Skip to main content

Bouchard : Calgary et la Caroline comblent des besoins différents

Notre chroniqueur analyse la transaction impliquant Hamilton, Ferland, Hanifin et Lindholm lors du repêchage

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

Ç'aura été le coup d'éclat de la fin de semaine du repêchage : le défenseur des Flames de Calgary Dougie Hamilton change encore d'adresse, cette fois-ci envoyé aux Hurricanes de la Caroline avec l'attaquant Micheal Ferland et le défenseur Adam Fox. En retour, les Flames reçoivent le défenseur Noah Hanifin et le centre Elias Lindholm.

Si cet échange met en scène deux équipes désireuses de secouer leur alignement après une saison décevante, certains éléments diffèrent drastiquement d'une formation à l'autre.

Du côté des Hurricanes, on semble à la fois désireux de consolider une des forces de l'équipe (la défensive) tout en évitant de donner de lucratifs contrats à des joueurs qui, au final, ne permettraient pas de faire progresser significativement la formation. Ce faisant, par contre, on se retrouve désormais avec un trou béant au centre.

À LIRE : Hamilton et Hanifin heureux de changer d'adresse | Bouchard : Galchenyuk et Domi, un bon pari pour les deux équipes

Du côté des Flames, le portrait est plus clair. Les rumeurs en provenance de Calgary laissent entendre que Hamilton n'est pas nécessairement le plus atteint par la défaite, une accusation qu'on peut toujours trouver curieuse lorsqu'elle s'applique à un joueur faisant bonne figure soir après soir comme le fait Hamilton.

Video: EDM@CGY: Hamilton crée l'égalité sous la barre

On souhaitait, affirme le chroniqueur de Sportsnet Eliotte Friedman, réunir T.J. Brodie et Mark Giordano, ce qui aurait laissé le grand droitier en arrière-plan. On a donc décidé de bouger. Démêlons tout ça pour mieux identifier ce qui revient à chaque équipe.

Aux Hurricanes

Avec 68 points en 54 matchs dans les rangs universitaires, le défenseur Adam Fox est prometteur. Mais Brad Treliving ayant carrément affirmé qu'on craignait de ne pas pouvoir lui faire signer un contrat, on semble avoir décidé de se départir des droits sur cet espoir avant de le voir partir sans rien obtenir en retour. 

Tweet from @Fan960Steinberg: GM Brad Treliving says there were ���strong concerns��� that Adam Fox was going to sign with the team. #Flames

Pour les Hurricanes, c'est un billet de loterie intéressant : s'il ne signe pas, on n'a pas perdu de choix au repêchage pour tenter de l'obtenir et s'il signe, c'est un retour supplémentaire et inattendu dans cet échange.

Depuis deux ans, Micheal Ferland s'est établi comme un bon ailier de puissance de deuxième ou troisième trio. D'abord et avant tout un buteur, il se démarque par sa capacité à décocher des tirs de l'enclave bien plus que par ses talents de passeurs.

Avec encore une année à écouler à son contrat actuel, les Hurricanes viennent d'obtenir un ailier capable de jouer à gauche comme à droite. Je serais surpris de le voir signer en Caroline après la prochaine saison (il sera joueur autonome sans compensation), mais, lors de la prochaine campagne, il jouera le rôle de cinquième ailier offensif derrière Sebastian Aho, Jeff Skinner, Teuvo Teravainen et Justin Williams.

Mais c'est surtout Dougie Hamilton qui retient ici l'attention. Le grand droitier est le meilleur joueur de l'échange et vient drôlement consolider la défensive des Hurricanes.

Depuis deux ans, les défenseurs Jaccob Slavin et Brett Pesce ont pris la tête de cette brigade et se sont imposés comme l'un des bons duos défensifs de la Ligue. Mais derrière eux, on continue à avoir de la difficulté à trouver une formule gagnante.

L'an dernier, Justin Faulk est celui autour de qui on a tenté de construire une deuxième paire d'impact, mais le capitaine de l'équipe semble, au fil des saisons, s'éloigner de ce sommet offensif de 49 points atteint en 2014-2015. Depuis trois ans, il a marqué presque autant de buts à cinq contre cinq (19) que Hamilton (21), mais ce dernier a obtenu beaucoup plus de premières passes (25 contre 10).

Si on joint l'impact offensif (soit l'effet de la présence du joueur sur la production vers le filet adverse) et l'impact défensif (effet sur la production de tirs de l'adversaire) aux buts et points obtenus à forces égales, on voit que les Hurricanes viennent de mettre la main sur un défenseur qui n'a pas de véritable faiblesse.

