à ceux d'aujourd'hui.

J'ajouterais qu'il me semble qu'on donne aussi à ce qui s'est passé au cours des deux saisons suivant le lock-out de 2004-05 une importance disproportionnée. On a, au retour de ce lock-out, resserré drastiquement l'application des règlements, pour ensuite la desserrer tout aussi brutalement à partir de la saison 2007-08. Cette variation importante de temps passé en désavantage numérique, alors même que la ligue amorçait un virage jeunesse fait qu'on semble avoir bâti une compréhension faussée de ce qui est un débit offensif normal dans la ligue telle qu'elle est aujourd'hui.

Une fois le surplus de buts dû aux avantages numériques effacés (c'est en 2007-08 que le grand resserrement des règles arrête), on voit apparaître une tendance baissière au nombre de buts accordés, mais il n'est pas clair à mon sens que l'on est en présence d'un effet gardiens.

Les deux graphiques suivants montrent les variations du pourcentage d'arrêts des gardiens de la ligue entre 2007 et 2016 à 5-contre-5 et en désavantage numérique, selon les données contenues sur le site war-on-ice.com.

 ----------------------------------------------------------------------

Même l'augmentation à 5-contre-5, si elle est un peu exagérée sur le graphique, n'est pas si énorme. Il y a bel et bien une tendance à la hausse quant à la performance des gardiens, mais elle ne se reproduit pas en désavantage numérique. Si la baisse du nombre de buts dans la ligue n'était qu'attribuable aux meilleures performances des gardiens, ne devrait-on pas voir la même tendance à forces égales et en désavantage?

On n'est pas nécessairement en présence d'une augmentation sidérante de l'efficacité des cerbères, mais plutôt (je le dis au « pif ») d'une importance de plus en plus grande des systèmes de jeu. Parce qu'on joue désormais de manière plus précise et plus synchrone une fois installés dans un territoire, les mouvements de rondelle sont réduits à forces égales et augmentés en avantage numérique.

Ce qui change, à l'échelle de la ligue et qui a une influence lourde sur la quantité de buts marqués, ce serait donc plutôt des systèmes de jeu.

Reprenons la période 2007-16, mais pour voir cette fois-ci dans quelle situation les tirs et les buts sont accordés.

 

------------------------------------------------------------------

Outre le 3-contre-3, on voit aussi les buts accordés avec le gardien retiré augmenter rapidement depuis deux ans, un phénomène connu. J'ajouterais que le desserrement de la discipline se poursuit manifestement. Si les taux horaires de tirs accordés par situation restent stables, le nombre de tirs donnés selon qu'on est en désavantage numérique ou à 5-contre-5 varie considérablement.

On a 4 pour cent des tirs qui basculent vers le 5-contre-5 et une part de cette perte de buts marqués est compensée par les filets déserts, et non par le jeu à forces égales, où les gardiens sont de plus en plus efficaces.

Entre cette montée d'efficacité des gardiens à 5-contre-5 qui n'est pas suivie en infériorité numérique (ce sont pourtant les mêmes gardiens!), les changements de tactique illustrés par les buts donnés dans des filets déserts et l'effritement du temps passé en désavantage numérique, il me semble que tout pointe vers ce qui se passe devant les gardiens.

Si on veut plus de buts (ce qui n'est pas selon moi synonyme de meilleur spectacle), on doit donc chercher à donner plus de chances de marquer aux tireurs. L'évolution de l'avantage numérique montre, selon moi, que si on donne de l'espace en zone offensive, les entraîneurs vont, sur le plan tactique, trouver le moyen d'accentuer cet avantage. L'effet est déjà net à 5-contre-4. Resserrer les chandails des gardiens, tripoter la taille du bout de leur jambière, on en reste sur ce point à des éléments plus ou moins pertinents. Si on veut plus de buts, on doit avoir plus de mouvements en zone offensive. Que ce soit par l'application différente ou l'abolition de règlements (la fin des hors-jeu?), c'est par là qu'on obtiendra plus de buts.

En voir plus