Skip to main content

Bouchard : Deux premiers matchs serrés et enlevants en Finale

Notre chroniqueur analyse le rendement des trios de Washington et Vegas ainsi que les confrontations des différentes unités

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

Nous avons deux jours pour reprendre notre souffle après un début de Finale pour le moins enlevant. Les deux premiers affrontements se sont terminés par un bilan égal, mais les Golden Knights de Vegas ont su, tout au long de ces duels, garder la plupart du temps l'avantage du jeu. Dans le détail, on a su, du côté de Gerard Gallant et de ses adjoints, utiliser habilement l'avantage de la glace.

Les deux équipes se sont disputé la victoire sur des scores serrés, revenant d'un déficit à un score égal à cinq reprises, prenant les devants par un but à sept reprises, tout ça en six périodes. Essoufflant!

À LIRE : Bouchard : La finale des mal-aimés | De la patience qui rapporte gros pour les Capitals | Kuznetsov évalué quotidiennement chez les Capitals

Le contraste entre les scores serrés et les différentiels de tirs, qui ont quant à eux été à l'avantage des Golden Knights, souligne le premier élément marquant de cette Finale : s'il n'a pas été mauvais, Marc-André Fleury n'a pas été fumant à outrance non plus, contrairement à Braden Holtby, qui, après avoir semblé chercher la rondelle en entrée de jeu, s'est graduellement transformé en voleur de grand chemin.

Dans le détail des alignements, on constate une symétrie intrigante : les premiers et quatrièmes trios des Golden Knights ont fait flèche de tout bois, le deuxième et, surtout, le troisième ont connu des difficultés. Chez les défenseurs, les premiers et troisièmes duos ont à peine surnagé alors que Shea Theodore et Deryk Engelland ont dominé.

Chez les Capitals, les premiers et quatrièmes trios ont connu des difficultés, le deuxième et le troisième ont fort bien fait et les trois duos défensifs ont connu des hauts et des bas.

Si on creuse un peu plus, on découvre comment Gallant a utilisé l'avantage de la glace pour tirer son épingle du jeu. La confrontation entre Evgeny Kuznetsov et William Karlsson, appuyé de Nate Schmidt et de Brayden McNabb était attendue. C'est la combinaison sur laquelle Gallant s'est appuyé depuis le début des séries, quoiqu'on ne l'avait pas vu, jusqu'à présent, cibler ainsi le premier trio adverse avec sa propre première ligne. De toute évidence et à juste titre, il craint Kuznetsov et ses sbires.

Mais Karlsson, Jonathan Marchessault et Reilly Smith semblent aussi avoir été déployés de sorte qu'ils ne jouent presque pas contre Lars Eller. Je ne sais pas si c'est le résultat d'un désir de les soustraire au Danois, ou si c'est plutôt le fait que Karlsson a aussi, toute proportion gardée, souvent joué contre la quatrième ligne des Capitals.

Le même tableau, mais exprimant cette fois-ci le différentiel des tirs du point de vue des Capitals nous montre un peu plus clairement comment ce jeu de chat et de souris a parfois été payant pour les Golden Knights.

Le premier et le quatrième trio ont franchement dominé la quatrième unité des Capitals, surtout lorsqu'associés à Engelland et Theodore. Les défenseurs de Washington Matt Niskanen et Dmitry Orlov, dans ce contexte, en ont eu plein les bras. De l'autre côté, Eller, Andre Burakovsky et Brett Connolly ont écrasé le trio de Ryan Carpenter, à tel point que je pense que si on a fini par inverser Alex Tuch et David Perron, c'est en partie parce que le no 57 vient en aide à la troisième ligne des Golden Knights.

À regarder ces tableaux, je ne sais pas, dans ce contexte, jusqu'à quel point la perte de Kuznetsov est aussi lourde qu'on le pense. Oui, le Russe est un fantastique talent offensif, mais il n'est pas, à forces égales, aussi solide dans sa zone qu'Eller ou encore Nicklas Backstrom. Une équipe qui, comme Vegas, possède un échec avant féroce, peut ainsi exposer les faiblesses du no 92 et l'empêcher de prendre de la vitesse en zone neutre.

Deuxième élément à garder à l'esprit, il n'est pas inutile de rappeler la première réaction de Barry Trotz en deuxième période du deuxième match. Kuznetsov définitivement hors de combat, l'entraineur des Capitals a décidé d'envoyer Backstrom entre Ovechkin et Wilson, puis de demander à Eller de faire double emploi au centre des deuxièmes et troisièmes trios. Ça n'est qu'en troisième qu'il a décidé de brasser un peu plus sa soupe pour protéger son avance.

Chandler Stephenson n'est pas un vilain troisième centre et le quatrième trio a connu des moments pénibles. Je me demande si, dans ce contexte, Trotz n'aurait pas plutôt intérêt, à domicile et donc avec le dernier changement, à n'habiller que 11 attaquants, donner double emploi à ses joueurs de top-9 avec un quatrième trio au temps d'utilisation réduit et plutôt avoir recours à un septième défenseur, peut-être un joueur plus habile pour prendre la place de Brooks Orpik au cas où l'équipe se trouve à prendre du retard.

On va en avoir le cœur net samedi soir. En attendant, le repos de deux jours risque d'avantager un peu plus les Capitals qui, ayant disputé quatre matchs de plus que les Golden Knights, ont probablement plus besoin d'une pause que leurs adversaires.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.