On n'a jamais eu peur, en Caroline, de laisser les jeunes joueurs apprendre dans la LNH. C'est ce que Slavin, Pesce, Faulk et Hanifin ont fait ces dernières années et, lorsqu'on regarde les trous sur le flanc gauche, on peut croire que le défenseur Haydn Fleury et, qui sait, peut-être aussi le défenseur Jake Bean pourraient être les prochains à passer par là.

C'est une façon de faire qui, lorsqu'elle fonctionne à la satisfaction de l'administration de l'équipe, permet de mettre rapidement sous contrat les joueurs à un prix intéressant pour les meilleures saisons de leur carrière.

Mais parfois, cela implique aussi que certains jeunes, qui se sont développés un peu plus lentement ou encore qui sont à leur tour poussés par de nouvelles recrues, doivent alors changer de décor une fois leur contrat de recrue terminé. C'est ce qui semble être arrivé dans le cas de Hanifin. Les autres jeunes d'hier, désormais appuyés par Hamilton, semblent maintenant appelés à jouer les mentors.

Aux Flames

L'arrivée de Lindholm et de Hanifin à Calgary montre à quel point un joueur qui n'a pas sa place dans une équipe peut devenir un élément important dans une autre sans pour autant changer de rôle.

Elias Lindholm est réputé être un joueur offensif et on l'a utilisé ainsi depuis son arrivée dans la LNH. Mais le centre, qui aura 24 ans en décembre, n'a pas jusqu'ici « monté la dernière marche » qui lui permettrait d'être un centre de top-6 de plein droit.

Video: TBL@CAR: Lindholm donne la victoire aux Hurricanes

Il obtient depuis trois ans en moyenne une dizaine de buts et une vingtaine de passes à forces égales, ce qui le situe, sur le plan strictement offensif, à la lisière séparant les joueurs de deuxième et de troisième trio.

En Caroline, ça le plaçait grosso modo au même niveau que son compatriote Victor Rask, une bonne encablure derrière le centre Jordan Staal. Or, Rask et Staal sont encore sous contrat pour plusieurs saisons, alors que Lindholm est maintenant joueur autonome avec compensation. Parce qu'il sera admissible à l'autonomie complète dans deux ans, Lindholm cherche probablement à signer un contrat à très court terme, sinon une entente très lucrative à long terme.

Aucun de ces scénarios ne faisait de sens pour les Hurricanes, qui ont un budget limité et qui cherchent manifestement à améliorer leur équipe.

À Calgary, par contre, Lindholm va trouver une place de choix. Dans la hiérarchie des centres de l'équipe, sa place est claire : il sera troisième derrière Sean Monahan et Mikael Backlund. Surtout, il confirme une fois pour toutes le passage de Sam Bennett à l'aile.

Il sera d'ailleurs intéressant de voir ce qu'on fera avec Bennett. L'an dernier, il a joué l'essentiel de la saison avec Mark Jankowski et Garnet Hathaway. L'an prochain, un de ces trois joueurs pourrait se voir promu aux côtés de Monahan et de Johnny Gaudreau, alors que Lindholm sera, selon toute vraisemblance, appelé à consolider le caractère offensif du troisième trio des Flames.

Il en est de même pour Hanifin. Lui aussi est présentement à la recherche d'un nouveau contrat. Sachant que Fleury et Bean poussaient derrière, les Hurricanes, encore ici, n'étaient pas nécessairement prêts à s'engager à long terme avec le défenseur de 21 ans.

À Calgary, le gaucher a sa place toute faite. On a annoncé le retour de T.J. Brodie aux côtés de Mark Giordano, ce qui laisse la gauche de Travis Hamonic aux bons soins de Hanifin.

Video: CAR@NJD: Hanifin donne l'avance aux Hurricanes

Le club-école des Flames n'a pas vraiment de joueurs prometteurs qui s'annoncent du côté gauche, Oliver Kylington ne se développant pas au rythme espéré. On est donc en position, à Calgary, d'offrir une entente satisfaisante à Hanifin, ainsi qu'un poste dans lequel il va pouvoir consolider son développement.

Il est souvent tentant de dire qu'un échange est gagné par l'équipe qui en ressort avec le meilleur joueur, mais dans les faits, les choses sont toujours plus nuancées. Il y a peu de joueurs parfaits dans cette ligue et le défi, pour les directeurs généraux, est bien plus souvent qu'on ne le croit de trouver le bon agencement de défauts et de qualités, les faiblesses des uns s'appuyant sur les forces des autres pour donner, au bout de la ligne, un ensemble cohérent et performant.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.