Skip to main content

Bobby Ryan se rachète peu à peu

Après avoir connu une saison décevante, l'attaquant des Sénateurs enregistre les buts importants depuis le début des séries

par Amalie Benjamin @AmalieBenjamin / Journaliste NHL.com

BOSTON - Il y a un mois où rien n'apparaît dans les statistiques de Bobby Ryan, un mois perdu au cours d'une saison que plusieurs - peut-être même Ryan lui-même - qualifieraient de perdue. Du 18 février au 14 mars, il n'a joué aucun match en raison d'une blessure à la main qui a interrompu une saison décevante pou lui, pour l'équipe et pour tout le monde.

 

« Quand vous êtes à l'écart, parfois ça vous donne l'occasion de recharger les batteries, a déclaré Ryan. J'ai fait beaucoup d'exercices de patinage. C'était presque comme une bénédiction. J'ai retrouvé mes jambes. »

Les choses n'ont pas changé immédiatement. Il n'était pas un nouveau joueur, ni le joueur qu'il a déjà été. Mais il sentait qu'il faisait des progrès. Il se sentait mieux.

Lorsque la saison régulière a pris fin, Ryan avait totalisé 25 points (13 buts, 12 aides), son plus bas total depuis qu'il a joué 23 matchs en tant que recrue avec les Ducks d'Anaheim en 2007-08. Il ne s'agissait certainement pas de ce à quoi les Sénateurs s'attendaient de lui en lui offrant un contrat de 7,25 millions $.

Depuis le début des séries éliminatoires de la Coupe Stanley - et peut-être même les semaines précédentes, selon l'entraîneur Guy Boucher - Ryan semble rajeuni, il semble être lui-même. Il a été ce dont les Sénateurs ont besoin, un marqueur dans les moments cruciaux. Il l'a été lundi en marquant à 5 :43 de la prolongation lors du troisième match face aux Bruins de Boston pour procurer aux Sénateurs une victoire de 4-3 et une avance de 2-1 dans la série de premier tour.

Il avait vu une ouverture, une chance de marquer, de faire oublier ce qui s'est passé. Ce n'est pas toujours une barrière facile à sauter, que ce soit physiquement ou mentalement. Mais c'est un saut que Ryan a été en mesure de faire au cours des trois premiers matchs de la série.

« C'était une occasion de me racheter pour ma mauvaise saison, a dit Ryan. Le nouveau départ a été lors du premier match et j'ai essayé d'en profiter. Jusqu'ici, ça va bien. Il est très tôt dans ce qui, je l'espère, sera un long parcours. »

Mais ç'aurait pu se dérouler autrement. Il aurait pu se replier sur lui-même, abandonner et permettre au négatif de prendre le dessus.

« Je crois que quand les séries s'amorcent - et j'ai vu ça quelques fois - c'est une nouvelle chance pour plusieurs de nos joueurs, a indiqué Boucher. Je savais que Bobby jouait bien et nous nous sommes assurés qu'il le sache. Et quand il a marqué le but lors du dernier match de la saison, il s'est enlevé un poids énorme sur les épaules. Depuis, il semble être un nouveau joueur.

« On dit toujours que tu fais ton argent durant la saison, mais que tu fais ta réputation en séries éliminatoires et en ce moment, il montre à tout le monde qu'il est un battant. Il s'est relevé tout comme l'équipe et maintenant tout le monde en profite. »

Lorsqu'on lui a demandé s'il jouait son meilleur hockey de la saison, Ryan s'est mis à rire.

« Ce n'était pas bien difficile de faire mieux, non? Donc oui. », a-t-il lancé.

Le but qu'il a inscrit lundi est survenu après une pénalité à l'attaquant des Bruins Riley Nash, un appel que même Ryan n'attendait pas. Après que Nash eut combattu avec Viktor Stalberg, Ryan a accroché Nash au visage avec son coude. Nash a répliqué et a reçu une pénalité pour rudesse.

« Vraiment, je croyais qu'il n'y aurait aucun appel, a dit Ryan. Mais nous avons été du bon côté ce soir. Cela peut changer très vite. On va le prendre. Nous avons eu quelques bonds en notre faveur. »

En prolongation, il a redirigé la passe vive de Kyle Turris derrière Tuukka Rask pour donner la victoire aux siens en terrain hostile.

Et en sauvant les Sénateurs, qui avaient bousillé une avance de trois buts en deuxième période, Ryan a continué de racheter sa propre saison, en commençant avec un but dans un revers de 2-1 dans le premier match.

Soudainement, tout semble pardonné. Ou du moins, en partie.

Il tentait de revenir dans les bonnes grâces des amateurs qui l'ont critiqué tout au long de cette décevante saison. Et Ryan sentait cette pression. Il savait aussi le nombre de zéros qui s'alignent sur son chèque de paie et ce que ça représentait pour ses coéquipiers et pour les amateurs qui analysent ses faits et gestes.

Est-ce que son début de séries vient racheter tout ça? Est-ce que ça enlève un peu de la pression causée par cette déception?

« Je ne sais pas si ça efface tout ça, a dit Ryan. Mais personnellement, j'ai ce sentiment. Je sentais que c'était une occasion de mettre la saison derrière moi, les 82 matchs. Les gens diront ce qu'ils veulent et être sur mon dos autant qu'ils veulent.

« C'est ce qui arrive quand tu es payé comme je le suis et qu'on fixe des attentes. Mais j'ai la chance de me racheter en séries. Je vais essayer de faire tout en mon possible pour l'équipe maintenant. »

En voir plus