Skip to main content

Biron : Darcy Kuemper, le pilier des Coyotes

Le brio du gardien de 28 ans permet aux siens d'être encore au plus fort de la course pour une place en séries

par Martin Biron @martybiron43 / Chroniqueur LNH.com

Martin Biron a connu une carrière de 15 saisons dans la LNH et il a signé 230 victoires en 508 matchs, connaissant notamment deux saisons de 30 gains et plus. Il a également atteint la finale de l'Association de l'Est avec les Flyers de Philadelphie en 2008. Le gardien natif de Lac-St-Charles a été sélectionné au 16e rang au total du repêchage 1995 par les Sabres de Buffalo. Il a évolué avec les Sabres, les Flyers, les Islanders de New York et les Rangers de New York. Martin a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com chaque semaine afin de discuter de l'univers des gardiens et d'analyser l'actualité de la LNH.

La saison régulière tire à sa fin et la dernière ligne droite de la campagne nous permet de découvrir un autre gardien méconnu qui cause la surprise et qui permet aux siens d'être encore au plus fort de la lutte pour une place en séries. 

On a vu les Carter Hart, Jordan Binnington, Robin Lehner, Thomas Greiss, Petr Mrazek, David Rittich, Mikko Koskinen et Curtis McElhinney se lever à un moment ou à un autre de la saison et c'est maintenant au tour de Darcy Kuemper, des Coyotes, de s'illustrer.

À LIRE : Biron: Une nouvelle faille dans la muraille | Cinq questions avec… Samuel Montembeault | Une initiative de Price qui n'est pas passée inaperçue

Ce n'est pas rare de voir un gardien sortir de l'ombre, mais la différence cette année, c'est qu'ils ont à peu près tous aidé leur équipe à se maintenir en bonne posture au classement et qu'ils ont toujours la chance de jouer en séries au moment d'écrire ces lignes.

J'ai toujours aimé Kuemper, surtout lors de son passage avec le Wild. Il a été un très bon adjoint et a maintenu de bonnes statistiques. Mais pour vraiment évaluer l'apport d'un gardien, il faut le voir évoluer dans un rôle de numéro un et c'est ce qui s'est produit à la suite de la blessure d'Antti Raanta en début de saison.

Kuemper est un gardien très calme qui semble fort mentalement, mais je n'aurais pas pu prévoir qu'il connaîtrait une telle saison alors qu'il occupe le rôle de partant pour la première fois de sa carrière à 28 ans. Une chance pour les Coyotes parce que Calvin Pickard peut jouer quelques matchs ici et là, mais je ne crois pas qu'il aurait été capable de leur permettre d'aspirer aux séries encore à ce temps-ci de l'année.

Video: WPG@ARI: Kuemper vole Laine deux fois de suite

Kuemper se retrouve dans une situation idéale dans laquelle il n'a vraiment rien à perdre. S'il performe bien, tout va bien, et si jamais les Coyotes ratent les séries, on dira que ce n'était pas lui qui devait initialement avoir le rôle partant.

De ne pas avoir cette pression-là, ça aide beaucoup un gardien à offrir des prestations comme il le fait présentement. On a encore vu cette semaine qu'il n'a pas l'air à trop s'en faire quand il a répondu brillamment après avoir connu une contre-performance contre les Blackhawks (quatre buts sur 16 tirs) dans une défaite de 7-1.

C'était seulement la deuxième fois de la saison que Kuemper était retiré d'un match et c'était survenu en début de saison contre les Red Wings. Lors du match suivant, il avait effectué 44 arrêts sur 45 tirs contre les Predators même si les choses étaient vraiment difficiles pour lui en octobre.

Il a refait le coup cette semaine en repoussant 39 des 40 tirs dirigés vers lui dans un gain de 3-1 face aux Blues, moins de 24 heures plus tard. Ça s'est avéré être une très bonne décision de l'entraîneur Rick Tocchet de le renvoyer aussitôt dans la mêlée. C'est une grande qualité pour un gardien d'être capable d'oublier rapidement un mauvais but, une mauvaise période ou un mauvais match.

