Skip to main content

Bouchard : Galchenyuk et Domi, un bon pari pour les deux équipes

Les Coyotes et les Canadiens pourraient profiter de cette transaction pour des raisons bien différentes

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

John Chayka a besoin de sortir son équipe de l'éternel cycle de reconstruction qu'elle suit depuis maintenant plusieurs années. Marc Bergevin, lui, a besoin de temps pour étirer la « fenêtre d'opportunités » de son équipe, bâtie autour de Shea Weber et Carey Price. Ces deux directeurs généraux, en transigeant, se sont donné de la marge de manœuvre pour atteindre leurs objectifs.

En Arizona, Alex Galchenyuk s'en va

On ne réécrira pas ici la saga Galchenyuk. Suffit de dire qu'après six saisons dans la LNH, Galchenyuk est établi comme un attaquant de top-6 capable de jouer au centre comme à l'aile. Fait plus rare pour un joueur de centre, il est aussi capable de marquer beaucoup de buts, même si la constance n'a pas toujours été au rendez-vous. Il faut le dire, on n'a pas toujours semblé savoir quoi faire avec Galchenyuk au fil de son passage à Montréal : centre ou ailier? Jouant sur le premier, le deuxième ou le troisième trio? L'an dernier, on l'a surtout associé avec Jonathan Drouin , une expérience qui s'est avérée catastrophique.

Le détail de la fiche de -31 cumulée par Galchenyuk l'an dernier l'illustre bien. Du -31, on trouve d'abord un -5 attribuable aux buts accordés par l'équipe lorsqu'elle était en avantage numérique.

Ensuite, du -26 restant, on peut déduire des données tirées de naturalstattrick.com que dans les situations dites « à forces égales », excluant le 5 contre 5 (donc, les 4 contre 4, 3 contre 3, situations avec filet désert), Galchenyuk a cumulé une fiche de -11 en environs 55 minutes!

Enfin, à 5 contre 5 à proprement parler, Galchenyuk a cumulé une fiche de -15 en un peu plus de 1000 minutes de jeu à 5 contre 5. Or, de ce -15, l'ancien #27 a cumulé une fiche de -17 (!) lors des 500 minutes jouées avec Jonathan Drouin.

On voit encore mieux à quel point les performances de Galchenyuk ont été affectées par la présence de Drouin lorsqu'on compare celles-ci avec ce qu'il a fait en présence de Phillip Danault et Jacob de la Rose.

La part des chances de marquer obtenues par l'équipe chutait donc dramatiquement (je dirais même catastrophiquement) lorsqu'on associait le #27 au #92. Fait encore plus embêtant, Drouin et Galchenyuk n'ont pas été particulièrement victimes de leurs gardiens. Le taux d'arrêt de 91,1 pour cent en leur présence n'est pas exceptionnel, mais il demeure somme toute raisonnable.

Pire encore, Galchenyuk vient de connaître une saison de misère sur le plan strictement offensif, et ce même s'il n'a pas obtenu moins de chances de marquer qu'à son habitude. La rondelle ne rentrait tout simplement pas.

Par rapport à sa fiche en carrière, son taux de conversion personnel et celui de son équipe en sa présence ont en effet connu une baisse d'efficacité dramatique, de 3 pour cent.

Mais les chances de marquer elles, étaient toujours au rendez-vous, en fait en légère hausse par rapport à la saison 2016-17.

 

Dans ce contexte, Chayka vient de mettre la main sur un joueur qui, selon toute vraisemblance, ne peut pas vraiment faire pire que ce qu'il vient de faire. On annonce par ailleurs qu'on a l'intention de l'envoyer au centre, ce qui tombe sous le sens. Galchenyuk a démontré être capable de tirer son épingle du jeu à cette position alors que Chayka a justement à sa disposition une multitude de jeunes ailiers, mais peu de bons joueurs de centre outre Derek Stepan.

Galchenyuk comble un besoin et donnes aux Coyotes la capacité d'avoir enfin un véritable top-6 à associer à un top-4 défensif qui semble enfin stabilisé. Dans un contexte où on cherche, d'une part, à convaincre Oliver Ekman-Larsson de parapher une entente à long terme, ce qui pourrait être annoncé le 1er juillet, et, d'autre part, à profiter du fait que les jeunes attaquants de l'équipe ne coûtent pas encore trop cher, on vient faire un grand pas en avant à court terme.

Max Domi s'amène à Montréal

Marc Bergevin vient de mettre la main sur un fabricant de jeu de premier ordre. À 5 contre 5, Natural Stat Trick nous indique que Domi a été le 33e passeur le plus prolifique de la ligue l'an dernier, avec 1,46 mention d'aides par heure jouée à 5 contre 5. Si on ne cible que les premières passes, il fait encore mieux et se classe 17e. Pour un joueur qui a évolué pour la 27e pire attaque de la ligue à 5 contre 5 au cours de cette période, ce n'est pas un détail!

L'impact de Domi à 5 contre 5 est constant : il pousse le taux de conversion de son équipe vers le haut, reflet, je pense, de ses qualités de fabricant de jeu.

Mais Domi n'est pas un joueur « de possession de rondelle », s'il aide la rondelle à rentrer dans le filet adverse lorsque son équipe l'a en zone ennemie, il ne semble pas avoir un impact pour amener cette même rondelle dans la zone adverse. Ainsi, depuis 3 ans, la part des tirs obtenus par les Coyotes ne varie pas vraiment en fonction de sa présence sur la glace.

Le profil de Domi ressemble donc quelque peu à celui de Jonathan Drouin. Comme Drouin, il a fait ses classes depuis trois ans à l'aile gauche, mais si Drouin s'est surtout démarqué en avantage numérique depuis son arrivée dans la LNH, Domi, lui, s'est affirmé à forces égales.

On n'a pas acquis, ici, un joueur qui va permettre de ramener Drouin à l'aile ou encore de le repousser dans un rôle plus « facile » à forces égales. C'est plutôt un ailier qui va aider les tireurs de l'équipe à gagner en efficacité. Parce qu'il faut le dire, si les Canadiens n'ont pas, outre Max Pacioretty, de marqueur de premier plan, ils ont beaucoup de joueurs capables de compter une vingtaine de buts. Paul Byron et Brendan Gallagher l'ont fait l'an dernier, Artturi Lehkonen et Charles Hudon ont, selon moi, le talent pour le faire, et qui sait ce que Nikita Scherbak peut faire? Si Pacioretty reste avec l'équipe, Montréal peut avoir trois trios alignant des ailiers capables de marquer 20 buts. Ce n'est pas rien.

À LIRE: Une infusion de caractère, selon Bergevin | Domi heureux de se retrouver à Montréal 

Mais si Chayka sort un joueur d'une position de surplus pour aller combler un manque ailleurs, Bergevin fait quant lui du surplace sur ce plan. C'est pourquoi j'ai l'impression que, plus qu'un manque, on a cherché hier à se donner du temps. Galchenyuk était agent libre sans compensation et il était évident que l'administration peinait à lui trouver un rôle qui satisfaisait tout le monde. Domi, mis sous contrat pour deux ans samedi, a encore quatre années à jouer avant d'atteindre l'autonomie complète.

À court terme, si Domi s'intègre bien et contribue à pousser l'équipe vers le haut, Bergevin dispose d'un peu plus d'argent pour bonifier sa formation et continuer à chercher, appuyé sur Price et Weber, à aller le plus loin possible en séries. Si ses deux piliers régressent rapidement, Domi aura encore une forte valeur d'échange et le DG montréalais sera alors en position pour aller chercher d'autres actifs plus jeunes pour reconstruire son équipe.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.