Video: ARI@STL: Kuemper capte le tir de Sanford

Compte tenu de ses performances des dernières semaines, les Coyotes ont été en mesure de revenir dans le portrait des séries dans l'Ouest. C'est certain que l'équipe joue un style très hermétique en défensive, mais ils ne figurent pas dans les équipes dominantes à cet égard. Ils doivent donc quand même se fier à leur gardien. 

Je remarque toutefois que les Coyotes dominent en désavantage numérique - ils sont troisièmes à ce chapitre - et ce n'est pas pour rien qu'on dit souvent que le gardien est ton meilleur joueur en pareille situation. Leurs gardiens sont aux deux premiers rangs pour le taux d'efficacité avec un homme en moins. C'est impressionnant et ça leur donne assurément confiance.

En début de saison, j'avais des doutes quant à la capacité de Tocchet de mener cette équipe en séries. Il n'avait pas connu beaucoup de succès à la barre du Lightning et ça ne s'annonçait pas plus positif à sa première saison en Arizona. Les performances de Kuemper aident les Coyotes à croire au message de Tocchet. 

C'est une équipe qui n'a pas vraiment de vedettes - Clayton Keller est le meilleur pointeur avec 44 points - mais qui est bien équilibrée et qui travaille fort.

Le système défensif est aussi très efficace, mais c'est facile de perdre confiance en cet aspect si ton gardien ne fait pas les arrêts. L'entraîneur a beau marteler le même message de bien jouer défensivement pour limiter les chances de l'adversaire, mais si le gardien ne fait pas le travail, ton message ne porte pas autant.

Price est revenu plus fort

C'est maintenant fait; Carey Price a devancé Jacques Plante pour devenir le gardien le plus victorieux de l'histoire des Canadiens en signant la 315e victoire de sa carrière, mardi. Il est difficile de comparer les époques parce que les standards offensifs et défensifs ont toujours été différents.

Video: DET@MTL : Price époustouflant contre Bertuzzi

À notre époque, il est plus facile d'amasser les victoires parce que les gardiens ont plus de chances de remporter des matchs en prolongation ou en tirs de barrage. Ce qui m'impressionne de ce record-là, c'est qu'il a réussi à le faire malgré tous les ennuis de santé qu'il a eus dans les dernières années.

Il est revenu plus fort que jamais cette saison et sa contribution a surpris un peu tout le monde qui plaçait les Canadiens à l'extérieur des séries en début de saison. Oui, les nouvelles acquisitions ont aussi eu leur mot à dire dans cette histoire, mais je crois vraiment que le brio de Price est ce qui a changé les données.

Un autre plateau pour Malkin

Pendant que Price battait le record de Plante, l'attaquant des Penguins Evgeni Malkin a atteint le plateau des 1000 points en carrière. Je peux vous garantir que c'était l'un des joueurs que je détestais le plus affronter.

Video: WSH@PIT: Malkin obtient son 1000e point dans la LNH

Les deux fois où j'ai participé aux séries avec les Flyers, nous avons affronté les Penguins. Chaque fois qu'il s'amenait devant moi, je pouvais voir dans ses yeux qu'il voulait me faire mal; soit en marquant un but ou avec la puissance de son tir.

C'est un gars qui me frustrait parce qu'on le voyait souvent se traîner les patins et tout d'un coup, il devenait le joueur le plus dominant sur la patinoire. Comme athlète, c'est frustrant quand tu vois un joueur qui est capable de se mettre en marche aussi rapidement.

La majorité des athlètes prennent des heures à se préparer tandis que lui pouvait devenir le plus dominant en claquant des doigts. C'était vraiment incroyable de le voir aller quand il décidait de devenir une bête et je suis bien content de ne plus avoir à l'affronter.

*Propos recueillis par Guillaume Lepage, journaliste LNH.com

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.